Saint-Étienne
mardi 23 juillet 2024
23:49
Soutenez IF

Victor : le temps des (croque) cerises

0
8047 vues

Mercredi 19 juin, Victor ouvrait ses portes rue du Port, à Saint-Victor-Sur-Loire en lieu et place du restaurant La Presqu’île. Peggy Thévenin et Cyril Pelletier, déjà à la tête de la crêperie Jeannette, place Jean Jaurès à Saint-Etienne, se lancent ici dans un nouveau challenge avec une surface de 1 000 mètres carrés et une vue imprenable sur les gorges de la Loire…

L’établissement a ouvert ses portes à Saint-Victor-sur-Loire ce mercredi 19 juin. ©CVDG If Saint-Etienne

« Nous habitons Saint-Victor-sur-Loire depuis quelques mois, explique Peggy Thévenin, qui vient d’ouvrir Victor avec Cyril Pelletier ce mercredi 19 juin. On était déjà passé devant cet établissement à plusieurs reprises, on voyait bien qu’il y avait un gros potentiel, mais moyennant d’énormes travaux. Je n’irais pas jusqu’à dire qu’il était à l’abandon, mais pas loin. Par hasard, mon mari est tombé sur l’annonce de sa vente. Après plusieurs mois de discussions, on a signé ». Mais tout est alors à refaire et le couple se lance dans des travaux titanesques qui vont durer neuf mois pour pouvoir en faire un établissement à leur image et qui soient aux normes… « Ça a été des travaux de dingues, l’électricité n’avait pas été refaite depuis 20 ou 30 ans, il a fallu tout reprendre, nous avons triplé la surface de la cuisine qui n’était plus aux normes non plus. On ne pensait pas que ce serait d’une telle ampleur ». Désormais, place à Victor, rue du Port, ainsi qu’à ses 1 000 mètres carrés, dont 500 mètres carrés de terrasses avec vue plongeante sur les gorges de la Loire.

1 million d’euros investis

Le couple, déjà à la tête de la crêperie Jeannette à Saint-Etienne, y a mis toute son énergie. « C’est exactement ce que l’on voulait. 500 personnes sont venues hier pour l’inauguration, cela nous a fait tellement plaisir qu’ils soient contents de voir un établissement comme ça ouvrir ici. On s’est dit qu’on ne faisait pas tout ça pour rien ». Au total, un investissement de près d’1 million d’euros a été nécessaire, pour rendre sa superbe à cet établissement, autrefois appelé La Presqu’île. Et Peggy Thévenin et Cyril Pelletier entendent bien combattre le syndrome dit du « beauseigne ». « Les gens étaient bluffés hier soir. A Saint-Etienne, il y a ce truc de se dire ‘on est juste à Saint-Etienne’. Mais pourquoi on ne ferait pas ce genre d’établissement ? On est à 10 minutes de Saint-Etienne, en pleine nature, dans cet écrin superbe, il faut en être fier, être fier de la ville et de ses alentours au lieu d’avoir cette tendance à se dévaloriser ». Et pour cela, le couple ne manque pas d’idées.

Restaurant et cabanon

Victor comptera une brasserie avec sa propre terrasse, ainsi qu’un cabanon et ses trois terrasses, dont une plage avec des transats et des magazines à disposition. Pour autant, même si une part belle est faite à l’extérieur, l’établissement n’a pas vocation à être saisonnier. L’hiver, le couple imagine déjà des dégustations d’huîtres, un marché de Noël, etc. Et le projet de développement de la base nautique est forcément perçu d’un bon œil. « Ce serait une très bonne chose, c’est important d’en parler, de faire remonter ces projets. Le président du club nautique était justement là hier. S’il peut concrétiser son projet ce serait très bien, plus on sera nombreux plus on aura une offre différente, mieux ce sera ». Car, comme le souligne Peggy Thévenin, l’offre n’est pas très riche sur ce type d’établissements dans le bassin autour de Saint-Victor. Rien que pour Victor, 18 salariés ont été recrutés en plus du couple. Ils ont également recours à une société de sécurité pour éviter tout éventuel débordement.

Chill out

Côté carte, la brasserie est placée sous la houlette de la cheffe Amélie Soria qui a fait ses armes chez Akrame ou la Mère Brazier. « Elle a un vrai sens de la restauration et de l’esthétique. La carte proposera plein de plats revisités comme les œufs mimosa, les pâtes de chez Cornand, un aïoli maison, des ribs qui ont cuits 13 heures… ». Au tirage, l’ensemble des bières proposées sont régionales et la priorité est donnée aux produits locaux et de saison. Le cabanon, quant à lui, proposera des ardoises de produits frais, comme les fromages de la mère Richard, de la charcuterie, du houmous maison… le tout géré par deux cuisiniers dédiés. Néanmoins, Victor ne sera pas « juste » un restaurant. « A terme, on pourra acheter des éléments de décoration. On l’a faite à notre image, à ce que l’on retient de nos voyages, que ce soit en Grèce, aux Baléares au Maroc. On trouve l’idée sympa de pouvoir repartir d’ici avec une couverture, une bougie ou une assiette et de remplacer les choses au fur et à mesure ». A J+1 de l’ouverture, Peggy Thévenin le concède, elle a la pression, mais elle n’a pas peur.

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur

    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Recevoir la newsletter
    IF Saint-Étienne