Saint-Étienne
lundi 4 juillet 2022
15:17
Soutenez IF

Élections législatives : à gauche, il y a des alternatives à la Nupes

0
944 vues

Dans le cadre de la campagne des élections législatives (et devant la difficulté de traiter de manière globale l’ensemble des candidatures pour chaque circonscription de la Loire), la rédaction de If Saint-Étienne a fait le choix de se concentrer sur les cinq principaux courants/partis présents. Troisième focus avec les alternatives à la Nupes côté gauche.

Il s’était pris quelques coups de son camp de base et même d’ailleurs pour avoir affiché son parrainage en faveur de Jean-Luc Mélenchon à la Présidentielle. Pierrick Courbon est socialiste et soutenait alors en tant que tel Anne Hidalgo. Des coups, actuellement, le conseiller départemental et municipal stéphanois d’opposition s’en prend logiquement bien plus pour avoir décidé de candidater hors Nupes. L’union de la gauche aux législatives ? Il l’appelait de tous ses vœux début mai après avoir été l’un des principaux protagonistes de sa concrétisation 100 % locale aux Départementales 2021. Mais en 2022 c’est Laëtitia Copin (EELV) que la Nupes a investi dans une 1ère circonscription stéphanoise. Pas lui, le finaliste des municipales 2020 face à Gaël Perdriau.

Comme sacrifié par les négociations nationales – si tant est que son parti y ait accordé une attention – à propos d’une circonscription a priori plutôt favorable à la gauche si on se fie aux dernières élections successives, y compris lors des dernières présidentielles. Elle est tenue par ce bord depuis 2007 via le mentor politique de… Pierrick Courbon : Régis Juanico (PS puis Génération.s) dont il était l’assistant parlementaire. Le député sortant est d’ailleurs son suppléant dans cette candidature dissidente qui vaut à Pierrick Courbon d’être « mis en congé » de son parti. Dans ce contexte houleux cependant, ce dernier ne récolte pas que des coups. Mais, aussi, des soutiens.

« En dépit du bon sens »

Là, ce sont les Radicaux de gauche, qui envoient un communiqué aux rédactions locales pour se dire « perplexes » de la désignation de Laëtitia Copin. « Inconnue sur la première circonscription, une candidature parachutée en dépit de la réalité objective du territoire. Ce mode de désignation en dépit du bon sens ne garantit pas la victoire. En conséquence, nous soutenons le candidat qui répond à deux critères : d’une part, un candidat inscrit réellement sur le territoire et d’autre part, entraînant avec lui, tous les hommes et femmes ayant l’union des forces de progrès chevillée au corps. Ce candidat est Pierrick Courbon. » Ici, c’est la dizaine de membres qui composent les Jeunes socialistes de la Loire qui se déclarent unanimement en sa faveur pour des raisons analogues.

Avec ma candidature, la 1ère circonscription peut rester à gauche.

Pierrick Courbon, candidat PS dissident

L’intéressé brandit lui, un sondage commandé à l’institut parisien ViaVoice sur le territoire de la 1ère circonscription du 11 au 15 mai auprès de 990 personnes, concernant leurs intentions de vote. Il relève 25 % d’intentions de vote pour lui contre 19,6 % en faveur de la candidate Nupes au 1er tour et une victoire au 2e en cas de duel théorique face au candidat d’En Marche avec 56 % des voix. Si Laëtitia Copin devait être à sa place dans ce duel, le sondage estime qu’elle perdrait avec 46,1 %. Soulignant que Laëtitia Copin avait, dans un premier temps, fait part de sa volonté de candidater dans la 2e circonscription, Pierrick Courbon qui assure disposer d’un comité de soutien de 500 personnes assure à If Saint-Etienne que ce sondage, au-delà d’un ressenti de terrain, du retour de nombreux électeurs l’a décidé à se lancer dans la bataille dès le 16 mai.

