Saint-Étienne
mercredi 6 juillet 2022
05:50
Soutenez IF

Romain Brossard : « Nathalie Arthaud représente avec LO un programme de lutte révolutionnaire »

0
1069 vues

Dans le cadre de la campagne pour l’élection présidentielle, If Saint-Étienne vous propose une série d’interviews politiques des représentants locaux des douze candidats afin d’évoquer avec eux les échéances à venir. Elles seront publiées progressivement jusqu’au vendredi 8 avril 2022.

Romain Brossard, porte-parole de Lutte ouvrière (LO) dans la Loire.

Avec André Moulin à Saint-Chamond, il est la figure de Lutte ouvrière (LO) dans le sud Loire depuis 15 ans et son arrivée à Saint-Etienne pour raisons professionnelles. Romain Brossard, 45 ans, est Bourguignon d’origine. Cet enseignant en mathématiques au lycée Fauriel adhère depuis ses 18 ans à LO dont il est désormais « un porte-parole local », séduit dans sa jeunesse par les discours d’Arlette Laguiller : « Cela a donné un sens à mes révolte ainsi que des perspectives ».


Quel bilan tirez-vous du quinquennat d’Emmanuel Macron ?

« Sans surprise. C’était le candidat des riches il y a 5 ans. Il a été le président des riches pendant 5 ans. Il a continué et amplifié la politique de ses prédécesseurs, Mitterrand compris bien sûr. Avec Macron, il y a eu la suppression de l’ISF, la baisse des APL, la CSG sur les retraites ou encore un quoi qu’il en coûte de 120 milliards d’euros qui a servi à sauver les profits des grandes entreprises alors que des millions de travailleurs perdaient leurs emplois, sinon des centaines d’euros par mois. Ils sont plus fragilisés, moins bien payés. Les files d’attente pour l’aide alimentaire explosent mais les plus grandes fortunes de France ont progressé comme jamais en 19 mois ! +  50 % en un an pour Bernard Arnault qui gagne 2 smics à la minute ! La gestion de la pandémie a été excellente pour les riches. Macron a détourné la colère contre les non vaccinés alors que le principal problème est le manque de moyens des hôpitaux. Les droits des travailleurs continuent d’être attaqués : après la réforme du chômage, voilà la retraite à 65 ans. Non : la baisse des charges patronales ne profite pas aux travailleurs. Cette illusion durera tant que les grands patrons seront aux manettes. Les baisses de cotisations font que les grandes entreprises exigent de leurs sous-traitants des contrats à la baisse. »

Selon vous, quelle est la mesure phare de Nathalie Arthaud ?

« Ce que Nathalie Arthaud représente, c’est un programme de lutte révolutionnaire et non électoral, même si les élections sont une occasion immanquable de faire entendre nos idées. Oui, nous souhaitons augmenter les salaires de 300 euros minimum et porter le smic à 2 000 euros nets comme les retraites. Aucun revenu ne doit être inférieur à cette somme. Mais ce sont des objectifs d’une lutte qui ne se gagnera pas dans les urnes mais en arrachant le pouvoir pour que les travailleurs, ceux qui produisent les richesses, prennent le contrôle. Ce qui signifie confisquer de la propriété privée. La violence est-elle indispensable ? Je ne sais pas. Ce que je sais, c’est que, même s’il y a largement pire encore dans le monde, la société française est déjà violente : perdre son emploi, c’est violent, mettre 100 euros dans le réservoir, c’est violent, refuser des petits loisirs à ses gamins parce qu’on a plus les moyens, c’est violent. Alors effectivement, il faudra s’affranchir de la légalité en place qui sert l’intérêt des patrons. »

La violence est-elle indispensable ? Je ne sais pas. Ce que je sais, c’est que la société française est déjà violente.

Romain Brossard, « porte-parole » de LO dans la Loire

Quel ancrage local avez-vous au niveau du nombre d’adhérents, de militants ? Et de quelle manière menez-vous la campagne localement ?

