Saint-Étienne
jeudi 8 décembre 2022
04:17
Soutenez IF

Baignade interdite à Saint-Victor-sur-Loire : les cyanobactéries, problème de fond

2
2554 vues

Et bis repetita ! Ce vendredi 30 juillet, la baignade au plan d’eau de Saint-Victor-sur-Loire est à nouveau interdite, deux jours seulement après sa réouverture. La faute au « développement de cyanobactéries par eutrophisation de l’eau ». Un risque sanitaire flottant avec les algues. Le nombre de jours de fermeture a cependant été considérablement réduit par rapport à 2017. Le bénéfice du dispositif à ultrasons installé par la Ville de Saint-Etienne. Mais pas de quoi éradiquer un problème de fond…

L’une des six plateformes à ultrasons déployées par Saint-Etienne. Efficace… du moins pour réduire les jours d’interdiction de baignade. ©Ville de Saint-Etienne.

Quatre jours d’interdiction cumulés en 2021 à ce stade, c’est-à-dire au 30 juillet, contre plus de 40 en 2017 sur environ 90 jours potentiels d’ouverture. Il n’y a pas photo. Même si des épisodes de fermeture à la baignade touchent actuellement le plan d’eau de Saint-Victor-sur-Loire, il y a indéniablement du mieux pour les amateurs de baignade. Certes, l’été 2021 ne subit pas les vagues de chaleur des éditions précédentes, réputées très favorables au développement des fameuses cyanobactéries.

Mais d’une part, « les causes et mécanismes de ce phénomène classique ne sont pas complètement déterminés et ne se limitent pas à la chaleur (ce que semblent d’ailleurs démontrer les épisodes actuels, Ndlr), constate Charles Dallara, adjoint municipal de Saint-Etienne chargé des parcs et jardins. Une eau trop stagnante peut apparemment aussi très bien jouer un rôle. Et partout en France, bien d’autres plans d’eaux très différents de Saint-Victor subissent cette problématique. »

100 000 euros pour faire « exploser » les cyanobactéries

La période de tests a permis d’observer un impact nul sur la biodiversité de la part du dispositif à ultrasons.

Ville de Saint-Etienne

D’autre part, les étés 2018, 2019 et 2020 ont vu le mercure s’affoler bien davantage qu’en 2021 sans que ne soit dépassé un total de 20 jours d’interdiction de baignade dans le pire des cas. La différence pour la Ville de Saint-Etienne ? Les plateformes à ultrasons qu’elle a d’abord testées puis pérennisées l’an passé. Leur partie émergée laisse voir leurs panneaux photovoltaïques permettant de les alimenter en électricité pour cinq d’entre elles. Une autre, plus proche de la plage étant branchée au port.

Six plateformes de 4 m2, achetées à l’entreprise Taso (Pessac, Gironde) qui ont coûté un total de 100 000 euros et démontré leur efficacité. « Trois sont réparties en amont et une en aval du plan d’eau, deux autres à proximité immédiate du port. Les ultrasons émis font exploser les cellules des cyanobactéries, précise la municipalité. Nous avons repéré ce système en échangeant avec d’autres collectivités qui subissaient le même souci. La période de tests a permis d’observer un impact nul sur la biodiversité. L’activité des chauve-souris mesurée avant et après l’utilisation des ultrasons était identique. Et un bureau d’études poursuit le suivi chaque année. »

Une surveillance étroite de l’ARS

La base nautique de Saint-Victor-sur-Loire?. la navigation, elle n’est pas concernée par une interdiction. © NB

Les cyanobactéries, en revanche, elles, ne sont pas de tout repos pour les organismes. Leur prolifération favorisée par l’eutrophisation des plans d’eaux (abondance des nutriments : phosphore, et azote) peuvent produire et libérer des microcystines. Des toxines à l’origine de risques : irritations de la peau, du nez, de la gorge, des yeux, des muqueuses si contact, maux de ventre, diarrhées, nausées, vomissements si ingestion. Il y a déjà eu des cas de chiens décédés – pas à Saint-Victor – à cause d’elles.

La baignade est aujourd’hui interdite par l’ARS (Agence régionale de santé) à partir de 50 000 cellules/ml (c’était 100 000 il y a une dizaine d’années). « Le suivi est assuré par un laboratoire agréé par l’ARS deux fois par semaine. Il était fréquent avant les ultrasons de dépasser les 100 000. Désormais s’il y a dépassement, on est plus sur quelques milliers au-dessus des 50 000 », étaye Charles Dallara. Bref, le système semble bien meilleur que celui à bulles essayé sans succès il y a quelques années par le SMAGL (Syndicat Mixte Aménagement Gorges la Loire).

