L'actualité de Saint-Étienne et sa région
S'inscrire à la Newsletter
S'inscrire à la Newsletter

Grossiste en produits fins italiens, GPA digère bien sa croissance

• Xavier Alix
0
1743 vues

Elle est l’une des six entreprises de la Loire classées dans le dernier top 500 champions de la croissance des Echos. Basée à Saint-Chamond depuis 2015, GPA déménagera à Lorette d’ici 2022 afin d’assumer sa croissance. Un succès qu’elle doit à l’amour des produits artisanaux italiens. Zoom sur un délice économique qui redonne foi en pleine crise.

Hervé Girardon, fondateur de GPA (3e en partant de la droite) et son équipe devant leurs locaux saint-chamonais © Photo fournie par GPA

Hervé Girardon ne parle pas italien. Mais il parle passion. Ne cherchez pas plus loin sa recette. Même la Covid ne vient pas à bout de sa réussite. Le contexte n’a fait que freiner la croissance de Girard produits alimentaires (GPA). Le dernier exercice ? « On a fait un chiffre de + 17 %. Sans la crise sanitaire, cela aurait été 30 », assure cet ancien responsable commercial passé par l’industrie automobile et l’aéronautique.

2008. La trentaine entamée, le besoin d’« épanouissement à 100 % » tient au ventre d’Hervé Girardon. Il assume, quitte Colmar et revient là d’où il vient. C’est-à-dire à Genilac dans le Gier, pour créer au marché de gros à Saint-Étienne, rue Necker, une société grossiste généraliste en produits alimentaires. Deux de ses employés de cette époque sont toujours à ses côtés : sa responsable administrative et son responsable dépôt. Mais le créneau, lui, a bien changé. « Je ne faisais pas le poids face aux nationaux. Alors comme j’étais passionné d’Italie, j’ai pensé à me spécialiser dans l’importation de leurs produits. Ceux que l’on ne voyait jamais en France. »

« Un client qui n’est pas sensible aux produits, je n’en veux pas »

Le début de voyages à répétition de l’autre côté des Alpes. D’abord dans des salons. Puis directement chez les producteurs, les transformateurs. Chez GPA, chaque référence (2 000 disponibles par semaine) est le fruit d’une visite de terrain dans les moindres recoins de la Botte. D’Hervé Girardon lui-même, sinon d’un de ses salariés. Sur la grande table de la salle où il nous reçoit ce jour-là, des dizaines de sachets et de paquets côtoient flacons, bouteilles et cartons. Vins, liqueurs, gâteaux apéritifs, fruits secs, bonbons, chocolats et autres douceurs : « Tout cela – une quarantaine de produits – vient de notre dernier passage au Piémont. Je pourrais vous parler de l’histoire de chaque produit pendant au moins 20 minutes. Goûtez-moi ces noisettes !… »

Mes collaborateurs sont tous des passionnés, c’est aussi ça notre force.

Hervé Girardon

30 min avant notre venue, elles l’étaient par sa « R&D ». Comprendre « mon directeur, ma responsable marketing, mon comptable ou mon responsable dépôt. Cette passion du goût, mes collaborateurs la partagent. Et c’est aussi notre force. » En Italie, l’agro-alimentaire, « c’est encore un mode de production artisanal avec un grand respect, une grande passion pour les procédés, le goût, le terroir. C’est ce que je veux, ce que je cherche, racontent les yeux pétillants d’Hervé Girardon. Un client qui n’est pas sensible à ça, je n’en veux pas. Mais il y a aussi le management des entreprises. Qu’elles comptent 5 ou 200 salariés, en Italie, c’est familial. Là aussi, ça me correspond. »

Une arrivée à Lorette programmée pour 2022…

Une philosophie aux petits oignons qui a su rencontrer une demande avide. Depuis son coup d’envoi dans les loges du Chaudron lors d’un événementiel de mémoire en 2011, le succès de GPA s’affirme chaque année un peu plus. D’1,1 M€ en 2011/12, le chiffre d’affaires a grimpé à 5,4 M€ en 2019/20. Ce sera 6 ou 6,2 M€ en 2020/21. Un rythme qui place l’entreprise à la 379e place du dernier Top 500 des champions de la croissance des Echos. Les 10 M€ d’ici 2 ans sont dans les viseur tandis que les effectifs (16 personnes actuellement) s’étoffent chaque année.

Le Caciocavallo dei Monti, un fromage italien

Les 2 000 m2 construits à Saint-Chamond en deux temps – 2015 et 2017  –, théâtre du ballet quotidien de sept camionnettes maison alimentant 350 clients professionnels en Rhône-Alpes et une centaine d’autres au niveau national, sont désormais trop étroits pour ses ambitions. Pour répondre à l’inflation de la demande provenant de pizzerias, trattorias, osterias et épiceries spécialisées, GPA va investir 2,8 M€ dans de nouveaux locaux à Lorette, face au nouveau siège d’Haulotte. « Après avoir fermé une bonne partie du printemps, nous avons redémarré à fond dès mai. Le contexte a fait exploser la demande à emporter et en produits locaux de qualité. Nous espérons ainsi déménager en janvier 2022 », annonce Hervé Girardon.

…avec au menu, un centre de formation

De quoi élargir et appliquer ses idées. « J’en ai plein la tête ! Je sais déjà ce que je veux faire d’ici 3 ans. Mais je ne dirais pas tout… » Juste, en revanche, qu’un agrément officiel obtenu, GPA profitera de la largesse de ses nouveaux locaux pour ouvrir un… centre de formation. Qu’ils visent une maîtrise de l’art du café italien, de la pâte à pizza ou de ses vins pour ne citer que cela, les professionnels français bénéficieront du savoir-faire des fournisseurs de GPA. Et oui, il y a de quoi en faire tout un plat.

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur
    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Sur Android
    Sur iOS