Saint-Étienne
vendredi 21 juin 2024
15:11
Soutenez IF

La Ville de Saint-Etienne va rénover et étendre les locaux de la SPA

0
1525 vues

Le sujet avait été évoqué au conseil municipal de Saint-Etienne il y a une semaine à la suite d’une interpellation de l’opposition. Un investissement communal d’1 M€ consacré à une réhabilitation des locaux sur place et une extension du site prêté gratuitement aux associations SPA Saint-Etienne Loire et Amis Chats leur a été confirmé ce week-end. Plus d’une dizaine d’années que le dossier piétinait autour du débat de sa « métropolisation » malgré les cris d’alarme associatifs vis-à-vis de locaux partant littéralement en miettes…

Plus d’une dizaine d’années que la SPA Saint-Etienne Loire alerte sur l’état de dégradation toujours plus avancée des locaux prêtés par la mairie. ©If Média/Xavier Alix

Ils faisaient peine à voir. If Saint-Etienne avait consacré un article, en janvier 2023, sur la situation immobilière désespérée de la SPA Saint-Etienne Loire. L’association partage, rue Florent-Evrard sur les hauteurs ouest de Saint-Etienne un site conséquent avec l’association Amis Chats, jouxtant le service de fourrière municipale avec qui elle travaille étroitement. Site mis à disposition gratuitement depuis des décennies par la municipalité ainsi que ses locaux : principale manifestation du soutien communal à son activité bien que s’y ajoute une subvention annuelle de quelques milliers d’euros. Double problème. D’une part, les locaux de la SPA sont dans un état plus qu’avancé de vétusté : ils se liquéfient. Et l’association, qui, par la voix de son président Pierre Porterat, alerte depuis des années sur sa situation, n’a pas les moyens de s’en payer de nouveaux si tant est qu’un terrain disponible soit apte à son activité et que cette dernière soit acceptée par le voisinage.

Pécuniairement, les quelques salariés et nombreux bénévoles, ne peuvent pour l’essentiel ne compter que sur les frais de pris en charge réclamés aux gens – du moins ceux dont l’abandon est leur fait et qui ont l’honnêteté de se présenter aux côtés de l’animal – et, surtout, les legs et dons afin d’assurer un budget annuel d’environ 420 000 € (2022). D’autre part, les flux de sollicitation de la SPA Loire ne cessent de gonfler depuis plusieurs années. Or, les lieux étaient déjà surpeuplés avant cela. D’autant que des chiens et chats sont placés derrière ses murs par les fourrières municipales de Saint-Etienne (qui, donc, jouxte ses locaux), quand c’est possible mais aussi de Firminy ou encore celles privée de Saint-Etienne-le-Molard. Parfois aussi par la Justice pour les cas de maltraitance, d’ailleurs en hausse. Le recours à la SPA Loire dépasse donc une nature purement stéphanoise pour un périmètre d’activité clairement sud Loire.

Une tentative de « métropolisation » vaine

Et ce n’est pas la fermeture il y a quelques mois du chenil des Pins au Chambon-Feugerolles avec qui une vingtaine municipalités travaillait pour leur fourrière qui va arranger ce contexte tout, sauf évident. Si le débat d’une communication mutualisée à l’échelle de la Métropole, désormais remise en cause, n’avait fait qu’un pli il y a quelques années, celle d’une « compétence » autour de la gestion des animaux errants (fourrières donc et cette forte assistance de la SPA sur les abandons, le bien-être animal) n’a fait que piétiner. Ce qui peut contribuer à expliquer le statu quo sur la rénovation des locaux accordés aux associations, la municipalité stéphanoise cherchant en vain depuis des années à « métropoliser » le sujet. Pendant ce temps, la situation, elle, n’a fait que se dégrader. La Direction départementale de la protection des populations (DDPP), service d’Etat, chargé entre autres, de la protection et de la santé des animaux ayant signalé à plusieurs reprises à la Ville la non-conformité des locaux mis à disposition.

