Saint-Étienne
lundi 15 août 2022
21:48
Soutenez IF

Deux listes au second tour des municipales stéphanoises

0
1982 vues

Il y aura bien seulement deux listes pour le second tour des élections municipales à Saint-Étienne. « Préférons le défi » emmenée par Gaël Perdriau, maire sortant d’un côté, et « Saint-Étienne demain« , conduite par Pierrick Courbon (PS) et Olivier Longeon (EELV) de l’autre. Ces derniers ayant officialisé leur alliance au second tour.

Ce n’est pas un scoop : les électeurs stéphanois auront le choix entre deux listes lors du second tour des Municipales le 28 juin prochain. Fixée au mardi 2 juin, la date limite de dépôt des listes pour le second tour n’aura pas laissé beaucoup de suspens du côté de la préfecture ligérienne.

Les Stéphanois auront le choix entre la liste de Gaël Perdriau, maire LR sortant de Saint-Étienne (44,8% des voix au premier tour le 15 mars 2020), et celle de Pierrick Courbon (PS). Ce dernier, ayant obtenu 21,30% des voix au premier tour, avait rapidement décidé de se rapprocher du troisième de l’élection, à savoir Olivier Longeon (EELV) ayant obtenu 12,42% des voix lors du premier scrutin municipal de 2020.

Deux listes pour deux visions distinctes

À moins d’un mois de ce second tour, ce sont deux visions opposées qui sont en lice pour briguer la mairie.

D’un côté, le maire sortant Gaël Perdriau, arrivé en tête lors du premier tour, explique ne pas avoir effectué la moindre modification concernant sa liste et son programme : « Comme je l’avais indiqué dès le 15 mars au soir, la liste « Préférons le défi » que je conduis, arrivée en tête avec 47 % des voix, se présentera devant les Stéphanoises et Stéphanois, dans la même configuration qu’au 1er tour, avec les mêmes colistières et colistiers et dans le même ordre. Il n’a été procédé à aucune modification, aucune éviction, aucun marchandage, aucune négociation, aucun changement de dernière minute. Contrairement à d’autres, après le premier tour et la crise sanitaire, nous ne renonçons à rien. »

De l’autre bord, Pierrick Courbon et Olivier Longeon, expliquent quant à eux, « officialiser un rassemblement sincère et naturel. Ce dernier a été fait rapidement, dès le 17 mars, sans négociation d' »arrière-boutique » ». Une liste d’« union des forces de gauche et écologistes » qui fait figure de favorite pour les deux alliés. « Nous sommes confiants car l’électorat socialiste et écologiste s’est fortement abstenu lors du premier tour et devrait s’exprimer lors du second tour », assure Olivier Longeon. Concernant les colistiers, il a fallu passer de deux listes de 60 noms à une seule. « Nous avons constitué cette liste dans le respect strict des résultats des urnes » poursuit l’ex-tête de liste EELV stéphanois. Sur les programmes, les deux hommes assurent n’avoir pas enlevé d’éléments majeurs. « Il n’y a pas eu de renoncement, nous avons cherché la complémentarité, explique Pierrick Courbon. Nous ne renonçons pas sur nos projets emblématiques ». Cela concerne notamment la gratuité des transports pour Pierrick Courbon et la démolition du parking des Ursules pour Olivier Longeon.

Des différences dans la manière d’aborder la campagne

Pour les deux camps, la campagne est relancée. Mais pas réellement de la même manière.

Chez le maire actuel, le choix est fait « de rester vigilants, y compris dans cette phase de déconfinement, en continuant d’appliquer les mesures de sécurité sanitaire toujours en vigueur et les gestes barrières. » Ainsi, c’est une nouvelle forme de campagne qui voit le jour. « J’ai décidé, avec l’ensemble des colistiers de la liste « Préférons le défi » de ne pas effectuer de distributions de la main à la main de document de campagne, notamment sur les marchés ou encore aux entrées et sorties des établissements scolaires, ni d’organiser de réunions publiques ou de meetings afin de ne faire prendre aucun risque à qui que ce soit. »

Du côté de la gauche, on joue plutôt la carte de la campagne « aménagée » dans le respect des normes sanitaires. « C’est une toute autre campagne qui débute, assure Pierrick Courbon. Nous souhaitons informer, mobiliser et convaincre. Nous allons innover dans notre campagne, mais sans aller dans le tout numérique car nous prenons en compte la fracture numérique. Nous ne voulons pas non plus nous cloîtrer mais rester au contact des électeurs, là où il y a un minimum de vie sociale. Donc nous nous appuierons aussi sur des supports papiers distribués aux abords des marchés par exemple ».

Rédacteur en chef
Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur
    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Sur Android
    Sur iOS
    S'inscrire à la Newsletter