Saint-Étienne
dimanche 27 novembre 2022
10:00
Soutenez IF

La Ville de Saint-Etienne annonce un « redéploiement » de son action sociale

0
1158 vues

La municipalité stéphanoise entend répondre davantage, via son CCAS (Centre communal d’action sociale) à de nouveaux besoins en se recentrant sur ses compétences légales ou facultatives qui lui sont propres. Mais cela se traduit par la fermeture d’ici début 2023, de trois de ses quatre centres d’accueil du public dits de « 1er niveau ». Une mission jusque-là déléguée par le Département qui prend « acte » de la décision…

Le siège du CCAS de Saint-Etienne, 1 rue de l’Attache-aux-Bœufs. Capture Google

Ni la Ville de Saint-Etienne, ni le Département de la Loire n’étaient en mesure en milieu de semaine de nous indiquer « pourquoi ». Pourquoi cette mission sur le primo-accueil des Stéphanois en difficulté était déléguée par le Département depuis si longtemps à la Ville de Saint-Etienne, peut-être même, avant la première convention signée en 2006 ? Et pourquoi, aussi, elle ne donnait lieu à aucune « contrepartie financière », dixit la municipalité ? Renouvelé en 2016, le partenariat entre celle-ci et le conseil départemental – collectivité locale dont l’aide sociale est, de loin, la compétence la plus importante -, amenait la première à directement prendre en charge l’accueil général, dits de « 1er niveau », de futurs (ou non) bénéficiaires. Que leur demande d’aide relève finalement du CCAS (Centre communal d’action sociale) ou du Département.

Les agents municipaux ont ainsi effectué dans leurs trois centres d’accueil situés au sein des mairies de proximité ainsi qu’au siège du CCAS, rue de l’Attache-aux-bœufs, 3 610 entretiens en 2021 (on peut estimer que c’était davantage avant la crise sanitaire). Le CCAS de la Ville fait évidemment plus que cet aiguillage initial avec des activités légales mais aussi facultatives qui lui sont propres : toujours en 2021, 940 visites à domicile ou suivi du relogement (réhabilitation, logement indigne, incurie…), réception de 5 884 sollicitations pour des demandes de domiciliation, pour des renseignements, pour une prise de rendez-vous ou pour réception du courrier ayant donné lieu à 549 entretiens et 701 dossiers présentés en commission. Mais aussi, encore en 2021, 200 sollicitations pour du micro-crédit (48 dossiers instruits, 47 acceptées) et 7 000 colis alimentaires d’été distribués (63 tonnes de denrées) en lien avec les associations.

Quelques économies certes mais « ce n’est pas l’objectif »

Il faut, ajouter, 662 dossiers instruits dans le cadre de l’aide légale pour personnes âgées et handicapées (services ménagers, aide sociale à l’hébergement, obligation alimentaire, dossiers d’Allocation de solidarité aux personnes âgées – ASPA), la réception de 660 demandes d’aide alimentaire et financière et l’accord de 828 chèques en urgence. « Toutes ces activités-là seront maintenues et même développées. De nouvelles s’ajouteront. Ce que nous arrêtons au 1er janvier 2023 pour se dégager des marges de manœuvre, c’est seulement l’accueil général d’orientation délégué par le Département », a annoncé mardi après-midi Frédéric Durand, 9e adjoint en charge des cohésions sociales. Trois lieux d’accueil spécifiques actuellement implantés dans les mairies de proximité vont donc fermer pour un seul maintenu, celui du siège du CCAS, rue de l’Attache-aux-bœufs. Il faut ajouter cependant un accueil possible à la mairie centrale.

Et si « des économies d’échelle » seront effectuées et que « quelques postes », du coup, devraient être supprimés au sein de l’activité sociale municipale (elle implique environ une cinquantaine de personnes entre CCAS et services de la Ville), l’objectif, assure Frédéric Durand n’est pas de faire des économies à tout prix – la Ville n’a cependant pas transmis de données budgétaires sur un poste de dépenses, il faut dire éclaté entre le CCAS aux missions diverses et divers services sans compter les subventions aux associations – mais « de nous recentrer sur des besoins nouveaux, identifiés depuis plusieurs années et que la crise sanitaire à définitivement mis en évidence. Nous pensons à l’aide alimentaire très perturbée durant la pandémie en raison de la diminution du nombre de bénévoles, au logement, à ceux spécifiques aux publics marginalisés, aux seniors, étudiants et plus largement les jeunes, toujours plus nombreux à demander de l’aide. C’est une question d’efficacité et aussi de clarté sur qui fait quoi. »

Le Département annonce qu’il compensera

Le Département reprendra l’ensemble des compétences qui lui reviennent.

Réaction du Conseil départemental

Alors qu’elle dit travailler à faire évoluer la tâche des agents concernés d’ici janvier, afin de faire comprendre l’évolution des modalités de son aide sociale et que les bénéficiaires comme les intervenants médico-sociaux ou encore les travailleurs sociaux soient informés, la Ville de Saint-Etienne déploie des supports de communication – comme ce petit fascicule pédagogique – au sein de locaux du CCAS et des associations partenaires mais aussi de bâtiments municipaux ouverts au public. Une communication qui sera aussi relayée dans le magazine municipal et sur son site Internet.

S’il était sans doute au courant depuis plusieurs mois des intentions de la municipalité stéphanoise, l’annonce médiatique de sa décision a cependant, surpris le Département informé par courrier la veille de la conférence de presse. Contacté par If dans la foulée de cette dernière mardi, la collectivité nous a répondu, quelques heures plus tard, avec le communiqué suivant :

« Le Département prend acte de la fin de ce partenariat datant de 2006. La priorité des élus du Département reste le service rendu à la population, enjeu central de cette convention comme de celles qui existent avec plusieurs communes ligériennes. Afin de répondre aux missions d’accueil inconditionnel et d’accompagnement social déjà menées au quotidien, le Département reprendra l’ensemble des compétences qui lui reviennent. L’organisation des services départementaux sur le territoire de la Ville de Saint-Etienne sera revue afin de conforter les missions de service public conduites en direction des habitants et des usagers. »

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur
    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Sur Android
    Sur iOS
    S'inscrire à la Newsletter