Saint-Étienne
jeudi 8 décembre 2022
04:08
Soutenez IF

Riorges lutte contre les déserts médicaux avec son Centre de santé municipal

0
1632 vues

La Ville de Riorges vient d’inaugurer son centre de santé municipal*. Le premier dans le Département de la Loire, avec pour le moment deux médecins à temps partiel. Ils seront bientôt trois voire quatre à proposer leurs services dans ce bâtiment flambant neuf, dont l’existence doit permettre d’attirer de nouveaux praticiens dans la commune.

Le Centre de santé municipal de Riorges se situe rue du 8 mai 1945 © Anthony Sion – Ville de Riorges

« Face au manque de médecins qui touche notre commune, nous avions deux possibilités qui s’offraient à nous, explique Jean-Luc Chervin, le maire de Riorges. Soit ne rien faire, soit créer un centre de santé municipal. Nous avons décidé de partir sur la seconde option. » C’est en constatant la difficulté pour les habitants de sa commune de trouver un médecin que le maire et son équipe ont décidé de créer cette infrastructure municipale avec des médecins payés directement par la commune. Un modèle inspiré par celui employé sur la commune d’Amplepuis dans le Rhône.

Des difficultés à attirer les médecins malgré des arguments forts

A l’heure actuelle, seuls deux médecins retraités, Denis Schmück et Bruno Damuseau, ont pris place à temps partiel dans les 300 m² de l’infrastructure. Mais ce n’est pas ce point qui va décourager l’édile pour autant. « Nous accueillerons d’ici un mois un nouveau praticien, mais nous avons bon espoir d’en voir arriver deux autres à moyen terme, explique le maire, qui détaille les autres avantages pour les praticiens qui tenteraient l’aventure en terres riorgeoises. Les médecins qui voudraient s’engager avec nous ont l’assurance d’effectuer 35 heures par semaine et en ayant à leurs côtés la présence d’une secrétaire administrative s’occupant de 90 % de leurs démarches administratives. » Autre argument important, le salaire compris entre 5 000 et 6 000 euros net pour un médecin débutant.

Afin d’appuyer encore un peu plus les points forts de son offre, la municipalité les liste sur son site Internet, mettant en avant la flexibilité des contrats proposés ou encore la qualité des équipements permettant d’exercer. La Ville avait même tourné une vidéo vantant les mérites de la région roannaise :

En évoquant ce qu’il pourrait attendre de la future présidente ou du futur président de la République, Jean-Luc Chervin se veut assez fataliste. « Depuis 40 ans, le numerus closus en vigueur dans les facultés de médecine n’a pas bougé. Il n’y a eu aucune anticipation de la part de l’Etat sur le manque de médecins dans nos territoires, se désole l’élu. De plus, lors des débats avant les élections présidentielles, la santé n’est pas clairement évoquée. Je le regrette. »


*L’infrastructure municipale, qui a coûté 986 000 euros comprenant l’achat du bâtiment et ses aménagements (dont 60 % de subventions), est composée de cinq cabinets de consultation, une salle de réunion, une salle destinée à une infirmière, un hall d’accueil et une salle d’attente. Il peut accueillir jusqu’à médecins pratiquant à temps plein.

Rédacteur en chef
Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur
    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Sur Android
    Sur iOS
    S'inscrire à la Newsletter