Saint-Étienne
samedi 13 août 2022
21:13
Soutenez IF
Brèves

Défense incendie : une vaste opération de contrôle de l’industrie régionale donne 33 mises en demeure

0
416 vues

À la demande de Pascal Mailhos, préfet de la région, les inspecteurs de la Dreal et de la DDPP ont mené en mars une vaste campagne de contrôles de la défense incendie des installations industrielles soumises à autorisation ou enregistrement. Ces opérations avaient d’abord été menées sur les installations Seveso de la région en 2020 et 2021 à la suite de la catastrophe de Rouen (incendie de Lubrizol). En 2022, elles ont été étendues à des sites présentant des enjeux moindres, mais bien plus nombreux. Principales thématiques abordées : présence et tenue d’un état des matières stockées ; présence et bon dimensionnement des moyens de défense ; réalisation d’opérations de maintenance et de tests des moyens de défense ; prévention des risques de pollution en cas d’incendie notamment par les eaux d’extinction.

84 % de manquements

20 sites ont été contrôlés dans la Loire : Barriol et Dallière, Becker Industrie, Biscotte Pasquier, C Logistics (2 sites), Esaydis Saint-Bonnet, Forge Mahussier, Forges et Mécanique de la Loire, GPF Production, Haulotte, MPC, Panneaux Porteron, RDS (2 sites), Schutz Ira, Sermaco, Setforge L’Horme, Sigavris, Sofidel, Transports Lacassagne. Au total, 273 l’ont été sur Auvergne-Rhône-Alpes. Des manquements ont été relevés sur 228 d’entre eux (soit 84 %). Ils sont véritablement graves pour 33 (soit 12 %), conduisant les préfets à une mise en demeure exigeant de se conformer dans des délais resserrés. Ces pourcentages sont cependant comparables aux suites habituelles des contrôles de l’Inspection de l’environnement.

Pour ce qui concerne les moyens de défense incendie (extincteurs, robinets armés, poteaux, extinction automatique, désenfumage, portes coupe-feu, détection, réserve d’eau…) et leur maintenance, les inspections montrent que « les exigences réglementaires sont globalement bien identifiées ». Les 2/3 des points réglementaires contrôlés sont conformes et les manquements portent principalement sur les caractéristiques attendues de ces moyens, la périodicité des opérations de maintenance ainsi que les modalités et délais de traitement des défauts. Conclusion de la préfecture : les exploitants ont globalement intégré les nouvelles exigences réglementaires relatives à la tenue d’état des matières stockées, édictées à la suite de l’incendie de Lubrizol.

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur
    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Sur Android
    Sur iOS
    S'inscrire à la Newsletter