L'actualité de Saint-Étienne et sa région
S'inscrire à la Newsletter
S'inscrire à la Newsletter

La French Tech One Lyon Saint-Etienne continue sa progression

0
961 vues

Des startups stéphanoises mais aussi la métropole stéphanoise font partie de la French Tech One Lyon-Saint-Etienne. Mais à quoi sert cette structure ? Quels sont ses objectifs ? Nous avons souhaité en savoir davantage alors que Marc Chassaubéné, adjoint à la Ville de Saint-Etienne et vice-président de Saint-Étienne Métropole en charge du design et du numérique, est devenu co-président de cette association, découlant du label national French Tech, en septembre.

La French Tech se qualifie de « mouvement français des startups ». Un mouvement qui se matérialise sur le territoire français par 13 capitales French Tech et 45 communautés French Tech dont trois en Auvergne-Rhône-Alpes. Parmi ces trois, la French Tech One Lyon-Saint-Etienne se développe pas à pas. Sous format associatif, cette structure a pour objectif de fédérer les entreprises innovantes, de véhiculer les différents appels à projets d’Etat pour les startups du territoires et rendre le plus visible possible les accompagnements et réseaux existants. La French Tech stéphano-lyonnaise compte aujourd’hui 180 adhérents (contre 90 en juin dernier), la preuve de son dynamisme.

La métropole de Lyon se désengage, là où celle de Saint-Etienne s’investit davantage

Une entité qui vise également à un équilibre entre les deux métropoles voisines, comme en témoigne la nomination de Marc Chassaubéné, adjoint à la culture de la Ville de Saint-Etienne et vice-président de Saint-Etienne Métropole en charge du design et du numérique, en tant que co-président de la French Tech. « Le rééquilibrage a été pensé depuis plusieurs mois, il était assez naturel que cela se passe ainsi, explique ce dernier. La deuxième chose qui est entrée en ligne de compte c’est le fait que Lyon Métropole se retire de French Tech. Nous avons trouvé un terrain d’entente par exemple sur Ilyse, mais sur French Tech, nous n’avons pas trouvé ce point d’accord. Cela dit la métropole lyonnaise reste très présente par le nombre d’acteurs de son territoire que l’on trouve dans la structure. » Aujourd’hui, sur les 180 adhérents de French Tech One, 30 sont situés dans la métropole stéphanoise. Et la métropole a décidé d’appuyer sa politique en faveur des startups. « Gaël Perdriau a fait le choix de se positionner à l’inverse de Lyon quant à la French Tech, précise l’élu. Mais aussi de déployer 20 M€ en faveur des startups, dans le cadre du plan de relance stéphanois. Mais c’est aussi le pôle régional d’innovation par le design qui sera le point focal de développement économique par le design, s’intégrant dans le projet Cité du design 2025. Toutes les structures de French Tech pourront profiter d’un accompagnement sur la conception de produits, sur la gouvernance ou même leurs services. Cette plateforme revêt de grands avantages pour les adhérents French Tech. »

La French Tech favorise les collaborations territoriales, en regroupant l’ensemble de l’écosystème de la Tech de notre région.

Marc Chassaubéné, co-président de la French Tech One Lyon-Saint-Etienne

Booster l’écosystème des startups de la région

Partageant la présidence de French Tech One Lyon-Saint-Etienne avec Émilie Legoff (dirigeante de Troops), l’élu voit de nombreux avantages dans cette organisation transversale. « Cela favorise les collaborations territoriales, en regroupant, même si je n’aime pas trop ce terme, l’ensemble de l’écosystème de la Tech de notre région » explique Marc Chassaubéné. Une organisation qui vise à mettre sur orbite les startups en leur apportant des moyens qu’elles n’auraient pas en restant seules dans leur coin. Notamment concernant le nerf de la guerre, à savoir les levées de fonds. Via la French Tech One, ce sont 210 M€ en 2020 et d’ores et déjà 292 M€ qui ont été levés au profit des startups lyonnaises et stéphanoises adhérentes au réseau French Tech. Sachant que les métropoles lyonnaises et stéphanoises abritent environ 1 000 startups, la marge de croissance pour la French Tech est bel et bien là.

Quelques infos complémentaires à propos de French Tech One Lyon-Saint-Etienne :

  • On dénombre environ 1 000 startups entre Lyon et Saint-Etienne
  • 180 adhérents actuellement contre 90 en juin dernier, dont 30 issus de la métropole stéphanoise
  • Parmi les adhérents stéphanois, on retrouve Keranova, TravelAssist.io (service de conciergerie de voyage), Digital League (cluster des entreprises numériques) ou encore Meal Canteen.
  • Concernant les levées de fonds : 210 M€ ont été récupérés en 2020 et 292 M€ à ce jour en 2021.
  • La French Tech One Lyon-Saint-Etienne emploie quatre salariés et un alternant, dont Alexandre Vallat, le référent start-up à Saint-Etienne
Rédacteur en chef
Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur
    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Sur Android
    Sur iOS