« On fait le boulot depuis le début »

« La finalité de l’union, c’est d’avoir un maximum de députés de gauche à l’Assemblée. Il est logique de désigner les mieux placés. C’est logique qu’Andrée Taurinya (LFI) soit la candidate dans la 2e. Mais celle de Laëtitia Copin, en dépit du bon sens, ne l’est pas et offre, on le voit avec un sondage sur un plateau la 1ère à En Marche. Avec ma candidature, elle peut rester à gauche. Nos électeurs n’ont pas à être les victimes collatérales d’un jeu de négociations obscure effectué à Paris. Quant au programme, je suis en accord avec plus de 90 % de ce que propose la Nupes. » Le programme, ce n’est pas ce qui a poussé non plus l’Insoumis Louis Caillon à partir en dissidence de la Nupes lui aussi. Dans la 3e circonscription, essentiellement composée par la vallée du Gier, il concurrencera le maire communiste de Rive-de-Gier Vincent Bony.

Lui aussi, se sent sacrifié en « dépit du bon sens ». « On désigne ici un candidat communiste dont le parti n’a fait que 2 % (2,34, Ndlr) dans la Loire ! En 2017, aux législatives, j’ai fait 9,66 %, le PC 1,7. 12 ans que j’anime les Insoumis dans le Gier et le Jarez après y avoir créé le Parti de gauche. Avec les membres et sympathisants, on fait le boulot depuis le début de structuration et menons les combats : c’est nous qui luttons au quotidien, comme dernièrement pour maintenir une classe menacée à l’école de L’Horme. Le PC lui préfère soutenir des projets anti-écolos comme l’A45. Mais comme je ne suis pas en odeur de sainteté auprès d’André Taurinya qui veut contrôler le parti dans le département… Je m’y attendais… Alors, oui, j’y vais. Sinon, on sera forcément perdants, les gens ne se mobiliseront pour le PC dans une circonscription pourtant anormalement à droite au regard de ses fortes difficultés sociales. »

Le PRG en opposition à l’extrême gauche

Le programme de la Nupes, en revanche, c’est bien ce qui motive le PRG (Parti radical de gauche), distinct des Radicaux de gauche cités plus haut, à ne pas participer à une union qui l’avait sollicité dès le départ. Une présence particulièrement marquée dans la Loire puisque le département compte 5 de 118 candidats que le petit parti est parvenu à aligner sur toute la France. Il aurait même pu être le seul à en avoir dans chaque circonscription. « Mais nous n’avons pas voulu envoyer quelqu’un dans la 6e (Forez). Là-bas, un travail de fond de structuration d’avant Nupes entre nous, EELV, le PS et le PC mais pas les Insoumis est en cours. Nous ne voulions pas la tuer dans l’œuf et y créer une confusion », explique la présidente du PRG Zahra Bencharif, elle-même candidate dans la 2e et qui avait été la suppléante en 2017 du député sortant LREM – « un accord purement local »  –, Jean-Michel Mis.

Il était hors de question de signer un programme triplement rédhibitoire.

Zahra Bencharif (Parti radical de gauche)

C’est pour porter une voix de gauche « modérée » face à l’extrême que représente pour lui la Nupes que le PRG justifie ses candidatures. Car « il était hors de question de signer un programme triplement rédhibitoire, étaye Zahra Bencharif. Sur l’UE qui n’est pas sans défauts mais apporte énormément aux gens au quotidien, dans les équipements publics notamment, sans qu’ils s’en rendent compte. Sur la laïcité où là, alors que l’on a besoin de rassemblement, de protéger tout le monde sans distinction, LFI se dresse précisément en protecteur d’une catégorie de personnes selon leur religion. C’est une manipulation dangereuse, contraire aux valeurs républicaines et qui les enferme dans un rôle. Paradoxalement, le groupe des Insoumis à l’Assemblée a refusé la reconnaissance du génocide des musulmans ouïghours par la Chine… C’est d’ailleurs le 3e point : des positions inacceptables sur les relations internationales.»

