L'actualité de Saint-Étienne et sa région
S'inscrire à la Newsletter
S'inscrire à la Newsletter

Rive-de-Gier : la cheminée Duralex en cours de démolition

• Julie Tadduni
0
590 vues

Ce mardi 15 juin, la mairie de Rive-de-Gier, Saint-Étienne Métropole et Epora lançaient la démolition de la cheminée du site de l’ancienne verrerie Duralex, resté en friche depuis sa fermeture par ordonnance du juge en 2007.

Après des années d’une procédure judiciaire qui s’est achevée en 2018, les travaux de démolition de l’ancienne verrerie Duralex, située à Rive-de-Gier ont débuté il y a quelques mois. Ce mardi 15 juin, la ville de Rive-de-Gier, Epora, et Saint-Étienne Métropole s’attaquaient à l’emblématique cheminée du site, d’une hauteur de 60 mètres, qui sera définitivement démolie dans quelques jours. Une page qui se tourne pour la ville, sur fond de sentiment amer. « Rive-de-Gier et le travail du verre, c’est une longue et belle histoire, et Duralex en a été le triste épilogue, lance le maire, Vincent Bony. Le dernier investisseur a laissé derrière lui des dettes auprès de nombreuses entreprises du secteur , ainsi qu’une facture d’eau et d’assainissement de 200 000 euros à la collectivité.»

Les berges du Gier inaugurées en 2024

Depuis ce mardi 15 juin, la cheminée est donc démantelée par grignotage. Une technique qui permet de la détruire petit à petit, à l’aide d’un engin robotisé qui vient la piquer à son sommet, afin que cela ne présente aucun risque pour la voix Sncf qui se trouve à proximité. Une fois que celle-ci ne mesurera plus que 15 mètres, sa destruction pourra être réalisée, sans que cela ne présente plus aucun risque. À terme, un projet urbain sera amorcé sur les 27 hectares du site, et les berges du Gier seront aménagées en lieu de promenade en plein centre-ville, pour une inauguration prévue pour 2024. « Rive-de-Gier va nettement se réinventer », assure son maire.

3,5 millions d’euros de destruction

Toutefois, des sujets judiciaires sont toujours en cours avec le liquidateur. Et si l’acquisition de la friche par Epora pour 1 euro symbolique peut sembler être une bonne affaire, le coût de sa démolition est estimé à 3,5 millions d’euros. La plateforme devrait être totalement rasée d’ici le mois de septembre.

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur
    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Sur Android
    Sur iOS