Saint-Étienne
mercredi 10 août 2022
22:23
Soutenez IF

À Saint-Chamond, polices nationale et municipale accentuent leur collaboration

0
1492 vues

C’est l’objet du renouvellement anticipé de la convention signée mercredi entre l’État et la seconde Ville du département. Elle illustre la montée en puissance des polices municipales dans la prise en charge de la sécurité.

« Ce n’est pas que l’effet Covid, considère Hervé Reynaud. Mais aussi le résultat de nos efforts. » Le maire de Saint-Chamond fait référence aux chiffres 2020 de la délinquance. En recul. « Les faits sur la voie publique connaissent une baisse à deux chiffres entre 2019 et l’an passé. Les cambriolages ont logiquement reculé de 31 % », confirme Joël Groisne, commissaire de la circonscription de police nationale du Gier.

Les faits sur la voie publique connaissent une baisse à deux chiffres entre 2019 et l’an passé. Les cambriolages ont logiquement reculé de 31 %

Joël Groisne, commissaire de la circonscription de police nationale du Gier

« Et cette tendance se poursuit en 2021 », ajoute Hervé Reynaud pour qui, les rapports « excellents » entre sa police et celle nationale n’y sont pas étrangers. Depuis 2018, la première a vu ses horaires élargis jusqu’à 2 h du matin. Ses agents, armés, sont passés de 22 à 28 (ils étaient 18 il y a 4 ans). Sans compter les ASVP et opérateurs caméras. L’effectif global du service atteint la quarantaine. Enfin, la Ville s’est dotée d’un CSU (centre de supervision urbain). Le seul du Gier, relié au commissariat de Fauriel.

Une mise à jour des missions de chacun et de leurs coordinations

Saint-Chamond compte désormais 150 caméras de vidéoprotection. Elles étaient 130 en 2019, dix en 2014. Et 150 000 euros seront investis dans dix autres en 2021. Autant d’éléments nouveaux qui ont mené à un renouvellement anticipé de la dernière convention liant police nationale et municipale. Convention de 3 ans obligatoire dès qu’une municipalité compte dix agents. L’objectif : mettre à jour les missions de chacun et de leurs coordinations.

La signature a eu lieu mercredi à l’hôtel-de-ville en présence de la directrice de cabinet de la préfète, Céline Platel. « C’est une convention quadripartite. La Justice, via le procureur de la République, aujourd’hui indisponible, y ajoutera sa signature », précise-t-elle. Si un fonds d’aide national contribue aux frais d’investissement des caméras municipales, les conventions n’apportent en revanche aucune subvention aux mairies.

La convention liant police municipale et nationale à Saint-Chamond pour 3 ans a été signée notamment par Céline Platel, directrice de cabinet de la préfète de la Loire et Hervé Reynaud, maire de Saint-Chamond © XA / IF Saint-Etienne

Les effectifs des nationaux loin de ceux d’avant 2007

En 2019, le budget de fonctionnement de la police municipale dépassait les 1,5 M€ à Saint-Chamond. Ici, comme ailleurs en zone urbaine, son rôle ne cesse de monter en puissance, dépassant la notion de maintien de la tranquillité publique. Parallèlement, selon les syndicats de la police nationale, de 2007 à 2019, la circonscription du Gier a perdu (tous types de postes confondus) 22,5 % de ses effectifs. Qui plus est « théoriques ».

L’essentiel de cette saignée a eu lieu de 2007 à 2012. L’effet de la révision générale des politiques publiques (RGPP) sous Nicolas Sarkozy. Depuis, les effectifs ont très légèrement remonté dans le Gier qui n’a pas autant à souffrir de la situation que l’Ondaine. Mais avec 110 postes en 2019, les effectifs sont encore loin des 143 de 2007. Sans oublier que Rive-de-Gier n’a plus de nationaux à demeure depuis la fermeture du commissariat secondaire…

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur
    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Sur Android
    Sur iOS
    S'inscrire à la Newsletter