La retenue de Grangent est-elle liée à la situation ?

Reste que ce ne sont pas les ultrasons qui mettront fin définitivement au problème. De la même manière qu’une aspirine réduit les symptômes mais ne soigne pas une grippe. « Ma mère aurait dit qu’il s’agit d’une emplâtre sur une jambe de bois », compare, lui Alain Bonard, contacté par If Saint-Etienne. Membre de FNE (France nature environnement) Loire, cet ancien ingénieur de la Ville de Saint-Etienne ayant orchestré la considérable modernisation du réseau d’assainissement de Saint-Etienne sous Michel Thiollière, avait écrit un mémoire en 2011 évoquant la problématique de Saint-Victor.

Pour une qualité des eaux retrouvée dans le  barrage de Grangent et le fleuve Loire associait la retenue d’EDF au développement des cyanobactéries. « Ce barrage d’une autre époque est très mal conçu. Il bloque des sédiments venant de l’amont et les polluants – humains, agricoles, industriels – avec d’hier. En plus de 5 millions de m3 de sédiments naturels, 400 000 à 500 000 m3 de boues toxiques se sont accumulées depuis sa mise en service (en 1958, Ndlr), rappelle Alain Bonard. Ce qui amène le développement de phosphates et donc de cyanobactéries. »

« Les activités humaines créent le problème »

Ce qu’il faut, c’est nettoyer la retenue en profondeur et s’assurer en amont que les stations d’épuration fonctionnent parfaitement

Alain Bonard, FNE Loire

Le lien avec le barrage n’est pas forcément prouvé, avance la Ville de Saint-Etienne pour qui « d’autres plans d’eau très différents, connaissent ce problème dans la Loire. Comme Saint-Bonnet-le-Château par exemple où il n’y a pas de barrage. » Alain Bonard, lui, maintient : « Le trop plein d’azote, de phosphate dû aux activités humaines crée le problème. On en rejette d’ailleurs naturellement 4 g par jour nous les humains. Mais la source d’excès peut être différente. »

Alors que faire ? « Des propositions, j’en faisais dans mon mémoire. A l’époque, les autorités n’ont même pas daigné les examiner, s’en énerve encore Alain Bonard. On m’a parlé de fausse bonne idée. Sauf que des idées, l’administration, elle, n’en a pas ! Je ne dis pas qu’il faut détruire le barrage, je me baigne volontiers dans le plan d’eau de Saint-Victor quand l’eau est de qualité. Ce qu’il faut, c’est nettoyer la retenue en profondeur et s’assurer en amont que les stations d’épuration fonctionnent parfaitement. Ce qui réclamerait évidemment un gigantesque travail et de gros sacrifices financiers. Mais quand on parle de soigner l’environnement, il faut savoir ce que l’on veut …»

Bref, un double problème de fond.

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur
    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    2 commentaires

    19/08/2021 🔴Ré-information-Mensonge🔴
    🤔Monsieur Charles Dallara, chargé des parcs et jardins à la Ville de Saint-Étienne, fieffé menteur ou incompétence?
    ✅La baignade n’est pas aujourd’hui interdite à partir de 50 000 Cellules de cyanobactéries contre 100 000 il y a 10 ans.
    ➡C’est même tout l’inverse:
    ✅Les seuil de 100 000 étant purement et simplement supprimé.
    🧐Un tour de pass pass🧐
    ⚠Si avant on comptait en Cellules de Cyanobactéries, aujourd’hui on compte en cyanotoxine⚠.
    ⛔Ainsi en 2021 on peut désormais se baigner avec 500 000 Cellules de cyanobactéries par Ml.
    🔴Pourquoi mentir?🔴
    ➡150 000 euros d’argents public dépensé nécessite de justifier l’efficacité des ultrasons.
    ➡Réfutant et tenant tête à Monsieur Alain Bonard, Membre de France nature environnement qui pourtant donnait un début des bonnes mesures à prendre.
    Detail dans l’article local:
    https://www.if-saint-etienne.fr/…/baignade-interdite-a-sai…/
    #cyanobactérie #cyanobactéries #cyanobactéria
    #charlesdallara #StEtienne

    Laisser un commentaire
    Sur Android
    Sur iOS
    S'inscrire à la Newsletter