L'actualité de Saint-Étienne et sa région
S'inscrire à la Newsletter
S'inscrire à la Newsletter

Retour sur la visite d’Emmanuel Macron dans la Loire

0
1633 vues

Le président de la République Emmanuel Macron s’est rendu pour la première fois dans la Loire ce lundi 25 octobre. Accompagné de Bruno Lemaire (ministre de l’Economie) et d’Agnès Pannier-Runacher (ministre déléguée chargée de l’Industrie), il a tout d’abord visité les locaux de Siléane, entreprise de robotique, située à Saint-Etienne. Puis, il a pris la direction de Montbrison en début d’après-midi pour découvrir la friche Gégé, faire de François Pralus un Chevalier de l’ordre du mérite, prendre un bain de foule et s’entretenir avec des élus locaux en mairie. Un voyage avec l’objectif de mettre en lumière notamment le plan France 2030 mais également une manière d’occuper le terrain en vue des prochaines échéances présidentielles.

Emmanuel Macron prenant la parole devant les équipes de Siléane et plusieurs élus stéphanois © Photo pool

800 millions pour la robotique dans le cadre du plan France 2030

Si Emmanuel Macron a choisi la Loire pour un déplacement ce lundi, ce n’est pas par hasard. Par son plan France 2030 présenté il y a tout juste deux semaines, le Président souhaite tout d’abord « faire émerger les futurs champions technologiques de demain et accompagner les transitions de nos secteurs d’excellence ». Mais cela semble également une bonne occasion d’occuper le terrain en vue des futures échéances présidentielles alors que bon nombre de ses adversaires politiques sont en campagne ou se préparent à y entrer.

Pour la première concrétisation sur le terrain de ce plan France 2030, c’est donc dans une entreprise stéphanoise que le président a décidé de se rendre : Siléane, spécialisée en robotique. Après avoir visité les locaux de la société située rue Descartes, le chef de l’Etat a annoncé que 800 millions seront investis dans le secteur de la robotique. Avec 400 millions dédiés à l’aide à la production de « machines intelligentes » pour « gagner en innovation et en inventivité » selon Emmanuel Macron. 400 autres millions destinés à l’accompagnement de la transformation de sites industriels « de manière massive vers les machines intelligentes ». Un programme destiné à permettre le « déploiement d’une vraie transformation industrielle », selon le chef de l’Etat qui a également indiquer que plusieurs dizaines de sites sont visés mais sans préciser lesquels. « Nous avons besoin de robotiser, de numériser notre industrie, de rattraper ce retard », a-t-il également appuyé.

Permettre le déploiement d’une vraie transformation industrielle

Emmanuel Macron
Agnès Pannier-Runacher, Bruno Lemaire, Emmanuel Macron et Catherine Séguin chez Siléane © Photo pool

Le choix de Siléane pour effectuer cette annonce n’est pas anodin. L’entreprise dirigée par Hervé Henry, connue d’abord sous le nom de Saint-Etienne Automation, a considérablement grandie depuis sa création en 2002. Spécialisée en robotique, vision et intelligence artificielle, le groupe emploie aujourd’hui 120 personnes dont 85 sur son site stéphanois et ne cesse de recruter ; en 2021, 17 personnes ont trouvé un emploi au sein de Siléane. L’entreprise produit entre 100 et 150 robots par an, connait un chiffre d’affaires de 20 millions d’euros (dont 35% à l’export) et vise 35 à 45 millions d’ici à 2025. Avant la venue du président, Julien Reynaud, directeur technique de l’entreprise, expliquait espérer « un vrai coup de pouce dans la communication sur notre secteur mais également un appui financier pour les industriels français afin qu’ils puissent accéder à la robotique ».

Réhabilitation de la friche Gégé, plan Action cœur de ville et ordre national du mérite à François Pralus : le choix de Montbrison

Après avoir déjeuné avec les employés de Siléane, le président de la République a pris la route de Montbrison. Ce déplacement dans la sous-préfecture de la Loire avait pour but de mettre en avant plusieurs points de la politique économique mise en place par Emmanuel Macron et son gouvernement.

Tout d’abord, la friche Gégé vient illustrer le fonds friche de 650 millions sur 2021/2022 du plan France Relance qui touche plus de 600 projets à travers la France. Concernant la réhabilitation de cet ancien site industriel de Montbrison-Moingt, ce sont 1 505 000 euros qui ont été débloqués par l’Etat sur un coût total de 16 945 090 €. Ce programme de réhabilitation devant permettre d’accueillir 67 logements, 1 458 m² de locaux pour des services et commerces de proximité (tels un pôle médical, une pharmacie, un restaurant scolaire, une crèche, un local associatif) et 118 places de stationnements, des espaces verts et des voies de circulation. La livraison du programme est prévue pour la fin de l’année 2024 pour des travaux ayant débuté en juillet dernier.

Le choix de Montbrison pour cette visite a été également dicté par le fait que la ville fait partie des 13 premières villes françaises à avoir été désignées lauréates du programme Action coeur de ville, lancé en 2018. Signée le 26 septembre 2018, la convention-cadre de ce dispositif a permis de débloquer 9,5 millions d’euros afin de réhabiliter et restructurer l’habitat du centre-ville, développer l’accessibilité, la mobilité et les connexions, mettre en valeur le patrimoine ou encore fournir un meilleur accès aux équipements et services publics.

Le chef de l’Etat a profité de son passage à Montbrison pour remettre l’ordre national du mérite au chocolatier François Pralus devant sa boutique montbrisonnaise, située rue Tupinerie. Un homme qui correspond à « une figure incontournable de la pâtisserie française » selon l’Elysée et qui « incarne la réussite aux yeux des Ligériens, qui apprécient l’homme et l’entrepreneur » selon l’Elysée. Le président s’est également vu remettre par Jean-Michel Mis, député de la Loire, un maillot de l’ASSE floqué de son nom et du numéro 42 et en a profité pour s’offrir un bain de foule dans la rue Tupinerie.

Des manifestations en marge du déplacement présidentiel

Plusieurs manifestations ont jalonné cette journée de visite et un grand dispositif de sécurité a été déployé.

Tout d’abord à Saint-Etienne où les opposants au président s’étaient donnés rendez-vous autour du rond-point de Monthieu mais aussi sur la place Jean-Jaurès. Du coté de Montbrison, le président était également attendu de pied ferme par des manifestants.


La réaction des élus ligériens suite à la visite d’Emmanuel Macron :
Rédacteur en chef
Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur
    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Sur Android
    Sur iOS