Saint-Étienne
samedi 10 décembre 2022
03:50
Soutenez IF
Brèves

A Genilac, 110 logements se substituent à l’Arc-en-Ciel

0
1193 vues
Photo fournie par Epora.

Il s’agit d’une des opérations lauréates du fonds friche de France relance (ici, 352 000 € de subventions). Ancien foyer pour enfants fermé à la suite de la liquidation de l’association du même nom en 2016, le site Arc-en-Ciel situé route des Bourdonnes à Genilac a été abandonné, puis pillé et incendié en août 2019. Epora avec qui la commune est conventionnée depuis 2014 l’a récupéré par préemption à la suite à une demande d’intention d’aliéner déposée par le liquidateur judiciaire. Le 15 mars 2020, l’établissement devenait officiellement propriétaire des fonciers bâtis de ce site d’1,9 ha.

Réduire le manque de logements sociaux

Le site était très dégradé. Photo fournie par Epora.

La municipalité souhaitait reconvertir cette friche en logements davantage collectifs qu’individuels. D’une part parce que sa majorité estimait nécessaire de disposer d’appartements – d’autant plus à proximité du centre bourg – au sein de cette commune de 3 900 habitants à l’habitat très individuel. D’autre part, en raison du manque de logements sociaux sur son territoire (6 % début 2022, 8,2 % avec ce projet) au regard de la réglementation en vigueur.

L’opération de désamiantage et de démolition elle, a été confiée par Epora dont c’est le rôle essentiel, à l’entreprise TPM de Lorette. Lancée en septembre, elle a été achevée avec deux mois d’avance sur le calendrier pour 460 000 € HT. Pour ce qui est de la construction, un appel à projets a été lancé début 2021 afin de sélectionner une équipe composée d’un opérateur, d’un architecte et d’un paysagiste.

Livraison en 2024 ou 2025

Elle a été désignée fin 2021. Ce groupement est composé de Procivis Forez-Velay/Forezienne de Promotion/Berger Architecte/Bâtir et Loger/Equinoxe Paysage. Les travaux devraient démarrer d’ici la fin de l’année avec une livraison espérée d’ici 2024-2025. C’est un total de 110 logements à acquérir ou à louer qui seront créés, à 35 % sociaux (via Bâtir et Loger). Ils seront répartis en trois bâtiments collectifs, quatre intermédiaires et une vingtaine de maisons individuels. La mairie a exigé dans son cahier des charges qu’un maximum d’arbres soit conservé. Elle-même garde une parcelle pour un usage non identifié à ce jour.

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur
    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Sur Android
    Sur iOS
    S'inscrire à la Newsletter