Saint-Étienne
lundi 30 janvier 2023
06:27
Soutenez IF

La mairie de Saint-Etienne décide de réduire ses subventions aux associations de plus de 10 %

0
2581 vues

Finie la trêve des confiseurs. Malgré la douceur, la rentrée sera glacée. Inflation oblige, les décisions budgétaires « douloureuses » à prendre, évoquées par le maire depuis le printemps 2022 tombent et risquent de continuer à tomber. Selon le groupe d’opposition Saint-Etienne Demain, cela commence par une coupe de 11,5 % du montant des subventions directes accordées aux associations. A défaut d’un échange direct avec l’exécutif, un courrier d’un de ses élus daté du 8 décembre ainsi qu’une réponse écrite à notre rédaction le confirment…

La majorité précise qu’il faut ajouter cependant aux 13 M€ amputés d’1,5 M€, 7,3 M€ d’aides indirectes, soit plus de 20 M€ de soutien.

« Saint-Etienne n’est pas une île » ; « Il y aura des choix difficiles à faire » ; « Nous y travaillons et des décisions à la rentrée seront prises » ; « On ne peut pas faire comme si rien ne se passait » : en conseil municipal face à son opposition, sinon en conférence de presse pour répondre aux interrogations des journalistes, ce scenario-là, Gaël Perdriau ne l’a jamais nié depuis le début du printemps. Le contexte international, largement aggravé par le conflit en Ukraine et l’inflation monstre qui en découle allaient fatalement pousser la municipalité à tailler dans ses frais de fonctionnement, la hausse de la fiscalité restant totalement exclue. L’investissement devait aussi être touché puisque dès juin, il évoquait la nécessité plus que probable de réviser « le plan pluriannuel d’investissement ». Mais si rien n’a encore filtré sur ce dernier aspect – d’ailleurs passé de 42 à 49,4 M€ de 2021 à 2022 trois mois plus tôt au budget primitif -, ce n’est pas le cas du premier.

Dans un communiqué envoyé ce mardi 3 janvier, le groupe d’opposition Saint-Etienne Demain assure que la mairie a commencé à annoncer, juste après le dernier conseil municipal, des baisses de leurs subventions « apparemment systématiques » et supérieures « de 10 % en moyenne », de la part de l’exécutif municipal qui le justifie par « l’inflation et l’augmentation des coûts de l’énergie ». Environ 400 associations domiciliées à Saint-Etienne sont aidées financièrement par la Ville. « A ce jour, nous avons échangé avec une dizaine d’entre elles. Soit elles nous ont avertis, soit nous les avons sollicitées », explique à If Saint-Etienne Isabelle Dumestre, élue d’opposition PS, présidente Saint-Etienne Demain. Ce dernier nous a transmis un courrier du 8 décembre signé de l’adjoint à la culture Marc Chassaubéné (chaque délégation gère des dossiers de subventions dans son domaine) adressé à l’une d’elle.

1,5 M€ ponctionné sur 13 M€

Et effectivement, il y est dit que « le montant des subventions aux associations représentant une part importante de notre budget, soit près de 13 M€ doit faire l’objet d’une diminution de 1,5 M€. C’est donc à contrecœur que je me vois dans l’obligation d’opérer cette diminution que je vous propose d’aborder lors d’une prochaine rencontre ». « Contexte international », « inflation », « augmentation du coût de l’énergie » expliquent cette décision d’économie qui ne pourra bien sûr pas se limiter pas au 1,5 M€ ponctionnés sur les subventions associatives, le refus d’augmenter la fiscalité durant le mandat, « conformément à nos engagements » étant à nouveau confirmé. Saint-Etienne Demain dénonce le procédé et sur le fond, et sur la forme. Sur cette dernière, « (…) la décision n’a fait l’objet d’aucune communication, et encore moins de concertation, avec les élus, dans aucune commission municipale, et encore moins au conseil municipal. Nous nous étonnons d’ailleurs de la temporalité de cette annonce, alors que les orientations budgétaires pour 2023 n’ont pas encore été débattues par l’Assemblée délibérante. Tant pis pour la démocratie (…) ».

