Saint-Étienne
mercredi 30 novembre 2022
10:55
Soutenez IF

Saint-Etienne, ville en lutte contre le SIDA

0
2013 vues

Ce lundi, Jean-Luc Romero-Michel, adjoint à la Ville de Paris mais surtout président de l’association ELCS (Elus locaux contre le SIDA) était à Saint-Etienne. D’une part pour remettre aux élus stéphanois le label « Ville engagée contre le SIDA » mais aussi pour lancer le guide API (Action prévention information) 2021/2022, permettant de retrouver de nombreuses informations et conseils pour faire face à cette maladie. Un événement important alors que le SIDA, comme le cancer, sont un peu « oubliés » en cette période de pandémie de Covid.

Jean-Luc Romero-Michel (3e en partant de la gauche) remet le label Ville engagée contre le SIDA au maire de Saint-Etienne, Gaël Perdriau, Laura Cinieri, conseillère municipale déléguée à la santé publique, membre du bureau de l’ELCS, et Patrick Michaud, adjoint au maire chargé de la Santé publique © VSE

Déjà labellisée en 2019 en tant que Ville engagée contre le SIDA, Saint-Etienne vient de voir cette distinction renouvelée par l’association ECLS qui gère les attributions. Jean-Luc Romero-Michel, son président, s’est même déplacé en personne ce lundi soir pour remettre le label dans les mains des élus stéphanois. Une soirée marquée également par le lancement du nouveau guide API édité par cette même structure. Un ouvrage destiné en priorité aux élus locaux mais qui, comme l’indique le président d’ELCS, est un outil destiné à tous, concentrant toutes les informations à propos de cette maladie. Un lancement fait à Saint-Etienne, en province, revêtant donc un côté inédit pour l’association mais un choix porté sur la ville ligérienne qui se justifie amplement selon Jean-Luc Romero-Michel. « Saint-Etienne est une ville avec un vrai engagement contre la maladie. On sent une vraie volonté ici, notamment sur la prévention avec le soutien aux associations locales. »

Une reconnaissance du travail engagé par l’administration stéphanoise mais également une gageure pour la suite assumée par l’édile stéphanois : « le renouvellement de ce label de ville engagée contre le SIDA, constitue une fierté mais nous oblige surtout à poursuivre nos efforts. Car la lutte continue plus que jamais et les progrès de la médecine sont un réel espoir mais il est avant tout essentiel que les personnes séropositives sentent que nous sommes et seront toujours à leurs côtés » a expliqué lors de son discours Gaël Perdriau.

Si toutes les personnes sont dépistées, et si les personnes malades sont traitées, le VIH va disparaître de lui-même.

Jean-Luc Romero-Michel

Faire parler à nouveau du VIH afin de l’éradiquer

Disponible gratuitement sur le site de l’association (l’édition 21/22 le sera prochainement), ce guide permet de rappeler plusieurs chiffres significatifs de l’étendue de cette maladie qui n’est toujours pas éradiquée. « Le problème, c’est qu’avec l’arrivée de la Covid, on ne parle plus du VIH, s’inquiète Jean-Luc Romero-Michel. Alors que l’ONU avait indiqué que l’on pourrait assister à la fin de la maladie à l’horizon 2030, on a vu avec cette nouvelle pandémie des traitements arrêtés dans certains pays. C’est catastrophique car la mortalité à cause du VIH remonte. L’année dernière, nous étions à 690 000 morts sur l’année. J’ai bien peur que cette donnée grimpe à nouveau… » Une augmentation très dommageable sachant qu’aujourd’hui, avec les traitements actuels, une personne séropositive sous traitement, sans charge virale, ne peut plus infecter. Il est donc tout à fait possible d’en finir avec le VIH. « Si toutes les personnes sont dépistées, et si les personnes malades sont traitées, le VIH va disparaître de lui-même. C’est un espoir que l’on a et qui est assez rare face à une maladie. » Un espoir qui nécessiterait, selon M. Romero, un investissement raisonnable, avec 25 à 26 milliards par an au niveau mondial pour la lutte contre le SIDA. « En comparaison, à la Ville de Paris où je suis élu, la lutte contre le Covid nous a coûté un milliard d’euros l’année dernière… s’étonne M. Romero. Vous imaginez ? Vous voyez les disproportions dans lesquelles nous sommes. »

Retrouvez le guide API 2021/2022 ci-dessous :

Quelques données du VIH en France :

  • aujourd’hui 173 000 personnes vivent avec le VIH
  • 24 000 personnes ne savent pas qu’elles sont séropositives
  • entre janvier et octobre 2020, Santé Publique France a estimé à 650.000 le nombre de tests de dépistage effectués en moins par rapport à ce qui aurait dû être entrepris

Pour se faire dépister à Saint-Etienne :

  • CeGIDD Hôpital Nord Bâtiment A – 80 rue Albert-Raimond à Saint-Priest en Jarez / Service des Maladies Infectieuses – Niveau +1
    Consultations : du lundi au jeudi de 14h à 16h15 et le vendredi de 9h40 à 12h10 et de 14h à 16h15
    Accueil téléphonique au 04 77 12 07 63 de 9h à 16h30
    Accueil des IST symptomatiques uniquement à Nord
  • CeGIDD 14 rue de la Charité / Bâtiment C au rez-de-chaussée
    Consultations du lundi au jeudi de 16h30 à 18h45, le vendredi de 17h30 à 18h45
    Tél. : 04 77 12 07 63
Rédacteur en chef
Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur
    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Sur Android
    Sur iOS
    S'inscrire à la Newsletter