Saint-Étienne
dimanche 27 novembre 2022
09:15
Soutenez IF

Rhino Jazz : « Avoir un projet artistique le plus cohérent possible »

0
549 vues

Le festival Rhino Jazz, rendez-vous immanquable des amateurs de la note bleue et des musiques qui s’y rapportent dans la Loire et le Rhône, vivra sa 44e édition du 1er au 23 octobre 2022. 27 jours de musique de 28 communes de la Loire et du Rhône, mais aussi des conférences, projections, une expo photo… On fait le point avec Ludovic Paulet-Chazalon, son directeur artistique.

Ludovic Paulet-Chazalon © Niko Rodamel

Quel est l’ADN du festival Rhino Jazz ?

L’ADN du festival ce sont des rencontres inédites, la recherche de la mise en avant des musiques jazz qui sont à la fois libres dans leur conception ou dans leur histoire mais aussi cette itinérance de territoires qui nous amène à avoir un parcours avec une trentaine de partenaires sur Saint-Etienne Métropole et le Grand Lyon. Ce parcours musical qui est une manière d’organiser, de proposer des moments de musique excessivement variés d’un lieu à l’autre car les salles et espaces qui accueillent nos concerts sont très variés en termes de taille ou d’acoustique. J’essaie à chaque fois d’avoir un projet artistique le plus en cohérence avec le lieu dans lequel il va se dérouler. J’aime que le lieu soit un miroir de la musique qui y est proposée. Enfin, depuis plusieurs années, nous travaillons également pour que l’image, la vidéo aient une place importante dans le festival. On veut avoir une cohérence entre les expos photos, les films que nous pouvons proposer et les projets musicaux.

Concernant le côté photo, cette année, vous allez proposer une exposition de Pierre Terrasson dans un nouveau lieu partenaire, la galerie Ceysson et Bénétière.

Nous avons rencontré Loïc Bénétière lors de l’édition précédente, quand nous avions une exposition de Robert Combas. Nous nous sommes alors mis d’accord pour proposer quelque chose au sein de la galerie stéphanoise cette année. J’avais en parallèle fait la rencontre avec Pierre Terrasson. Je lui avais proposé de travailler sur une exposition de ses propres photos, sur comment il a réussi à faire ressurgir dans ces épreuves les relations uniques qu’il a pu avoir avec de grands artistes tels que Gainsbourg, Mile Davis, James Brown, Nina Hagen, Lou Reed, etc. Il a été l’un des photographes les plus importants des années 80 à 2000, dans cette quête photographique de toutes ces grandes stars. Il m’a dit d’accord, je suis venu dans son atelier et nous avons extrait une centaine de photos qui retracent cette histoire entre jazz, rock, pop et chanson. Il y aura également plusieurs concerts au sein de la galerie, une résonance par la musique de certaines photos. Par exemple, j’ai demandé à Chloé Mons, qui était la compagne d’Alain Bashung, de venir chanter en trio ses propres compositions. On peut aussi parler de Maxime Delpierre, un proche de Rachid Taha, qui viendra jouer également face aux photos de ce dernier prises par Pierre Terrasson. Il y a finalement une connivence entre les propositions musicales et les photos de Pierre.

Depuis plusieurs années, nous travaillons également pour que l’image, la vidéo aient une place importante dans le festival.

Il y a aussi un gros clin d’œil aux 100 ans de la Cinémathèque de Saint-Etienne dans la programmation.

Oui, tout à fait. Il y aura cinq événements qui s’y dérouleront. Une programmation co-construite avec l’équipe de la Cinémathèque. Pierre Terrasson étant présent, étant également un proche de Vanessa Paradis, et que la Cinémathèque voulait faire un petit cycle autour du film Noce Blanche, tourné à Saint-Etienne avec elle, il était logique de l’intégrer au Rhino Jazz. On retrouvera aussi des photos inédites de Vanessa Paradis. Il y aura également la projection d’un documentaire sur le festival Elixir, l’un des événements rock les plus importants des années 80. Gérard Pont, le patron des Francofolies, qui était parmi les fondateurs de l’événement, sera présent à la Cinémathèque. Nous aurons aussi le collectionneur Daniel Jacquemet, qui nous permettra de continuer à découvrir les petits trésors cinématographiques qu’il possède. Enfin, une conférence-exposition sur les femmes dans le jazz par Jean-Paul Boutellier, fondateur de Jazz à Vienne, vient compléter cette programmation à la Cinémathèque.

Le festival Rhino Jazz investit des lieux inédits comme ici, en 2010, avec le groupe Djaque le Notaire © Niko Rodamel

Le cœur du Rhino Jazz reste les concerts avec un nombre qui s’élève à 42 propositions cette année, très larges, très variées. Il y a notamment deux créations. Pouvez-vous nous en parler ?

Il y a d’abord cette histoire autour de l’Oiseau de feu et de Stravinsky. Ce dernier est un puits pour les musiciens de tout bord. J’avais contacté il y a quelques années le chef d’orchestre Daniel Kawka afin de travailler sur cette pièce musicale. Lorsque l’on s’est revu l’année dernière sur le Grand Barouf, j’ai eu l’idée de connecter Daniel avec Lionel Martin, cet artiste insaisissable. Une rencontre entre deux drôles d’oiseaux qui s’annonce palpitante. Le résultat se jouera à l’Opéra de Saint-Etienne le mardi 4 octobre. D’autre part, au Radiant-Bellevue de Caluire, nous aurons une sorte de plongeon dans le film Ascenseur pour l’échafaud, une relecture musicale de la musique de Miles Davis par les frères Belmondo. Enfin, sur les autres communes et propositions musicales qui s’y joueront, j’ai essayé de mettre en place une programmation où les musiques de jazz sont en miroir avec le blues, la soul et parfois le gospel. On va pouvoir faire entendre au public des jeunes émergents et des valeurs sûres comme Shai Maestro le 19 octobre à Oullins, Otis Taylor qui se fait rare en France et qui vient pour l’habituelle nuit du blues le 15 octobre à Saint-Chamond ou encore plusieurs grandes voix de blues et de soul comme Kaz Hawkins par exemple le 14 octobre toujours à Saint-Chamond. J’ai essayé de montrer que les musiques de jazz vont plus loin et aiment se prendre les pieds dans d’autres tapis musicaux que le leur.

44e festival Rhino Jazz, dans 28 communes de Loire Sud et Rhône, du 1er au 23 octobre 2022

Rédacteur en chef
Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur
    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Sur Android
    Sur iOS
    S'inscrire à la Newsletter