Saint-Étienne
jeudi 1 décembre 2022
02:10
Soutenez IF

909 : une marque stéphanoise avec l’upcycling pour toile de fond

0
1884 vues

Léo Moja et Romain Coll lanceront officiellement 909 cet automne. Une marque de vestes née grâce au principe de l’upcycling, puisque les imperméables sont fabriqués à partir de toiles de tente. Ces dernières sont nettoyées et décousues en Haute-Savoie, puis reprennent vie à Saint-Étienne.

Auparavant, cette veste était une toile de tente. ©909

Comprenez « neuf sans neuf ». Créée par deux Ligériens de 27 ans, Léo Moja et Romain Coll, cette nouvelle marque stéphanoise entend bien appliquer l’adage de faire du neuf avec du vieux. Tout commence il y a deux ans, à la sortie du premier confinement. Léo et Romain, deux amis d’enfance, se retrouvent pour boire un verre et se donner des nouvelles. Alors que la pandémie a bloqué les projets d’expatriation de Léo, qui se retrouve coincé en France, sans appartement, et obligé de retourner chez ses parents, Romain, lui, prépare un mémoire sur l’upcylcling.

Ne sachant pas quand les frontières rouvriront, Léo se prend à rêver d’entreprendre. Comme le sujet de l’upcycling est sur la table, il se demande quelle serait son choix s’il devait se lancer dans ce secteur. Romain lui explique que la première chose à faire est de trouver une matière qui n’est pas utilisée à sa juste valeur. C’est ainsi qu’ils se quittent et conviennent de se revoir la semaine suivante avec la liste de leurs idées…

Ça se tente

Sans le savoir, ils viennent de créer 909. Lorsqu’il se présentent leurs idées, Léo évoque, par hasard, la toile de tente, et Romain pense aux vestes. « On a regardé quelles étaient les compositions des vestes imperméables et des toiles de tente. Elles se ressemblaient comme deux gouttes d’eau, se souvient Léo Moja. Romain est donc allé acheter une veste imperméable dans une friperie sur laquelle nous avons enlevé toutes les coutures, pour en faire une sorte de patron. Nous nous sommes rendu compte que dans une tente deux places, on pouvait faire deux vestes ». Sur leur lancée, les deux amis contactent un maximum de campings et de festivals pour essayer de récupérer des tentes abandonnées ou abîmées, mais ils se prennent… des vestes. « Ça ne marchait pas car il y avait peu de volume et ces tentes allaient déjà à des associations pour aider les sans-abris. Donc il nous fallait remonter à la source. »

Les vestes sont cousues à Saint-Étienne, chez Maraval Couture. ©909

Made in Sainté

C’est ainsi qu’ils vont voir différentes enseignes qui commercialisent des tentes, pour finir par mettre en place un partenariat avec une enseigne de sport française afin de récupérer les retours clients, les tentes qui ont des défauts, etc. et ce, dans tout le pays. Ces dernières convergent ensuite vers une entreprise de Haute-Savoie, en charge de les désassembler, puis de les laver. Les deux compères récupèrent ensuite les toiles propres, quasiment neuves, prêtes à devenir des vestes, grâce à Souad, couturière stéphanoise installée rue Paul-Bert, chez Maraval Couture.

« Contrairement au recyclage dans le quel on détruit la valeur de l’objet, l’upcycling se situe une étape avant. On utilise justement la valeur que la matière possède déjà. À travers 909, nous voulons faire changer cette pratique d’échelle, grâce au volume important de toile que nous pouvons collecter ». Si les deux associés débutent avec la veste, ils ne s’interdisent à l’avenir ni de travailler d’autres matières, ni d’autres modèles. « On a voulu commencer par un basique du vestiaire. Mais l’idée étant d’exploiter la toile de tente au maximum, nous pensons déjà aux anoraks et aux vestes plus longues ».

Shop et e-shop

Les vestes seront bientôt disponibles sur le site de 909, mais les deux associés ne misent pas tout sur la vente en ligne, bien au contraire. « Je crois beaucoup au commerce, j’ai moi-même été commerçant. C’est important de pouvoir essayer le vêtement, de le toucher. » C’est pourquoi ils aimeraient pouvoir être distribués dans une boutique par ville. Pour ce faire, ils se sont lancés le défi de partir sur les routes de France du 8 au 20 août avec des étapes en Bretagne, sur la côte ouest, dans le Nord mais aussi en Suisse et en Belgique.

Leur objectif ? Aller à la rencontre de boutiques pour trouver des revendeurs, et faire essayer leurs vestes à des sportifs pour prendre en compte leurs remarques. « Bien sûr, s’ils le souhaitent ils pourront commander un modèle, parmi les quatre coloris disponibles sur notre site et cela donnera lieu à un tarif préférentiel ». À leur retour, ils investiront un pop-up éphémère à Saint-Étienne pour officialiser le lancement, montrer les étapes de fabrication des vestes, et leurs modèles.

« L’autofinancement nous permet d’être libres. Bien sûr qu’on aura besoin de financement à un moment. On va le faire, mais on ne veut pas griller les étapes »

Léo Moja, cofondateur de 909.

Rester libres

Pour l’heure, le projet reste à 100 % autofinancé. Et les deux associés ont d’ores et déjà reçu des propositions de financement. Cependant, ils ne veulent pas aller trop vite. « L’autofinancement nous permet d’être libres. Bien sûr qu’on aura besoin de financement à un moment. On va le faire, mais on ne veut pas griller les étapes ». Quant à savoir s’ils ont peur du géant du secteur, K-Way ? Léo Moja répond : « Ce sont les premiers, on ne pourra jamais leur l’enlever. À tel point qu’on dit K-Way pour imperméable aujourd’hui. C’est très fort. Les tenues que l’on voyait il y a vingt ans sur des randonneurs se portent tous les jours. La tente vient de cet univers, et notre veste s’inscrit davantage dans cet univers que les leurs. Et elles sont plus imperméables. »

De là à imaginer que deux Stéphanois pourraient concurrencer le leader français, il n’y a qu’une tente.

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur
    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Sur Android
    Sur iOS
    S'inscrire à la Newsletter