De grappillage en grappillage…

Retraite à 60 ans, revalorisation salariale certes mais pas sans baisse de la TVA sur les produits de premières nécessités, d’hygiène, alimentaires locaux, beaucoup plus de moyens à l’hôpital, à l’école aussi mais en remettant à plat le système éducatif au tronc commun et à l’éducation civique plus qu’appauvris : le tout financé par une taxation plus équilibrée des grands groupes et du revenu du capital vis-à-vis de TPE/PME et des actifs… Le PRG présente aussi un programme de gauche. Ne comptant que très peu d’élus dans la Loire, il n’a pas fait mieux que des scores anecdotiques aux législatives avec une seule candidature il y a 10 et 5 ans : 2,69 % pour Jean-Claude Reymond en 2012 dans la 4e ; 1,25 % pour Mohamed Abdirahman dans la 1ère en 2017. Et Zahra Bencharif n’a obtenu aux Municipales 2020 à Saint-Etienne qu’1,22 %.

Il n’empêche que même en restant à cette hauteur, ces candidatures s’ajoutent à celles de LO qui devrait capter quelques centaines de voix par circonscription. Le parti trotskyste est une fois de plus en mesure d’aligner des candidats dans chacune d’elle afin de faire entendre, dans la continuité de la Présidentielle la nécessité absolue à ses yeux d’une vraie Révolution menée par les travailleurs plutôt que d’une réforme en profondeur du système. Il faut encore déduire, à priori, de la Nupes, les quelques voix que devrait faire le Parti ouvrier indépendant et démocratique dans la 6e , voire la 2e. Enfin, on peut considérer que le Parti animaliste risque de raboter légèrement l’apport EELV à la Nupes. A force de grappillages et de concurrence plus pesante, la note finale risque de dépasser l’anecdotique pour la Nupes. Sachant qu’il faudra obtenir l’équivalent de 12,5 % d’inscrits pour être au 2e tour…


Les candidatures de gauche non Nupes dans la Loire

  • 1ère circonscription (cantons nord-est et nord-ouest de Saint-Etienne)

Pascale Fedinger (PRG), suppléant : André Friedenberg

Pierrick Courbon (PS dissident), suppléant : Régis Juanico

Romain Brossard (LO), suppléante : Nora Ibbari

  • 2e circonscription (cantons sud et sud-est de Saint-Etienne)

David Jacquemard (Parti animaliste), suppléant : Philippe Fargier

Zahra Bencharif (PRG), suppléant : Jean Darsa

Sophie Dieterich (LO), suppléant : Hervé Cayuela

Bernard Sirot (POI ?), suppléante : Elisabeth Insalaco

  • 3e circonscription (cantons du Gier et de l’est stéphanois)

Louis Caillon (LFI dissident), suppléante : Sadia Bouaziz

Mariam Assaoune (PRG), suppléant : Tarik Fadili

Pauline Husseini (LO), suppléant : André Moulin

Catherine Martin (Parti animaliste), suppléante : Manon Daillere

  • 4e circonscription (cantons du Pilat, du haut Forez et d’une partie du Forez)

Sauveur Cuadros (LO), suppléante : Maryse Dumas

Sana Belmouden (PRG), suppléant : Jean-Claude Reymond

Véronique Vidal (Parti animaliste), suppléant : Sylvain Maistre-Bazin

  • 5e circonscription (cantons du Roannais)

Philippe Granchamp (Parti animaliste), suppléante : Florence Buthod

Édith Roche (LO), suppléant : Alain Vivier

Maryline Emorine (PRG), suppléant : Christophe Pacaud

  • 6e circonscription (cantons du Forez)

Yves Petiot (LO), suppléant : Gaëtan Vaumourin

Catherine Briaut (Parti animaliste), suppléante : Muriel Gentil

Jacqueline Marcuccili (POI), suppléant : Jean-François Moriano

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur
    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    19.06.2022 22:10

    C’est la fin de ce second tour

    La rédaction de If Saint-Etienne vous remercie d’avoir suivi ce live avec nous. Bonne soirée à tous et à bientôt !

