L'actualité de Saint-Étienne et sa région
S'inscrire à la Newsletter
S'inscrire à la Newsletter

Transport ferroviaire : une coopérative relance la ligne Lyon-Bordeaux

• Julie Tadduni
0
1063 vues
Railcoop train

Créée en 2019, la société coopérative Railcoop souhaite exploiter un tissu ferroviaire qu’elle juge délaissé, afin de recréer du lien et de favoriser un transport plus écologique. Parmi ses projets à venir, le retour d’une ligne Lyon-Bordeaux prévu d’ici un an.

Et si on pouvait bientôt rejoindre Bordeaux depuis Lyon, sans passer par Paris ? C’est l’un des projets porté par la société coopérative Railcoop. «  Notre coopérative ferroviaire est née de la rencontre de personnes sensibles aux sujets environnementaux, indique Quentin Neurohr, administrateur de Railcoop et consultant en politiques de mobilité. Notre directeur, Nicolas Debaisieux, venait d’arriver dans le Lot à l’époque, et s’est rendu compte de la fracture qui existait au niveau des infrastructures ferroviaires dans certains territoire. » 

Depuis sa création en 2019, Railcoop a donc fait beaucoup de chemin et compte plus de 8 000 sociétaires à ce jour. À la fin de l’année, la première ligne de fret sera lancée, entre Capdenac, situé dans le Lot, et la région toulousaine. Et son projet phare, la ligne de transport de voyageurs en Lyon et Bordeaux, devrait voir le jour d’ici la moitié de l’année 2022, et passera par Roanne.

Notre coopérative ferroviaire est née de la rencontre de personnes sensibles aux sujets environnementaux

Quentin Neurohr, administrateur de Railcoop et consultant en politiques de mobilité

13 millions d’euros la rame

Ce nouveau concurrent de la Sncf mise sur l’occasion. « Il faut savoir qu’une rame de chemin de fer coûte dans les 13 millions d’euros lorsqu’elle est neuve. Ce prix ainsi que les délais de livraison nous ont fait nous tourner vers le matériel d’occasion, tout en ayant de fortes exigences sécuritaires ».

Sa licence ferroviaire obtenue, Railcoop est actuellement financé par des investissements issus de particuliers, d’entreprises et de collectivités. « À terme, nous voulons évidemment vivre de la vente de billets et de services, précise Quentin Neurohr. Nous avons vocation à être une entreprise comme les autres. » La société coopérative est en contact avec de nombreuses collectivités concernées, dont Roanne. « Sur une commune comme Gannat (Allier) par exemple, notre projet va permettre de rouvrir la gare, d’y proposer de nouveau des services. »

Railcool
Bientôt une ligne Lyon-Bordeaux © Railcoop

Nous avons vocation à être une entreprise comme les autres.

Un trajet pour environ 40 euros

Pour son Lyon-Bordeaux, Railcoop vise les prix du covoiturage. « Nous serons forcément moins cher que la Sncf car il n’y aura pas besoin de passer par Paris comme c’est le cas actuellement. Et en dehors du prix, c’est un gain de confort, cela génère moins de stress. Le fait de passer par Paris, de devoir changer de gare, prendre le métro, s’orienter… c’est une barrière aux déplacements de certaines personnes. Pour 40 euros, nous relierons Lyon à Bordeaux. » En un peu plus de 7 heures quand même… De ce fait, l’administrateur sait que les voyageurs feront plus ce qu’il appelle du « cabotage » sur cette ligne, c’est-à-dire que majoritairement, ils ne feront pas la totalité du trajet, mais davantage des portions, comme un Lyon-Montluçon par exemple. « C’est ici que réside tout l’intérêt de ce projet, de pouvoir rassembler. »

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur
    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Sur Android
    Sur iOS