L'actualité de Saint-Étienne et sa région
S'inscrire à la Newsletter
S'inscrire à la Newsletter

Saint-Étienne, égérie médiatique… en bien et en mal

• 12 novembre 2020 • Nicolas Bros
0
1413 vues

Depuis quelques mois, Saint-Étienne (re)fait parler d’elle dans de nombreux médias nationaux. Au-delà des fameux Verts qui peuplent les pages « sports » des quotidiens et autres hebdomadaires sportifs ou de la Biennale design qui attire toujours des journalistes venus de loin, de nouveaux sujets sont apparus. Avec du positif et du négatif.

La place du Peuple à Saint-Étienne © NB / IF Médias

Musique, design et innovation

Côté positif, citons notamment les multiples coups de projecteurs sur la nouvelle scène musicale stéphanoise, emmenée par les frères pop de Terrenoire, les rappeurs mélancoliques ZED Yun Pavarotti et Fils Cara, ainsi que par le groupe La Belle Vie. Cette scène qui s’est d’ailleurs retrouvée le 3 octobre pour un concert unique judicieusement intitulé l’éPOPée Verte, au Fil de Saint-Étienne. Un phénomène musical stéphanois qui a intéressé de nombreuses publications : France Inter, franceinfo, La Croix, Libé, 20minutes et même L’Équipe

D’autres couvertures presse ont été ces derniers temps assez élogieuses envers la préfecture ligérienne. Par exemple, Le Télégramme, titrant « Saint-Étienne, innovante depuis toujours » en avril dernier, ou Le Monde consacrant un papier à « l’approche démocratique du design » dans la ville. Autant d’écrits qui peuvent mettre du baume au cœur aux Stéphanois. Pourtant, forcément, tout n’est pas toujours rose.

Covid-19, pauvreté et descente en règle

Les relations entre la presse nationale et Saint-Étienne n’ont pas toujours été au beau fixe… En témoigne ce fameux article du Monde, paru en 2014, qui avait tant indigné la population stéphanoise. Son titre ? « A Saint-Etienne, le centre-ville miné par la pauvreté ». Un papier qui fera beaucoup réagir, jusqu’à la création d’un hashtag #Stephanoisfiers et provoquant la publication d’un autre article du même Monde afin de creuser davantage la question de l’attachement des Stéphanois à leur ville.

Aujourd’hui encore, Saint-Étienne est régulièrement traitée de manière plutôt peu engageante par quelques médias nationaux. Récemment, le fait que Saint-Étienne soit devenue la « capitale » de la seconde vague de l’épidémie de Covid-19, avec des taux d’incidence de la maladie parmi les plus élevés de France, n’a pas aidé. Au-delà de l’aspect factuel de ces données qui justifient le traitement de cette information objective, certains articles rappellent le côté racoleur de la titraille du Monde de 2014. Comme par exemple celui que Politis a publié la semaine dernière : « À Saint-Étienne, le symptôme de la pauvreté ». Chez Libération, autre dossier, autre style, mais le thème reste le même. Rappelons également le reportage de la chaîne Arte à propos des supporters ultras stéphanois qui avait également été largement décrié pour son côté misérabiliste.

Articles et angles heureux ou malheureux, nous vous laisserons juges. Toujours est-il que l’article de Politis commence déjà à faire des émois, comme en témoigne cette lettre ouverte adressée à la rédaction du journal :

Partagez
Signaler une erreur

Signaler une erreur
J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

Laisser un commentaire
Sur Android
Sur iOS