    21:49

    Les LR retrouvent leurs sièges de 2012

    Les Républicains font un joli coup dans la Loire en remportant trois sièges à l’Assemblée nationale (Dino Cinieri dans 4e, Antoine Vermorel-Marques dans la 5e et Jean-Pierre Taite dans la 6e). Ils retrouvent ainsi les résultats des élections législatives de 2012, lors desquelles Dino Cinieri, Yves Nicolin, Paul Salen avaient respectivement remporté les 4e, 5e et 6e circonscriptions. C’était alors sous l’étiquette UMP.

    Lors de cette élection, François Rochebloine (à l’époque Nouveau Centre) avait remporté la 3e circonscription. La 1ere et la 2nde avaient été remportées par le Parti socialiste (Régis Juanico et Jean-Louis Gagnaire).

    21:41

    La défaite de Jean-Michel Mis confirmée

    Les résultats définitifs sont tombés dans la 2e circonscription de la Loire. C’est donc Andrée Taurinya qui l’emporte (50,63 %) devant Jean-Michel Mis (49,37 %). Seulement 263 voix séparent les deux candidats.

    21:39

    Bataillon (LREM) remporte la 1e circonscription

    Malgré un écart qui s’est resserré au fil du temps, c’est bien Quentin Bataillon, candidat de la majorité présidentielle, qui ira à l’Assemblée nationale. Il obtient 52,10 % des voix contre 47,90 % pour Laetitia Copin (Nupes). Soit un écart de 1 065 voix (13 231 voix pour Bataillon contre 12 166 pour Copin).

    21:29

    Jean-Michel Mis annonce sa défaite par communiqué

    Par communiqué de presse, le député sortant LREM de la 2e circonscription (Saint-Etienne sud), Jean-Michel Mis, annonce sa défaite. « Je remercie les Stéphanoises et les Stéphanois qui ont porté leur vote sur la candidature que j’avais l’honneur de défendre au nom de la majorité présidentielle. Les électrices et les électeurs de la 2eme circonscription, par leur vote ou leur abstention, ont fait le choix d’une opposition radicale au Président de la République et au Gouvernement. 
    J’en prends acte et fait mienne la responsabilité de ne pas avoir été à même de faire comprendre la force de mon bilan et la pertinence de mes engagements au service de l’intérêt général. »

    Pour l’instant, les résultats complets sur cette circonscription ne sont pas encore tombés.

    21:18

    A 93 % de saisie réalisée dans la 1ere circonscription, Quentin Bataillon (LREM) comptabilise 12 178 voix contre 11 121 voix pour Laetitia Copin (Nupes).

    21:09

    1ère circonscription : l’écart se resserre entre Bataillon (LREM) et Copin (Nupes)

    Les résultats partiels dans la 1ère circonscription de la Loire font toujours état d’une victoire de Quentin Bataillon (52,14 %), mais l’étau se resserre avec son adversaire Laetitia Copin qui enregistre désormais 47,86 % des voix. Match à suivre puisque les résultats sont toujours incomplets et calculés sur la base de 74,14 % des électeurs inscrits.

    21:08

    Mis et Taurinya au coude-à-coude dans la 2e

    Andrée Taurinya (Nupes) et Jean-Michel Mis (député sortant LREM) bataillent ferme dans la deuxième circonscription. Les résultats partiels, avec une saisie réalisée à 53,57 %, soit 49,68 % des inscrits prévus, annoncent Taurinya en tête avec 51,64 % des voix, mettant Mis à 48,36 %.

    Attention, ce ne sont que des résultats partiels.  

    20:57

    1ère circonscription : Bataillon en tête selon les premières estimation

    Les résultats partiels dans la 1ère circonscription de la Loire placent Quentin Bataillon, candidat de la majorité, en tête des suffrage (58,69 %), devant la candidate Nupes Laetitia Copin (41,31 %). Tout n’est pas terminé cependant puisque les résultats restent incomplets et calculés sur la base de 41 % des électeurs inscrits. Rappelons que la semaine dernière, la candidate de gauche avait réalisé une remontada spectaculaire.