« LO, c’est une action militante permanente. Nous sommes toujours en campagne. Encore une fois, les élections sont pour nous une fenêtre d’expression idéale. En ce sens, Nathalie Arthaud a commencé tôt, dès septembre. Elle est venue elle-même à des meetings, des réunions publiques dans des dizaines de villes en France, dont Saint-Etienne où nous avons réuni une centaine de personnes à l’amicale laïque Chapelon. Nous avons intensifié nos actions. En ce moment, c’est tous les jours, même si nous sommes déjà des habitués du porte-à-porte, des marchés, du tractage devant les entreprises où nous sommes seuls, des places où, à partir de juillet, nous serons à nouveau seuls… LO compte ainsi quelques dizaines de personnes actives dans la Loire, davantage dans le sud avec peu de présence dans le Roannais. On se débrouille avec peu de moyens : on imprime en noir et blanc, à nos frais comme pour se déplacer. LO, c’est zéro politicien professionnel mais on prend le temps de discuter, de convaincre. »

Aurez-vous des candidats aux législatives dans la Loire ?

« Oui. Comme en 2012, comme en 2017, nous serons dans chaque circonscription de la Loire. Nous ne nous allierons pas avec qui que ce soit. Nous l’avons fait en 2008 pour les Municipales (avec le PC, et par ricochet, parfois avec le PS, comme à Saint-Chamond où André Moulin a occupé un poste d’adjoint sous Philippe Kizirian, Ndlr) dans une perspective locale. On ne le refera pas au regard de l’aggravation de la situation et d’une « gauche » droitisée : le PS a tapé très dur sur les travailleurs sous Hollande. Le capitalisme nous a amenés dans une situation dramatique. La société menace de s’écrouler et la réponse ne peut pas être électorale. Même si un Mélenchon et son « votez pour moi, vous économiserez des manifs » passait, il se confronterait au « mur de l’argent », comme le PS dans les années 80, comme Tsípras en Grèce. Il sera impuissant : entre un gouvernement et les banques, ce sont elles qui décident. Le seul parti proche de nous, c’est le NPA mais nous divergeons sur l’angle d’attaque. Poutou se veut porte-parole de toutes les luttes. Elles sont légitimes. Mais la porte d’entrée pour faire reculer ces oppressions est celle des travailleurs. »   

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur
    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    S'inscrire à la newsletter

    À lire aussi

    À Saint-Étienne, Jean-Luc Mélenchon est arrivé en tête

    La Loire a suivi la tendance nationale en plébiscitant majoritairement Emmanuel Macron et Marine Le Pen lors de ce premier tour de la présidentielle. Cependant, à Saint-Étienne, c’est Jean-Luc Mélenchon qui est largement arrivé en tête des suffrages. La Loire n’a pas fait exception lors de ce premier tour de la présidentielle en votant majoritairement

    Johann Cesa : « Les électeurs ne se déterminent pas seulement sur les personnes mais aussi sur les programmes »

    Dans le cadre de la campagne pour l’élection présidentielle, If Saint-Étienne vous propose une série d’interviews politiques des représentants locaux des douze candidats afin d’évoquer avec eux les échéances à venir. Elles seront publiées progressivement jusqu’au vendredi 8 avril 2022. Johann Cesa est originaire de Bellegarde-en-Forez, a 35 ans et est adhérent au Parti socialiste (PS) depuis

    Et si on essayait de voter autrement ?

    Professeure en économie à l’université Jean-Monnet, Antoinette Baujard coordonne depuis 2007 une opération expérimentale d’ampleur nationale du laboratoire CNRS Gate Lyon Saint-Etienne portant sur les modes de scrutin lors du 1er tour de l’élection présidentielle. L’opération « Voter Autrement » teste des alternatives à celui uninominal majoritaire à deux tours en vigueur : par notes,

    Voir plus d'article.
    Sur Android
    Sur iOS
    S'inscrire à la Newsletter