L’opposition rappelle ses interpellations de juin en conseil municipal au sujet de l’augmentation des prix des fluides (déjà mise sur la table en mars d’ailleurs et aussi par Le Temps de l’Ecologie), reconnaissant que Gaël Perdriau n’avait pas nié les difficultés qui allaient venir mais estimant n’avoir pas obtenu de réponses satisfaisantes sur les décisions d’anticipation que le contexte appelait à mettre en œuvre. « Taper sur les associations, à la sortie de leurs immenses difficultés liées au Covid, ce n’est vraiment pas le moment, estime Isabelle Dumestre qui siège, entre autres dans la commission spécifique. Alors des efforts financiers, il en faut, oui bien sûr en raison de la situation. Mais plutôt que cette annonce brutale dont on ignore si l’application sera uniforme et selon quels critères, la Ville aurait d’abord pu repousser des gros projets d’investissement à venir, pas forcément pour les abandonner définitivement – il faudra peut-être hélas retarder par exemple le doublement des investissements dans les écoles -, mais pour faire le dos rond, le temps, par exemple que le gaz baisse comme cela est annoncé pour les mois prochains. »

Ce n’est sans doute que le début

Si on se fie à quelques propos de Gaël Perdriau à ce sujet en 2022, cependant, l’investissement ne sera sans doute pas en reste non plus. En attendant, selon Saint-Etienne Demain, d’autres décisions douloureuses d’économie sur le fonctionnement ont été prises. Il s’agirait des subventions accordées aux écoles publiques de la Ville pour financer leurs sorties extrascolaires, type classes vertes. « Là aussi, il y a un manque total de visibilité. Nous l’avons su par un syndicat et des enseignants et nous ignorons combien d’écoles sur les 80 – qui ne font pas toutes une demande chaque année – sont touchées. Mais cela arrive tard par rapport à leur projet pédagogique. Pour des enfants de familles modestes, cela représente une rare évasion de leur milieu et participe souvent à une intégration citoyenne. » Autre économie annoncée aux employés municipaux en décembre selon Saint-Etienne Demain, « la fermeture des serres municipales situées à Villars ». Nous y reviendrons.

Sur cela ainsi que les associations, l’ensemble de l’opposition aussi. Saint-Etienne Demain annonce en effet que « lors du conseil municipal du 30 janvier prochain (qui traitera du Débat d’orientation budgétaire 2023, Ndlr), nous nous opposerons vigoureusement à ce choix politique, fruit d’une situation insuffisamment anticipée et pourtant bien prévisible, démontrant s’il en était besoin les dysfonctionnements persistants du travail municipal depuis l’éclatement de l’affaire dite du #PerdriauGate. » Contacté par If, l’exécutif municipal a répondu à notre rédaction par écrit. Il souligne déjà que « la Ville de Saint-Etienne attribue, en moyenne chaque année, un total de plus de 20 M€ de subventions aux associations (13 M€ de subventions directes ; 7,3 M€ d’aides indirectes : loyers, fluides, etc.). »

Ce qui fait, avec ce point de vue reculer l’ampleur de la baisse du soutien financier de 11,5 à 7,5 %. Quant aux questions liées aux subventions aux associations, « elles seront abordées démocratiquement lors de la séance publique du conseil municipal du 30 janvier prochain, consacré au débat d’orientation budgétaire qui est en cours d’élaboration ». Extraits transmis à l’appui identiques à celui que nous publions, « le courrier de la ville de Saint-Etienne a d’ores et déjà été envoyé aux différentes associations concernées afin d’exposer le contexte national dans lequel se retrouvent toutes les communes de France, comme les ménages ou le monde associatif aussi »

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur
    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Sur Android
    Sur iOS
    S'inscrire à la Newsletter