Saint-Étienne
jeudi 30 juin 2022
17:51
Soutenez IF

Jean-Baptiste Rouquerol : « On ne peut pas imaginer un Éric Zemmour sans une majorité parlementaire »

0
1861 vues

Dans le cadre de la campagne pour l’élection présidentielle, If Saint-Étienne vous propose une série d’interviews politiques des représentants locaux des douze candidats afin d’évoquer avec eux les échéances à venir. Elles seront publiées progressivement jusqu’au vendredi 8 avril 2022.

Reconquête Loire
Dans la Loire, Reconquête! compte 850 adhérents. ©JT

À 42 ans, Jean-Baptiste Rouquerol est ingénieur, spécialisé dans les énergies renouvelables et la transition énergétique. Il travaille à son compte depuis 2009 à Saint-Étienne. L’entrepreneur était engagé au Parti chrétien démocrate, mouvement fondé par Christine Boutin, qui avait ensuite laissé sa place à Jean-Frédéric Poisson pour devenir Via, la voix du peuple. Jean-Baptiste Rouquerol en est le délégué pour la Loire depuis 15 ans. Jean-Frédéric Poisson s’était présenté à la primaire LR en 2017 et avait lancé sa candidature à la présidentielle en 2021, n’ayant pas eu l’écho escompté. Il a rejoint Reconquête ! et Éric Zemmour fin 2021. Jean-Baptiste Rouquerol est devenu le délégué du parti pour le département. Rencontre.


Quel bilan tirez-vous du quinquennat d’Emmanuel Macron ?

« Je dirais qu’on est entré dans une phase de matérialisme aigu, et les Français sont toujours plus éloignés de leurs propres racines, de leur propre histoire. On est entré dans un multiculturalisme, un mondialisme, aux antipodes du message d’un Éric Zemmour qui, avec ses mots simples, redonne un souffle aux espoirs français, et participe à une recomposition complète du paysage politique. Le bilan d’Emmanuel Macron, c’est un divorce prononcé entre la technocratie et le peuple. »

Selon vous, quelle est la mesure phare d’Éric Zemmour ?

« Sans hésitation, c’est lié à l’immigration. Le programme d’Éric Zemmour sur l’immigration, il est très simple. Il ne diffère en rien de celui des LR en 1992. Aujourd’hui, le message d’Éric Zemmour c’est « je vais enfin appliquer ce qu’étaient les promesses faites il y a trente ans » et mettre fin à trente ans de trahison de la classe politique avec son électorat. Par rapport à la mise en application, il le cite souvent, c’est la Suisse on va dire. On cherche à se rapprocher d’un modèle qui protège mieux ses habitants, comme en Suisse. Sans en être encore à un usage du référendum aussi élargi. Mais davantage tourné vers un usage plus régulier du référendum. On le voit, en dehors du référendum, tout ce que l’on appelle démocratie directe, c’est une farce. Macron a convoqué des États généraux sur la bioéthique, et il a fait exactement le contraire de toutes les conclusions qui sont remontées de ces États généraux. Et c’était la même chose pour l’environnement. On a eu de très beaux États généraux, qui ont fait remonter de très belles choses. Et la démission de Nicolas Hulot n’est pas étrangère à cela. »

On le voit, en dehors du référendum, tout ce que l’on appelle démocratie directe, c’est une farce.

Quel ancrage local avez-vous au niveau du nombre d’adhérents, de militants ? Et de quelle manière menez-vous la campagne localement ?

« À date, nous sommes à 850 adhérents sur le département, et un peu plus de 3 000 si l’on ajoute les sympathisants, ceux qui viennent aux meetings. Mais avec l’adhésion stricte, qui coûte trente euros, c’est actuellement 850 personnes. Reconquête! est donc le plus jeune parti et le premier parti Ligérien en terme d’adhésion. Nous menons la campagne de manière assez classique. Cela passe donc par des tractages et des collages. On a eu quelques meetings et c’était assez impressionnant. Nous en avons eu un dans le Roannais et un autre à Saint-Étienne, qui ont réuni quelque 200 personnes. Et 200 personnes mobilisées en moins de trois jours, cela témoigne d’un engouement. Ce qui caractérise un peu le mouvement, c’est justement qu’il y a beaucoup d’énergie. On passe davantage notre temps à cadrer qu’autre chose. Il y a aussi beaucoup de joie de la part de tous ces nouveaux adhérents, qui arrivent d’horizons parfois très différents. Le gros des troupes reste quand même la droite, mais il y a aussi des gens qui viennent de la gauche. Beaucoup de personnes qui ont été souvent divisées par des barrières un peu factices se retrouvent, et sont heureuses de se retrouver. Nous insistons beaucoup pour que la campagne ne soit pas hors sol. Donc les adhérents axent beaucoup leurs actions sur le porte-à-porte et sur la rencontre directe afin de répondre aux questions que les gens se posent sur le programme d’Éric Zemmour. On veut être dans la relation directe, dans l’explication, pour apporter des réponses dimensionnées à la personne et ne pas rentrer dans des généralités. »

Aurez-vous des candidats aux législatives dans la Loire ?

« Des candidats à l’investiture, oui, des candidats investis, pas encore. Au niveau de chaque circonscription, il y a eu une sollicitation destinée à toutes les personnes qui se sentaient appelées de cette mission à le faire savoir. Ensuite, nous en discutons avec les adhérents dans chaque circonscription et ce sont des noms que l’on fait remonter à la Commission nationale d’investiture. Mais ce n’est pas encore ouvert. Ce sont des investitures qui se feront au lendemain du second tour parce qu’il y aura beaucoup de mouvement dans l’entre-deux-tours, beaucoup de personnes viennent nous voir et préparent aussi certains ralliements, il faudra tenir compte de ce mouvement. On ne peut pas imaginer un Éric Zemmour sans une majorité parlementaire. »

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur
    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    S'inscrire à la newsletter

    À lire aussi

    Fabienne Perrin : « Remettre en place un climat d’apaisement et de sécurité pour le citoyen »

    Dans le cadre de la campagne pour l’élection présidentielle, If Saint-Étienne vous propose une série d’interviews politiques des représentants locaux des douze candidats afin d’évoquer avec eux les échéances à venir. Elles seront publiées progressivement jusqu’au vendredi 8 avril 2022. Fabienne Perrin est engagée en politique depuis plus de 30 ans au parti Les Républicains, qui fut

    Présidentielle : pourquoi ils ne voteront pas le 10 avril

    Ils ont le droit de voter, mais ont choisi de s’abstenir. Pour certains, ce sera la première fois. If Saint-Étienne a interrogé ces électeurs ligériens pour comprendre pourquoi ils ont décidé de bouder les urnes le 10 avril. « Jamais je n’aurais imaginé ne pas aller voter un jour. J’étais tellement fière de voter, d’avoir mes

    Voir plus d'article.
    Sur Android
    Sur iOS
    S'inscrire à la Newsletter