Saint-Étienne
lundi 24 juin 2024
06:00
Soutenez IF

Avec Roland Garros dans ses filets, la Tôlerie Forézienne marque un beau point

0
2781 vues

Le département mobilier, TF Urban, de la PME de Bonson, membre du groupe Poujoulat, s’est vu confier par la Fédération française de tennis (FFT) la fabrication du nouveau mobilier qui prend place sur les prestigieux courts de tennis du stade Roland Garros. De quoi accentuer un peu plus la diversification (entre autres) de la Tôlerie Forézienne dans ce domaine. Plutôt bienvenu dans un contexte de fort ralentissement du Bâtiment qui, fatalement, l’impacte sans placer pour autant ses ambitions aux vestiaires…

« La conception de ce mobilier s’inscrit résolument dans une démarche écoresponsable », souligne la Tôlerie Forézienne. Photo transmise par TF Urban

Côté volume, ce n’est pas une commande vitale. Mais côté image, il y a match. Être associé à l’excellence et à l’esthétique si particulière, si parlante, de Roland Garros, ça n’a pas de prix. Et c’est aussi une belle reconnaissance pour les équipes, le savoir-faire de la Tôlerie Forézienne, souligne auprès d’If Saint-Etienne Joël Lemoine, DG de l’entreprise métallurgique située à Bonson : « J’y étais encore mardi. Sa qualité d’accueil, son nombre de collaborateurs, le service rendu… c’est décidément du haut de gamme ! Tout le monde le sait, tout le monde connaît à l’international. Alors oui, notre marque associée cette maison, cette marque de grande ampleur, c’est bien sûr une très belle opération. » Belle opération dont le montant ne peut, sans surprises, pas être communiqué.  

TF Urban, l’activité « mobilier urbain » de la Tôlerie Forézienne, destinée à la fois aux espaces publics et aux sites privés, a en effet été retenue – il y avait cinq entreprises candidates sur la ligne de départ – par la Fédération française de tennis (FFT) pour le renouvellement décennal des mobiliers présents sur les courts de Roland Garros. Il s’agit donc « des bancs des joueurs, les chaises des arbitres et des juges de ligne ainsi que les différentes « box » sur les quatre courts principaux (Philippe-Chatrier, Suzanne-Lenglen, Simonne-Mathieu et n°14). Cette évolution, réservée cette année aux courts principaux, sera étendue à l’ensemble du stade en 2025 », explique la PME ligérienne. Il s’agit donc d’une première étape pour cette édition 2024 de la célèbre épreuve du grand Chelem qu’est Roland Garros, confirme à If Joël Lemoine : « D’ici 2025, nous aurons fini de fabriquer les équipements nécessaires pour l’ensemble du site, soit 18 courts. Au total, ce sont 250 pièces que nous aurons fournies. »

Une diversification qui continue de progresser

Diversifiée depuis 2007 dans le domaine du mobilier urbain, via donc TF Urban (80 références permanentes aujourd’hui), la Tôlerie Forézienne a l’habitude de faire appel à des designers internes et/ou à un réseau externe d’une soixantaine de designers pour ses propres créations standardisées ou sur commande. Mais pas dans le cas de Roland Garros où l’entreprise n’a fait que fabriquer, le design des mobiliers ayant été directement confié par la FFT au parisien Mobilier Walter. La proportion de TF Urban au sein de l’activité globale de la Tôlerie forézienne continue en tout cas de progresser. Enrichie en 2023 d’une offre sur les équipements destinés au vélo, à l’image de ce que réalise son voisin spécialisé Altinnova – abris, anneaux de fixation, etc. -, elle représente aujourd’hui 25 % du chiffre d’affaires contre 20 % il y a 2 ans (et 2 % avant 2014). En 2022, la Tôlerie Forézienne avait célébré en grande pompe son centenaire et affichait bonne santé et ambitions.

Jusqu’à 2 000 t d’acier, d’inox ou d’aluminium sont chaque année modelées au sein des 12 000 m2 du site de Bonson. ©Tôlerie Forézienne

Pour rappel, la PME – environ 130 salariés permanents – appartient au groupe Poujoulat (ETI de 1 700 salariés pesant 300 M€ de chiffre d’affaires de CA en 2022 avec 11 usines) depuis 1994. La maison mère, leader européen des systèmes d’évacuation de fumée, fournit la principale activité du site : la fabrication de tuyaux conduits et supports, leur façonnage esthétique compris, destinés aux cheminées de chauffage vendues par Poujolat. Elle a occupé environ 50 % du CA en 2023/24, 10 points de moins qu’il y a 2 ans en raison de la progression de TF Urban mais aussi de sous-traitance industrielle. Et là encore de 20 à 25 % par rapport à l’ensemble de l’activité. Le chiffre de la Tôlerie Forézienne est cependant stable : il devrait être de 15 M€ en 2023/24, exercice qui s’achève. Similaire donc à 2022/23 après une progression significative – même si l’inflation des prix a joué – de + 2,5 M€ par rapport à 2021/22.

Des objectifs qui ont toujours cours

Lors de son anniversaire, l’entreprise avait fait part de sa bonne santé tout en affichant quelques ambitions. A savoir, atteindre les 20 M€ de CA en 2025, créer une plateforme logistique jouxtant son site actuel (le foncier nécessaire est acquis) et recruter jusqu’à une cinquantaine de personnes supplémentaires. Si la diversification toujours un peu plus poussée de la Tôlerie Forézienne semble plus que jamais bienvenue, la conjoncture du bâtiment étant plus que morose, ces objectifs ne pourront pas être atteints d’ici un an. Mais ils ont cependant toujours cours : « On sait que le Bâtiment va souffrir pour au moins encore 18 mois et donc bien d’autres secteurs derrière. Cependant cette feuille de route reste la nôtre et oui, tout à fait atteignable, estime Joël Lemoine. Nous espérons y arriver pour 2027. »  En attendant un éventuel plan de recrutements plus massif, TF continue à recruter en permanence quelques postes, ne serait-ce que pour donner suite à ses départs en retraite.

On sait que le Bâtiment va souffrir pour au moins encore 18 mois et donc bien d’autres secteurs derrière. Cependant cette feuille de route reste la nôtre et oui, tout à fait atteignable. Nous espérons y arriver pour 2027. 

Joël Lemoine, DG de la Tôlerie Forézienne

A noter pour revenir au marché obtenu avec Roland Garros que « la conception de ce mobilier s’inscrit résolument dans une démarche écoresponsable, souligne l’entreprise. Favorisant le circuit court avec des fournisseurs locaux, et la réparabilité de ses produits, TF Urban prolonge la durée de vie des mobiliers grâce à des matériaux robustes, une simplicité d’assemblage et un design fin ». Les choix de matériaux, tels que le Chêne des Vosges certifié PEFC et l’aluminium provenant à plus de 75 % de matière recyclée, ainsi que l’implication des corps de métier locaux, visent en effet à limiter l’empreinte carbone de ces réalisations.

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur

    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Recevoir la newsletter
    IF Saint-Étienne