L'actualité de Saint-Étienne et sa région
S'inscrire à la Newsletter
S'inscrire à la Newsletter

La Loire prête à relancer son économie

• 24 novembre 2020 • Nicolas Bros
0
241 vues

La Loire peut profiter du plan de relance national 2020/2022, baptisé « France Relance », qui s’accompagne d’une enveloppe de 100 milliards d’euros. Mais les porteurs de projets (entreprises et collectivités) ne devront pas trop tarder…

« France relance », c’est son nom. Le plan de relance économique français 2020/2022, annoncé en septembre par le Gouvernement, est désormais déployé sur le territoire. Avec une dotation de 100 milliards d’euros, il vise à irriguer l’économie française pour lui redonner des couleurs. Dans la Loire, les acteurs économiques sont parvenus à se « mettre en ordre de bataille » afin de décliner localement ce soutien aux entreprises et collectivités.

Accompagnée par les responsables des structures économiques départementales de la CCI, de la Chambre de métiers et de l’artisanat de la Loire, de la Chambre d’agriculture, de la Banque de France ou encore de la direction des finances publiques, Catherine Séguin, la préfète de la Loire a expliqué la teneur des mesures prises par l’État. « Ce plan de relance est un énorme investissement. Cette crise nous fournit paradoxalement l’opportunité de financer des projets qui visent à transformer l’économie dans des directions choisies. » De ce fait, ce sont trois piliers principaux sur lesquels repose « France Relance » : l’écologie (pour 30 milliards d’euros), la compétitivité (pour 34 milliards d’euros) et la cohésion (36 milliards d’euros).

Se renseigner puis faire connaître son projet

Dans la Loire, la préfète et les acteurs économiques locaux ont insisté sur le fait que les structures intéressées doivent rapidement se faire connaître, au risque de ne pas pouvoir profiter de l’enveloppe. « Deux ans, cela passe très vite. Nous devons agir rapidement et tout faire pour que tous les porteurs de projets soient informés du processus du plan de relance », déclare la préfète. Le message est donc clair : « pour tous les acteurs dans les territoires, l’enjeu est d’identifier ou de faire émerger des projets dans les meilleurs délais. »

Afin de faciliter les échanges et la prise d’informations, des points d’entrées ont été définis au niveau départemental selon le type de structures portant un projet :

  • Pour les collectivités, elles peuvent s’adresser aux sous-préfets d’arrondissements qui « sont les interlocuteurs naturels et la porte d’entrée privilégiée pour le département. » Une adresse mail a été mise à disposition : ddt-france-relancecollectivites@loire.gouv.fr
  • Pour les entreprises, c’est la CCI qui est le référent avec sa plateforme CARE et une adresse mail dédiée.
  • Pour le secteur agricole, c’est la Chambre d’agriculture qui centralise les projets

Depuis le 20 novembre, le calendrier des différents appels à projets est disponible à cette adresse : https://www.economie.gouv.fr/files/files/directions_services/plan-de-relance/calendrier-appels-projets.pdf

Nous devons tout faire pour que tous les porteurs de projets soient informés du processus du plan de relance.

Catherine Séguin, préfète de la Loire

Déjà trois entreprises ligériennes soutenues

À ce jour, dans la Loire, trois premières entreprises sont déjà lauréates d’un appel à projets du plan de relance dans le secteur auto et aéronautique : Loire Étude, Tivoly et Saint-Etienne Automotive Components. D’autre part, ce sont d’ores et déjà 70 projets (qui sont suivis « auxquels vont s’en ajouter bientôt une soixantaine », précise la Préfecture. Les 3/4 de ces projets sont portés par des PME, la moitié se situe dans l’arrondissement de Saint-Étienne, un quart dans celui de Roanne et le dernier quart dans celui de Montbrison. Ils sont portés par des entreprises évoluant dans les secteurs de la mécanique, de l’agroalimentaire, du textile ou des technologies médicales.

Du côté des collectivités, 42 projets communaux ou intercommunaux sont financés dans la Loire, au titre de la dotation de soutien à l’investissement local (DSIL) exceptionnelle de 2020/2021 de 3,1 millions d’euros. Cela représentant en tout près de 12 millions d’euros de travaux.

Partagez
Signaler une erreur

Signaler une erreur
J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

Laisser un commentaire
Sur Android
Sur iOS