    20:34

    Participation en hausse par rapport à 2017

    On ne peut pas parler de regain démocratique, mais néanmoins, dans le département, la participation s’élève à 44,21 %, soit plus de 3 points de plus qu’en 2017.

    20:34

    Coup de Taite dans la 6e

    Jean-Pierre Taite, président Les Républicains dans la Loire, ramène une troisième circonscription à son parti en remportant la mise dans la 6e (Forez) face au député sortant Julien Borowczyk. Le maire de Feurs, qui récolte ce dimanche 55,74 % des voix, était arrivé en seconde position la semaine dernière, pour le premier tour, avec 25,36 % des voix contre 26,43 % pour Borowczyk.

    20:24

    Antoine Vermorel-Marques (LR) renverse Nathalie Sarles, députée sortante LREM, dans la 5e

    Les LR remportent une seconde circonscription dans la Loire en l’occurrence la 5e dans le Roannais. Antoine Vermorel-Marques, 28 ans, conseiller départemental, déjà en tête au premier tour avec 25,77 % des voix, remporte haut la main ce second scrutin. Il récolte 61,72 % des voix exprimés, dans une circonscription qui affiche un taux de participation de 44,03 %.

    20:11

    Ensemble l’emporte dans la 3e circonscription

    Le candidat de la majorité Emmanuel Mandon représentera la Loire à l’Assemblée nationale. Il remporte ce second tour avec 57,32 % des voix. Dans cette circonscription, le taux de participation a été de 42,8 %.

    20:10

    Dino Cinieri dans un fauteuil

    Dans la 4e circonscription, Dino Cinieri (LR) enchaînera un cinquième mandat de député. Ce dernier s’impose avec 61,61 % des suffrages devant Bernard Paemelaere (Nupes) qui récolte 38,39 %. Le taux de participation pour cette circonscription s’élève à 46,06 %.

    20:04

    Il est 20 heures. Les résultats viennent de tomber. Au niveau national, la majorité n’obtient qu’une majorité relative avec 224 sièges.

    La Nupes devient ainsi la deuxième force politique avec 149 sièges. Le RN réalise quant à lui une performance historique en obtenant 89 sièges, devant  les LR et leurs 78 sièges, selon une première estimation Ipsos-Sopra Steria.

    17:06

    À 17 heures, la Loire enregistre un taux de participation de 39,04 %. C’est presque 4 points de plus que pour le second tour de 2017 à la même heure.

    Il y a une semaine, la Loire enregistrait une participation de 42,05 % à 17 heures. Le taux de votants ligériens reste toujours plus élevé qu’au niveau national, où il s’élève à 38,11 %.

    12:06

    Dans la Loire à midi, le taux de participation s’élève à 21,35 %. C’est 1,22 point de plus qu’au premier tour à la même heure.

    Au niveau national, 18,99 % des électeurs inscrits se sont déplacés pour voter. Il y a une semaine ils étaient 19,24 %.

    10:29

    Gaël Perdriau a voté. Rappelons que le maire de Saint-Etienne avait déclaré espérer que  « la Nupes ne remporte pas la moindre circonscription de la Métropole »tandis que la Ville est embarquée dans un conflit juridique avec la candidate Nupes de la 1ere circonscription de la Loire.

    8:01

    Il est 8 heures. Les bureaux de vote ouvrent dans toute la Loire. La majorité fermera à 18 heures, tandis qu’il sera encore possible de voter jusqu’à 19 heures à Saint-Etienne.

    Selon plusieurs sondages, Ensemble devrait arriver en tête ce dimanche, sans garantie toutefois d’obtenir la majorité absolue. L’abstention s’annonce quant à elle encore importante.

    18.06.2022 22:26

    Et c’est reparti pour un tour !

    Bienvenue sur le live de la rédaction de If Saint-Etienne dédié au second tour des élections législatives 2022 dans les six circonscriptions de la Loire. Rendez-vous dès dimanche 19 juin à 8h.

    Sur Android
    Sur iOS
    S'inscrire à la Newsletter