Saint-Étienne
lundi 27 mai 2024
14:47
Soutenez IF

Alliade Habitat veut marquer son territoire

0
2478 vues

Lui aussi filiale du groupe national Action Logement, le bailleur social Cité Nouvelle et ses 14 000 logements ligériens avaient été absorbés en 2021 par Alliade Habitat. Un an et demi après cette fusion, « le premier bailleur social de la région Auvergne-Rhône-Alpes » a présenté sa feuille de route 2023 dont ses projets spécifiques à la Loire.

Un « village senior » récemment créé à Bonson. Photo transmise par Alliade Habitat.

Via feue Cité Nouvelle, c’est un renfort de poids qu’a apporté la Loire à Alliade Habitat mi 2021. On parle là d’un patrimoine d’environ 14 000 logements ligériens répartis du nord au sud du département désormais intégrés donc à un vaste ensemble, celui du « plus gros bailleur d’Auvergne-Rhône-Alpes ». De l’est de l’Auvergne à la Savoie et du Val de Saône à Montélimar, la filiale d’Action Logement en compte désormais autour de 57 000. Le principal vecteur d’un mouvement de plusieurs fusions lancé en 2019 visant à « créer un territoire commun de développement cohérent entre les départements 07, 26, 42, 43 pour une qualité de service homogène » et à peser de manière très significative sous l’unique bannière Alliade Habitat qui compte autour de 1 000 collaborateurs.  

« Au niveau de notre action de proximité, ça n’a rien changé, assure Laurent Joubert, directeur développement et maitrise d’ouvrage d’Alliade Habitat Sud ouest, un « ex », justement, de Cité Nouvelle. Nous avons maintenu ouvertes toutes nos agences. » Début mars, le bailleur dont l’ADN comme il le décrit est celui de « l’accompagnement des acteurs locaux pour dynamiser le lien emploi-logement » (la genèse du groupe Action Logement tient au 1 % patronal logement lancé en 1953), a présenté sa feuille de route 2023 pour la Loire et la Haute-Loire tout en revenant sur l’année écoulée. Explosion des coûts, augmentation des taux d’intérêts, raréfaction du foncier : 2022 aura été marquée par une conjoncture à embuches pour les acteurs du BTP. Alliade Habitat dit avoir malgré tout « réalisé 90 % de son objectif, soit 1 806 logements agréés » à l’échelle régionale.

Vers 300 agrémentations dans la Loire en 2023

Alors que « les perspectives du marché restent incertaines », Alliade Habitat ambitionne en 2023 d’atteindre les 1 900 dont environ 300 dans la Loire selon la tendance observée en mars. Tandis que 73 logements en maîtrise d’ouvrage étaient déjà en cours de chantier (en particulier à La Talaudière et Riorges) au début de l’année dans notre département, le bailleur a programmé le démarrage de 130 autres dont 37 rien qu’à Saint-Just-Saint-Rambert, 17 à Saint-Etienne (12 rue de la Montat, 5 autres rue Gambetta), 23 à Roanne (sur deux programmes), 16 à Saint-Cyr-les-Vignes ou encore 10 Saint-Romain-en-Jarez renforçant ainsi une présence assez uniforme dans tous les secteurs de la Loire. Il faut y ajouter, la réception prévue, d’ici la fin de l’année de 96 « Vefa », c’est-à-dire des logements achetés clé en main à des promoteurs, dont 30 rien qu’à Veauche.

La résidence Le Raffin à Veauche. Photo transmise par Alliade Habitat.

Côté programmes de réhabilitation animés par d’évidents objectifs de décarbonation, elles sont au nombre de 697 en 2023 (292 sont à lancer) dont 405 concentrées à Saint-Etienne via quatre programmes (notamment 188 à La Richelandière, 99 à Clairville). En présentant ses objectifs en mars, Alliade Habitat souhaitait également mettre en avant ses solutions et programmes spécifiques visant l’accession à la propriété, le logement des étudiants et jeunes actifs, le maintien à domicile des locataires âgés. Sa marque « All’Access », dédiée à l’accession à la propriété, a ainsi vendu en 2022 148 logements à l’unité, dont 78 dans la Loire. Des accessions possibles après un contrat de 6 mois de location avec option d’achat, sinon via la vente du patrimoine HLM à des locataires déjà en place. La marque « Initiall », dédiée aux jeunes actifs et étudiants, qui comptabilise 37 résidences soit 1 143 logements et un peu plus de 1 400 lits, a, elle proposé 78 logements supplémentaires en 2022 sur la région mais pas dans la Loire.

Casah, une recherche spéciale senior dans la Loire

Cependant, des projets avancent ou sont en cours de réflexion à Roanne en partenariat avec le Crous pour une résidence étudiante. « Et nous continuons à discuter avec l’UIMM Loire, la FBTP 42 ou encore le Medef Loire autour de projets en réflexion », précise Laurent Joubert. Le mois dernier, ces mêmes organisations, au sein des locaux stéphanois du groupe HEF, faisaient d’ailleurs part au nouveau préfet, lors d’une rencontre avec les « milieux économiques » de cette problématique montante : le besoin de plus en plus prégnant de logements pour des alternants et des apprentis en nombre significativement croissant. Côté « seniors », l’objectif est évidemment le maintien à domicile, avec l’intérêt toujours montant aussi des élus, qu’il s’agisse de leurs centres-villes ou de leurs centres bourgs, d’adapter ou créer des logements spécifiques à proximité des commerces et services. En 2023, Alliade Habitat ambitionne de produire 201 logements fléchés séniors dont 50 seront labellisés Habitat senior services (HSS) pour leur densité d’équipements spécifiques.

Pas de précision sur la quantité ambitionnée dans la Loire qui ne manque cependant pas de projets allant dans ce sens, souligne Alliade Habitat évoquant ceux de Veauche ou encore Saint-Just-Saint-Rambert. Dans ce domaine, c’est dans la Loire qu’est mené le projet « Casah » en partenariat avec Delphis, l’Institut Présage et la Fondation du Crédit Agricole. Jusqu’en 2025, deux résidences de Saint-Etienne dites intergénérationnelles (90 logements à Bergson et Bellevue) dont la moitié des habitants sont des personnes âgées, font l’objet d’une expérimentation « où des porteurs de projets innovants viendront tester leurs solutions » : services de proximité, adaptation logement et parties communes, amélioration de la santé. Ou encore la prise en compte de problématiques sous les radars, note Laurent Joubert, « comme la perception du bruit pour des gens plus souvent chez eux ou encore la praticité du cheminement parking/logement ». L’étude doit déboucher sur un livre blanc dont les idées seront déployées à l’ensemble du patrimoine « senior » du bailleur et partagées avec les autres acteurs du secteur.

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur

    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Recevoir la newsletter
    IF Saint-Étienne