Ce qu’a rappelé et pointé l’élu d’opposition François Boyer (groupe Saint-Etienne Demain) au conseil municipal de Saint-Etienne il y a une semaine à l’occasion d’une délibération accordant 13 500 € de subventions à la Fondation 30 Millions d’Amis. Soit 50 % du montant de sa campagne de stérilisation des chats menée sur le territoire communal (une maison des animaux ouvert fin 2023 a aussi été créée pour laisser les chats au repos avant relâche). Gaël Perdriau a répondu à son opposition en taclant au passage la DDPP, plus encline à ces rapports sur ce site, et donc le travail d’autrui, assure-t-il, qu’à s’occuper sérieusement, voire s’occuper tout court, de mettre fin aux multiples élevages sauvages et clandestins constatés en ville et qui lui sont régulièrement dénoncés. « Ce n’est pourtant pas faute de lui faire des signalements entre les plaintes de riverains, celles des associations et les remontées d’information de notre police municipale. Là, où est donc passé le zèle de la DDPP ? »   

L’idée d’un déménagement à St-Jean-Bonnefonds abandonnée

Et le maire d’ajouter un peu plus tard : « On nous reproche de ne pas assez en faire. Signalons quand même vis-à-vis du bien-être animal, que là où l’on peut légalement euthanasier un animal à la fourrière au bout de 5 jours si aucune association ne peut le récupérer, c’est 6 mois à Saint-Etienne. » Il semble en tout cas, que les choses vont enfin bouger pour la SPA Loire Amis Chats, bien au-delà des travaux d’urgence de quelques dizaines de milliers d’euros annoncés en janvier pour 2023 (pour être effectué la même année passée) dans nos colonnes par Nicole Peycelon, adjointe en charge de la tranquillité publique et de la propreté. Elle avait alors évoqué la possibilité d’un déménagement sur un terrain semblant convenir sans en préciser la situation géographique. Gaël Perdriau l’a donnée lundi dernier : ce terrain, propriété de la Ville de Saint-Etienne, était situé sur le territoire de Saint-Jean-Bonnefonds « parfaitement adapté à ces activités ».

La SPA n’aura pas à déménager. ©Ville de Saint-Etienne

Mais sa municipalité n’a pas souhaité modifier son PLU, plan local d’urbanisme pour accueillir ce nouveau site… Le fait que la commune de de Saint-Jean-Bonnefonds se soit déjà « dévouée » il y a quelques mois pour accueillir sur un de ses terrains jouxtant Metrotech le 2e centre de compostage de Compostond, nécessaire à la nouvelle gestion des biodéchets, enjeu, là, indiscutablement d’échelle intercommunale, a t-il joué ? Rencontré jeudi par If, en amont du conseil de Saint-Etienne Métropole, le maire Marc Chavanne confirme son choix et s’explique : « C’est vrai que ce terrain pouvait convenir du fait de l’absence de voisinage immédiat. Et je suis favorable à une gestion intercommunale de la fourrière, plus largement de la prise en charge des animaux abandonnés. Nous sommes nous-mêmes touchés par la fermeture du chenil du Chambon. Cependant, ce terrain en question est situé sur un corridor écologique et la destination que nous lui accordons – le rendre à la nature – répond à d’autres exigences, environnementales ceux-là. On ne peut pas tout faire au même endroit. »

Des travaux devant commencer cet automne

Informée, la Ville de Saint-Etienne dit alors avoir mené des études pour, du coup, réhabiliter les locaux existants de la rue Florent-Evrard tout en étendant la taille de l’ensemble du site actuel d’un hectare grâce à un terrain jouxtant l’actuel (rester sur place, sinon au moins à proximité, était pourtant une option exclue il y a 18 mois mais des opportunités foncières nouvelles auraient changé la donne). Le tout pour un investissement municipal d’1 M€, déjà annoncé, donc, au conseil municipal. Et qui a été confirmé ce week-end par le maire lors de la tenue des assemblées générales des deux associations concernées SPA Saint-Etienne Loire et Amis Chats.  

« Nous allons consacrer l’ensemble du bâtiment municipal actuel aux associations. Sur le terrain se trouvant au fond du site actuel, nous construirons un nouveau bâtiment pour la fourrière municipale. Nous allons également rénover les boxs de la SPA, et nous agrandirons le site actuel de la rue Florent-Evrard d’un hectare, en créant un cheminement depuis l’entrée du site qui permettra d’accéder au terrain situé en contre bas, que nous allons clôturer et qui pourra être aménagé pour que les animaux puissent profiter d’un espace libre de détente en toute sécurité. Nous en profiterons aussi pour renouveler le réseau souterrain d’assainissement », a décrit le maire ce week-end. Les premiers aménagements sont annoncés pour « cet automne ». Le calendrier de fin des travaux n’a pas été précisé.

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur

    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Recevoir la newsletter
    IF Saint-Étienne