Saint-Étienne
dimanche 19 mai 2024
11:17
Soutenez IF

Les intentions d’embauche toujours plus nombreuses dans la Loire

Dans la Loire, les intentions d’embauche se font de plus en plus importantes selon l’enquête Besoins en main d’œuvre (BMO) 2023 qui vient d’être publiée par Pôle emploi. Elles atteignent une nouvelle fois un record avec 25 200 projets de recrutement dans notre département, soit 700 de plus que l’année dernière.

Pôle Emploi Auvergne-Rhône-Alpes vient de publier son enquête Besoins en main d’œuvre de 2023. Une publication réalisée avec l’aide du Credoc, portant sur les intentions d’embauche pour 2023 relevées fin 2022 auprès de 47 70 établissements non administratifs* de la région. Dans la Loire, le nombre de postes à pourvoir devrait s’établir cette année à 25 200, soit 700 de plus que l’année dernière. Un niveau jamais connu depuis que cette enquête BMO a vu le jour. Des projets de recrutement qui, depuis 2015, ne cessent d’augmenter dans la Loire, sauf entre 2019 et 2021 où l’on avait observé une légère baisse : 22 100 projets en 2021 dans le département, – 7,5 % soit 1 800 de moins qu’annoncés fin 2018 pour 20192.

Au niveau régional, on comptabilise 370 100 embauches potentielles contre 362 700 en 2022, et ce, parallèlement à une proportion d’établissements prévoyant d’embaucher qui baisse légèrement de 33% en 2022 à 32% en 2023.

76 % des projets d’embauches non liés à une activité saisonnière

Extrait de l’enquête BMO Pôle emploi Aura 2023 pour le département de la Loire.

Dans la Loire, les intentions d’embauche demeurent pour la grande majorité non liées à une activité saisonnière. Si ces s’établissent légèrement en deçà des 78% connus l’année dernière, elles demeurent tout de même à 76% (ce chiffre était de 70 % il y a deux ans). On notera néanmoins une augmentation significative des projets d’embauches pour des postes non-saisonniers chez les aides-soignants (passant de 640 en 2022 à 1 130 en 2023) ainsi que chez les aides à domicile, aides ménagers et travailleurs familiaux (passant de 510 en 2022 à 800 en 2023). Aussi, 28 % des établissements souhaitent recruter (32 % en Auvergne-Rhône-Alpes) contre 30 % en 2022.

La répartition par secteur d’activité des intentions de recrutement en 2023

Du côté des secteurs d’activité, ceux qui ont le plus l’intention de recruter demeurent la santé et l’action sociale (16 % – contre 13 % en 2022), le commerce (12 % – contre 14 % en 2022) et l’industrie manufacturière (12 % – identique à 2022).

La santé et l’action sociale est le secteur où les projets de recrutements sont plus compliqués

Revers de la médaille, 63 % des projets d’embauche apparaissent comme difficiles à réaliser par les employeurs. Une donnée qui est identique à l’échelle régionale et à celle de l’étude BMO de 2022 concernant notre département. En regardant de plus près par secteur d’activité, c’est celui de la santé et de l’action sociale qui affiche une part de projets de recrutement jugés difficile la plus importante avec 82 %. Suit la construction avec 76 % puis l’hébergement-restauration avec 73 %.

Enfin, concernant les métiers, si les difficultés dans les projets de recrutement de menuisiers et ouvriers agencement et isolation se situaient en 2022 à 99%, elles atteignent cette année les 100 % dans la Loire (82 % dans la région). On trouve ensuite les ouvriers qualifiés de la peinture et de la finition du bâtiment à 98 % puis les aides à domicile, aides ménagers et travailleurs familiaux à 96 %.

Des disparités entre les bassins économiques ligériens

Lorsqu’on se penche sur les différents bassins qui composent la Loire selon le découpage de Pôle emploi, on observe quelques spécificités. Si le nombre de projets de recrutement semble proportionnel à la densité de population et d’entreprises, on voit apparaître quelques disparités notamment dans le top 10 des métiers non saisonniers pour lesquels des intentions d’embauches sont affichées. Dans le Gier, le bassin de Roanne et celui de Loire Centre, les deux métiers lesp lus concernés par des intentions d’embauche sont les aides-soignants et les aides à domicile/aides ménagers/travailleurs familiaux. A Saint-Etienne, on découvre que ce sont les métiers d’aides employés polyvalents en cuisine (y compris crêpes, pizzas, plonges) et les agents d’entretien de locaux qui sont les postes avec le plus de recrutements potentiels en 2023.

Concernant les métiers difficiles à pourvoir, à Saint-Etienne, on trouve en tête les plombiers/chauffagistes et aides à domicile (avec 100 % de difficultés annoncés sur les volontés de recrutement). Dans le Gier, on retrouve quatre métiers avec le même taux de difficulté : les couvreurs, les plombiers/chauffagistes, les ouvriers qualifiés de la peinture et de la finition du bâtiment et les ouvriers non qualifiés en enlèvement ou formage de métal. A Roanne, ce sont les ouvriers non qualifiés du second œuvre du bâtiment qui sont difficiles à trouver ainsi que les plombiers/chauffagistes et les menuisiers et ouvriers agencement et isolation. Enfin, en Loire Centre, les problèmes sont rencontrés pour dénicher des ouvriers non qualifiés en artisanat (reliure, gravure, métallerie d’art…) et pour les aides à domicile, aides ménagers et travailleurs familiaux.

L’ensemble des études BMO de Pôle emploi Auvergne-Rhône-Alpes par bassins économiques est à retrouver sur le site de l’Observatoire de l’emploi.

L’enquête menée par Pôle emploi Aura sur un champ d’action dont la définition correspond au total à 303 103 établissements en Auvergne-Rhône-Alpes (extraits du répertoire SIRENE), dont 231 400 ont été interrogés cette année. 47 700 ont répondu.

2 Pôle emploi précise qu’ « en raison du contexte sanitaire, les résultats de l’enquête sur l’année 2020 ne sont pas représentatifs »

Ne manquez aucune actu des marques employeurs

Recevez chaque semaine, dans votre boîte mails, l’actu des marques employeurs en vous abonnant à la newsletter « À vos marques employeurs »

Recevoir la newsletter
Recevoir la newsletter
À vos marques employeurs

Recevez chaque semaine, dans votre boîte mails, l’actu des marques employeurs en vous abonnant à la newsletter « À vos marques employeurs »