L'actualité de Saint-Étienne et sa région
S'inscrire à la Newsletter
S'inscrire à la Newsletter

Le Pilat invite les marcheurs à essayer les « ponchos du futur »

0
568 vues

Le Parc naturel du Pilat propose à partir de ce samedi 24 juillet des sacoches contenant des objets nomades destinés aux marcheurs. En particulier des ponchos pouvant se transformer en hamac, sinon en cerfs-volants. Mais aussi des lunettes pour voir comme les abeilles ! Le résultat de la résidence d’artistes Les bottes de 7 lieux.

Des sacoches en prêt qui contiennent des ponchos transformables en hamac. ©Jean Raveyre.

Marcher oui. Mais pas sans prendre le temps. Celui « d’observer, sentir, écouter, de toucher… » « L’idée est d’inciter les marcheurs qui parcourent le parc, ceux du GR®7 notamment, à faire des pauses permettant ainsi de s’intéresser davantage à l’environnement, sa biodiversité et comprendre le paysage qui les entoure », explique Alexia Pallay, chargée de mission au sein du Parc naturel du Pilat (PNR).

L’initiative a été réalisé dans le cadre d’un projet portant sur l’itinérance avec l’Inter-Parcs Massif central (Ipamac), avec le soutien financier de l’État. En immersion ces derniers mois sur le GR®7, les artistes des collectifs ETC et SAFI* se sont inspirés « des rencontres, des histoires et des paysages du Pilat » pour créer des objets nomades destinés aux marcheurs. Accueillis par le Parc du Pilat dans le cadre d’une résidence – Les bottes de 7 lieux -, ils ont créé une collection de deux modèles de ponchos qui se transforment en hamac, sinon en cerf-volant. Testés le 19 juin, ils avaient fait au printemps l’objet d’un atelier participatif.

Chaque poncho pouvant servir de cap de pluie est une création propre avec ses motifs. ©Jean Raveyre

Des lunettes à vision d’insecte pollinisateur en plus des ponchos

« La moitié est équipé de sangles et mousquetons pour faire un hamac. Mais la matière utilisée est une toile de spi spécifique aux cerf-volants. L’autre moitié par un système de zip peut donc se transformer en cerfs volants, précise Alexia Pallay. Chacun d’eux est cependant unique. Avec des motifs faisant référence au contexte local. L’un évoque la ligne de partage des eaux sur GR7, un autre les chiras. Un autre encore les faucons installés en haut de la cheminée de Giat… » Rangé dans une sacoche, chaque poncho est aussi accompagné d’une carte-notice « pour une expérience inédite du GR®7 », promet le PNR. Ainsi que… d’une lunette à vision d’insecte pollinisateur !

©Jean Raveyre

« Les insectes pollinisateurs sont capables de voir un  rayonnement invisible pour nous : l’ultraviolet. Comme la plupart des plantes à fleurs ont besoin des insectes pour assurer leur pollinisation, celles- ci se sont adaptées et ont développé au cours de l’évolution des motifs invisibles pour l’œil humain,  mais visibles par les insectes; précisément dans  l’ultraviolet… Les fleurs qui exhibent les motifs les plus contrastés sont souvent des fleurs qui nous  apparaissent jaune dans le spectre visible. »

La réservation et l’emprunt se font sur trois lieux distincts

Le Parc du Pilat a choisi trois partenaires pour permettre aux marcheurs d’emprunter et utiliser ces créations artistiques. Le principe est simple : la personne qui souhaite emprunter une sacoche réserve par téléphone auprès d’un lieu partenaire. Il se voit ensuite demander sa carte d’identité et signe un contrat emprunteur.

A partir de samedi 24 juillet, ces objets sont donc mis à disposition dans trois lieux clé sur le parcours du GR7 :

  • A la Jasserie du Pilat : 04 77 20 40 16 (deux exemplaires de chacun des deux modèles différents disponibles, soit quatre sacoches disponibles).

Au Jardin des 4M à Saint-Régis-du-Coin : 06 63 94 66 85 39 (un exemplaire de chacun des deux modèles de poncho différent, soit deux sacoches disponibles avec les autres objets).

Les ponchos peuvent aussi devenir cerf-volant. ©Benjamin Guillouet

Un prêt gratuit possible sur l’année qui vient

Le prêt est gratuit. En retour, le Pilat invite à partager son expérience en publiant des photos avec #monGR7pilat. Attention : ces objets seront disponibles dans les lieux indiqués en fonction de leurs horaires et périodes d’ouverture. La quantité de sacoches (8) reste modeste pour l’instant. L’idée du PNR étant de réaliser un test sur toute l’année qui vient.

A la fois pour mesurer l’intérêt du public mais aussi la résistance des objets. S’ils sont concluants, une nouvelle collection avec davantage de sacoches pourraient être créés et mis à disposition.

*ETC et SAFI : architectes-designers et artistes-marcheurs, deux collectifs d’artistes basés à Marseille.

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur
    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Sur Android
    Sur iOS