L'actualité de Saint-Étienne et sa région
S'inscrire à la Newsletter
S'inscrire à la Newsletter

Focal aux petits soins pour nos oreilles

• 8 septembre 2020 • Emilie Massard
0
461 vues

L’entreprise a fêté ses 40 ans en 2019. Quarante années pour construire une marque mondialement reconnue, symbole de qualité et de savoir-faire. Christophe Sicaud, entré dans la société il y a 10 ans, s’emploie à poursuivre le travail de Jacques Mahul, avec l’innovation comme mantra.

Au cœur de la zone industrielle de Molina-la Chazotte, les locaux ressemblent à ceux de n’importe quelle entreprise. Ils abritent pourtant les ateliers qui fabriquent des produits haut-de-gamme, séduisant les oreilles les plus aiguisées dans le monde entier. Spécialisée dans la fabrication de haut-parleurs et d’enceintes haut de gamme, Focal a un objectif : rendre le son le plus fidèlement possible à la réalité. D’où le mot « haute-fidélité » ou « high-fidelity » en anglais, dont on connaît mieux le diminutif : hi-fi. Si des enceintes de grande qualité au design travaillé sortent aujourd’hui de ces ateliers de production pour être envoyées partout dans le monde, le parcours de l’entreprise n’a pas toujours été un long fleuve tranquille, sur un marché qui s’est transformé ces quarante dernières années.

© Focal-JMlab

De fabricant de composants à concepteur de produits finis

Lorsque Jacques Mahul crée la société en 1979, elle est plutôt spécialisée dans la fabrication de composants. Jusqu’aux années 2000, l’activité est soutenue, le chiffre d’affaires monte jusqu’à 30 millions d’euros et l’entreprise se positionne déjà sur des produits haut de gamme. L’essor de l’électronique dans les années 1980 et 1990 encourage les ingénieurs, passionnés ou simples curieux à bricoler leur propre équipement, et le marché des pièces détachées est là pour répondre à leurs besoins. Mais à l’arrivée du nouveau millénaire, le marché a bien évolué… « C’était un métier de passionnés qui se concentraient tellement sur le produit qu’ils fabriquaient qu’ils en oubliaient presque qu’il fallait le vendre ensuite, se souvient Christophe Sicaud, dirigeant de Focal. La société a connu une période plus compliquée entre 2000 et 2010. Focal a dû passer du statut de fabricant de composants à une société qui fabrique des produits finis. Il a fallu mettre en avant la marque pour valoriser le travail qui est fait ici ». C’est l’objectif de Christophe Sicaud depuis son arrivée dans l’entreprise en 2010 et à sa tête en 2014 au départ de Jacques Mahul, à qui il tenait à cœur de réussir la transmission.

« La société a connu une période plus compliquée entre 2000 et 2010. Focal a dû passer du statut de fabricant de composants à une société qui fabrique des produits finis. »

Christophe Sicaud, dirigeant de Focal
Christophe Sicaud, dirigeant de Focal © Focal-JMlab

Le rachat de Naim Audio – autre acteur majeur de la haute-fidélité, britannique celui-ci – en 2011, permet à la marque de proposer une offre plus complète d’équipements acoustiques. L’entreprise se structure pour développer l’innovation et met un point d’honneur à maîtriser la plus grande partie de sa chaîne de production. Pour ce faire, elle relocalise certaines productions réalisées en Chine, rachète l’ébénisterie bourguignonne qui fabrique les coffrets de ses enceintes depuis de nombreuses années ou encore son distributeur nord-américain. « C’est une véritable aventure humaine, avec des collaborateurs qui ont passé le cap de tous ces changements, souligne Christophe Sicaud. Je pense que les collaborateurs sont fiers de fabriquer des produits de qualité, dont nous maîtrisons la production. Aujourd’hui, on ne peut pas être compétitif avec la Chine. Nous vendons le fait que nos collaborateurs travaillent intelligemment ».

Entre lin, kevlar et béryllium

© Focal-JMlab

« Je pense que les collaborateurs sont fiers de fabriquer des produits de qualité, dont nous maîtrisons la production. »

Christophe Sicaud, dirigeant de Focal

Le savoir-faire et la minutie sont en effet omniprésents dans les allées des ateliers. A commencer par la fabrication et l’assemblage des membranes qui composent les haut-parleurs. En lin, en kevlar, en fibres de carbone recyclé ou en béryllium (matériau à la fois très solide et très léger, plus cher que le diamant), ces pièces maîtresses des haut-parleurs doivent être manipulées avec précision. Le découpage, l’assemblage, le montage, le contrôle qualité, tout est réalisé dans l’usine de Saint-Etienne par la main et l’oreille humaine. « La digitalisation et l’automatisation ne sont pas possibles partout, insiste Christophe Sicaud. L’acoustique répond à des règles très simples, et la manière de travailler a finalement peu changé depuis 40 ans. Chaque élément est important. Pour avoir un son de qualité, on ne peut pas faire du bas de gamme ».

Les équipes de Focal n’hésitent d’ailleurs pas à faire visiter leur usine aux distributeurs, clients ou partenaires. « C’est notre meilleur outil marketing », souligne Christophe Sicaud. Une visite qui permet de montrer une histoire d’hommes, de précision et de savoir-faire derrière les produits de la marque. Focal propose aussi une expérience d’écoute à ses visiteurs. Parce que finalement, un produit Focal, ça ne se raconte pas, ça s’écoute…

« Pour avoir un son de qualité, on ne peut pas faire du bas de gamme. »

Christophe Sicaud, dirigeant de Focal

Le groupe Vervent Audio Group en chiffres (regroupant Focal et Naim Audio) :
– 470 collaborateurs, dont 240 en France
– 112 millions d’euros de chiffre d’affaires
– 350 000 jeux de haut-parleurs pour l’automobile vendus chaque année
– 40 000 paires d’enceintes pour le grand public
– 15 000 jeux d’enceintes pour les professionnels


Retrouvez aussi un article du Petit Bulletin Saint-Étienne à propos de la Grande Utopia de Focal, une enceinte qualifiée habituellement par la presse comme « la meilleure enceinte au monde » .

Partagez
Signaler une erreur

Signaler une erreur
J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

Laisser un commentaire
Sur Android
Sur iOS