Saint-Étienne
vendredi 23 février 2024
07:32
Soutenez IF
Brèves

Présidentielle 2022 : la banlieue fait la part belle aux extrêmes

0
904 vues

Ce mercredi 26 janvier, l’Ifop* a publié les résultats d’une enquête concernant les intentions de vote dans les banlieues populaires, à moins de trois mois du premier tour de l’élection présidentielle. « Si dimanche prochain devait se dérouler le premier tour de l’élection présidentielle, pour lequel des candidats suivants y aurait-il le plus de chances que vous votiez ? », a notamment interrogé l’Institut. D’après cette étude, les habitants des quartiers populaires semblent se détourner du vote à gauche, avec une part belle faite aux extrêmes, et sont 61 % à se dire intéressés par cette campagne.

Une tendance qui s’accentue

En effet, en 2012, les gauches gouvernementale et radicale rassemblaient 54 % des suffrages dans ces quartiers, qui ont longtemps été des bastions socialistes. En 2017, ce chiffre chute à 38 points, contre 36 % des intentions de vote pour l’élection présidentielle à venir. En revanche, les votes vers les droites dites « nationale populiste » et « gouvernementale » dans l’étude, ne cessent de progresser, réunissant 40 % des suffrages en 2012, puis 41 % en 2017, pour enfin séduire 49 % des sondés s’exprimant sur 2022. Les électeurs de ces quartiers populaires seraient 35 % à déclarer vouloir voter pour Marine Le Pen, Eric Zemmour ou encore Nicolas Dupont-Aignan, contre 28,4% en 2017 et seulement 21,9 % en 2012.

Jean-Luc Mélenchon fait de la résistance

Toutefois, si le vote de gauche ne convainc plus, les positions plus radicales attirent plus. Près de 26 % des électeurs pencheraient pour des candidats comme Jean-Luc Mélenchon, Fabien Roussel, Philippe Poutou ou Nathalie Arthaud. Le candidat de La France Insoumise se démarque même davantage dans les quartiers prioritaires, encore plus touchés par la pauvreté. En effet, le vote y reste majoritairement à gauche avec 56 % des intentions dont 37 % pour Jean-Luc Mélenchon.

Crise sanitaire et pouvoir d’achat

En tête des préoccupations de ces électeurs, vient la santé, suivie du pouvoir d’achat et de la hausse des salaires. Des problématiques sociales, suivies néanmoins, en 3e position, par une thématique chère à la droite : la lutte contre l’insécurité et la délinquance. En dernières positions viennent la lutte contre les replis communautaristes et identitaires, la réduction de la dette publique, et enfin la lutte en faveur des LGBTQI+.

*Étude Ifop pour Ecran de Veille réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 13 au 16 décembre 2021 auprès d’un échantillon de 1 003 personnes, représentatif de la population adulte résidant dans les 10 % des « banlieues les plus pauvres » de France métropolitaine. Méthodologie : ici, les banlieues populaires regroupent les communes situées en périphérie d’une agglomération qui affichent un niveau de vie médian annuel par habitant qui les classe parmi les 10 % des banlieues les plus pauvres de France.

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur

    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Recevoir la newsletter
    IF Saint-Étienne