L'actualité de Saint-Étienne et sa région
S'inscrire à la Newsletter
S'inscrire à la Newsletter

Saint-Chamond dévoile le centre commercial à la place du Leroy Merlin

• 17 décembre 2020 • Xavier Alix
0
4095 vues

La municipalité couramiaude a donné tous les détails, jeudi, de l’aménagement qui sera construit à l’entrée est de la ville, à la Varizelle. Gifi, Intersport, Action, Biocoop ouvriront, entre autres, dès l’été prochain dans un petit centre commercial présentant 6 455 m2 de surface de vente. En lieu et place de Leroy Merlin, parti à Steel en septembre.

Vue aérienne du projet une fois abouti d’ici l’été 2021. L’ex-Leroy Merlin sera complètement remanié, deux nouveaux bâtiments seront construits. Projection architecturale de Pegasus fournie par la mairie.

Ils ont déjà tous signé. Et pour six ans. Gifi, Intersport, Action, Biocoop, Maxi Zoo (produits pour les animaux), Générale d’Optique, une boulangerie Marie Blachère et enfin, Tout Compte Frais (primeur « à la cagette ») rempliront huit des dix cellules commercialisées par le promoteur : Pegasus.

Basé à Lyon, ce groupe indépendant qui compte plusieurs filiales autour des métiers du bâtiment totalise 72 salariés et travaille d’abord sur la région mais aussi en Ile-de-France et en Paca. Créé en 1995 par Benoît Petiau, il est aussi derrière des projets de résidences et de logements individuels. Comme actuellement un lotissement en construction rue Croix-Raisin, toujours à Saint-Chamond.

Plus de six ans qu’il travaille sur un projet commercial dans cette zone de la Varizelle. La copie a dû être retravaillée à plusieurs reprises. La perspective de la salle omnisports principalement destinée au Saint-Chamond Basket, dont les travaux ont démarré, puis l’annonce du départ, début 2018, de Leroy Merlin pour Steel ont bouleversé les projections originales. Mais le projet est désormais définitif. Et bien fixé sur ses rails.

« Il n’y a pas de prêt-à-porter »

Il est à appréhender dans « une vision globale de l’aménagement commercial sur la commune », insiste le maire, Hervé Reynaud. Droit de préemption, marketing territorial, requalification en série des places : « Nous travaillons sur le renforcement du centre-ville et des quartiers pour obtenir un environnement plus favorable aux habitants et aux commerces. Les deux vont ensemble. Depuis Novaciéries destiné à « dilater » le centre-ville, nous avons poursuivi vers l’est et la rue de Saint-Etienne » amorçant ainsi « une coulée commerciale ».

Le projet doit, lui aussi, profiter des travaux qui rendront le demi-échangeur de la Varizelle complet d’ici 2023. Pour un investissement public de 17 M€. Projection architecturale fournie par la mairie de Saint-Chamond

Le nouveau centre de la Varizelle (il n’aura pas de nom officiel, en tout cas pas tout de suite) est la dernière pièce aux yeux de la mairie. Pièce manquante et donc complémentaire, assure-t-elle. Les discussions à trois auraient été très poussées entre enseignes, municipalité et le promoteur pour attirer des offres solides n’empiétant pas sur celles existantes. « Il n’y a pas de prêt-à-porter mais par contre, il y aura enfin une enseigne de sport à Saint-Chamond avec Intersport. Le but global est de réduire une évasion commerciale saint-chamonaise que nos études évaluent à 65 % », pointe Hervé Reynaud.

Le but global est de réduire une évasion commerciale saint-chamonaise que nos études évaluent à 65 %.

Hervé Reynaud, maire de Saint-Chamond

Sept implantations et un déménagement

Parmi les enseignes ayant signé, une seule déménage. Le Gifi historique de L’Horme songeait depuis longtemps à quitter ses locaux pour développer un nouveau concept, assure la municipalité couramiaude qui ajoute qu’un projet est déjà amorcé dans la commune voisine pour le remplacer. « Malgré le contexte, les reports, le déménagement de Leroy Merlin retardé, les enseignes ont gardé toute confiance dans le projet et dans l’attractivité de Saint-Chamond, souligne Alain Ceccon, actionnaire de Pegasus, venu à la présentation. Nous souhaitions avoir des enseignes aux reins solides, complémentaires, installées pour longtemps. On les a. »

Gifi sur 2 000 m2 de surface de vente, Intersport (sur 1 800 m2), Action (sur 935 m2 ; concept d’hard-discount néerlandais non-alimentaire), Générale d’Optique (150 m2) et Maxi Zoo (520 m2) prendront place dans la « coque» du Leroy Merlin, remaniée – et légèrement « rabotée » – depuis fin novembre et la prise de possession du site par Pegasus. Sur l’ancien parking, en revanche, prendront place deux bâtiments neufs. Celui au nord accueillera Marie Blachère. Celui au sud un magasin Biocoop, leader de la distribution bio et le concept de primeur « à la cagette » reproduit par un commerçant stéphanois Tout Compte frais.

Pegasus annonce un verdissement des lieux (92 arbres) et des cheminements piétons agréables et cohérents pour un parcours allant de Leclerc à la future salle omnisports voisine. Projection architecturale fournie par Pegasus et la mairie de Saint-Chamond

Ces deux bâtiments doivent accueillir chacun un restaurant. Ce qui n’a pas pu encore se concrétiser en raison du contexte sanitaire, se défend Pegasus. Le promoteur souligne néanmoins maintenir de sérieux contacts espérant même une signature d’ici l’été. Cette nouvelle offre de restauration doit se caler en termes de concept, de public visé et d’horaires avec la future fréquentation de la salle voisine dévolue au Saint-Chamond Basket. Il en est de même des aspects paysagers et des chemins piétonniers du site visant à créer une continuité de parcours du Leclerc à la salle (hors du site, Saint-Etienne Métropole en créera).

Nous souhaitions avoir des enseignes aux reins solides, complémentaires, installées pour longtemps. On les a.

Alain Ceccon, actionnaire de Pegasus

90 emplois, 120 à terme

Les deux parkings, « en rubans » serviront, eux aussi à la salle. Deux car outre celui entre les deux bâtiments neufs, un second sera créé sur l’ex-cour aux matériaux de Leroy Merlin pour un total de 265 places (légèrement moins qu’avant). Panneaux photovoltaïque, toits végétalisés, gestion des eaux, zone de tri sélectif commune, bornes à véhicules électriques, verdissement des lieux (92 arbres sont plantés) hôtels à insectes : Pegasus promet aussi un classement environnemental premium, « bien au-dessus de ce qu’on attend d’une rénovation ».

Au total, le site présentera 6 455 m2 de surface de vente (Leroy Merlin en avait 9 000, extérieurs compris) pour un total de 8 275 bâtis. L’investissement s’élève à 15 M€ : 10 pour Pegasus, 5 pour les enseignes. Elles devraient commencer à s’installer en mai, une fois le gros des travaux achevés, pour une ouverture programmée à la fin de l’été et une inauguration officielle le 30 septembre. Le site doit accueillir 90 emplois dans un premier temps. 120 à son rythme de croisière, « d’ici 3 ans »…

Partagez
Signaler une erreur

Signaler une erreur
J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

Laisser un commentaire
Sur Android
Sur iOS