L'actualité de Saint-Étienne et sa région
S'inscrire à la Newsletter
S'inscrire à la Newsletter

Pas de prime pour les aides à domicile dans la Loire : Georges Ziegler s’explique

• 22 décembre 2020 • Xavier Alix
0
839 vues

Le refus a hérissé sur les réseaux sociaux le député forézien En Marche, Julien Borowczyk qui parle même de « mépris ». Le Département de la Loire est le seul, avec le Jura, à ne pas accorder une prime au personnel des structures d’aide à domicile. Contacté, son président Georges Ziegler défend sa position.

Georges Ziegler, président du Département de la Loire © VM / IF Saint-Etienne

« Au Département de la Loire, on n’a pas de cœur mais on a des idées ! La planche à billets et la dette financent l’économie (domaine hors compétences du Département). MAIS pour cofinancer avec l’État la prime Covid pour les aides à domicile (compétence du Département) : RIEN ! #electoralisme ».

Sur Twitter, le député LREM de la 6e circonscription de la Loire, Julien Borowczyk n’y est pas allé avec le dos de la cuillère. Dans son viseur ? Le refus de la majorité départementale d’accorder une prime aux aides à domicile ayant continué à travailler pendant le confinement. Seul le Jura aurait pris une décision identique selon un communiqué diffusé le jeudi 17 décembre par la ministre déléguée à l’Autonomie, Brigitte Bourguignon. De quoi placer le conseil départemental sur le « podium de la pingrerie », enfonce le député forézien.  

« Nous avons déjà versé 1,3 M€ pour que les services d’aide à domicile tiennent durant le premier confinement »

Georges Ziegler, président du Département de la Loire

Les aides à domicile ne sont pas salariées par le Département. Mais au titre du volet personnes âgées et dépendance de sa compétence solidarité, action sociale et santé, ils financent les associations qui les emploient. Le 17 décembre, dans une carte diffusée par le Gouvernement, la Loire et le Jura apparaissent en rouge soulignant leur refus d’accorder une prime. Les trois quarts des départements sont en vert foncé pour signifier une prime de 1 000 € ou plus. Les autres en vert clair pour 250 à 750 € ou une somme encore « inconnue. » 

« Nous n’avons pas l’argent »

« S’ils finissent vraiment par payer, remarque Georges Ziegler, président du Département de la Loire, contacté par If. C’est ahurissant de nous pointer du doigt alors que nous avons aidé les Services d’aide et d’accompagnement à domicile (Saad) de la Loire à tenir durant le premier confinement. Nous leur avons déjà versé à titre exceptionnel 1,3 M€ quand elles ne pouvaient travailler qu’auprès des bénéficiaires les plus urgents. Ajoutons le 1,7 million de masques que nous leur avons distribué avec les maisons de retraite. »

La fameuse prime est une promesse d’Emmanuel Macron datant d’avril avant que le Gouvernement n’y associe les Départements en juin. Des accords auraient été trouvés cet été à l’échelle de l’Assemblée des départements de France (ADF) pour que ceux-ci en cofinancent la moitié. A deux exceptions près donc. « Malgré cette manœuvre politicienne qu’illustre la carte, nous refusons une politique de cabotage, d’acheter des électeurs, martèle G. Ziegler. Si on donne une prime aux aides à domicile, on la donne aussi à nos agents départementaux ayant aussi poursuivi le travail malgré les risques. La note s’élèverait à 5 M€ pour nous. Le contexte nous a fait perdre plus de 9,5 M€ de recettes alors qu’en parallèle, les dépenses, sociales notamment, grimpent. Nous n’avons pas l’argent. »

« Les jacobins ont pris le pouvoir »

Le poste social atteint désormais 67 % du budget du Département, soit 468 M€ (selon l’ADF, cette proportion était en moyenne de 54 % en 2018 en France). « Le RSA, avec 2 000 bénéficiaires en plus en 2020, coûte aujourd’hui, dans la Loire, 106 M€ contre 70 M€ en 2011. En 2011, l’État contribuait à 48 M€. Et en 2020 ? Toujours 48 M€… Alors, les promesses qui engagent les autres… Quand l’État décide d’augmenter d’1 % le RSA, je ne dis pas que ce n’est pas nécessaire, je dis que c’est nous qui payons, pas lui. Le Gouvernement a la même attitude avec les mineurs isolés, les primes aux sapeurs-pompiers : il promet à la place des autres avec l’argent des autres. À qui va la compétence ? Les jacobins ont pris le pouvoir. »

Pour le président du Département de la Loire, « la politique du quoi qu’il en coûte » mène droit dans le mur. « Il y a eu les dépenses d’urgence du premier confinement puis du second. Et il y aura une troisième vague… La dette de l’État atteint les 120 % du PIB. Il emprunte pour son budget de fonctionnement. Ce qui est interdit aux collectivités. Il y a déjà un choc social et la vraie crise économique sera pour 2021. Ce qui nous fera mécaniquement encore baisser nos recettes et augmenter nos dépenses. Il ne faut pas mentir aux gens : oui, c’est et ce sera difficile. »

Réflexion d’If et non de Georges Ziegler : l’État prenant en charge la moitié des primes accordées dans chaque département, donnera-t-il aux aides à domicile de la Loire et du Jura une somme représentant 50 % de la moyenne accordée au niveau national ? Nous avons contacté le député de la majorité Julien Borowczyk pour qu’il puisse étayer ses arguments face à ceux de Georges Ziegler. Mais il n’a pas répondu à nos sollicitations…

Partagez
Signaler une erreur

Signaler une erreur
J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

Laisser un commentaire
Sur Android
Sur iOS