L'actualité de Saint-Étienne et sa région
S'inscrire à la Newsletter
S'inscrire à la Newsletter

Sport dans la ville étend son action à Saint-Chamond

0
890 vues

Déjà présente à Saint-Etienne et dans l’Ondaine, l’association nationale d’insertion par le sport dans les quartiers est implantée depuis la rentrée à Fonsala. En partenariat, entre autres1, avec la municipalité de Saint-Chamond, elle y a ouvert un nouveau centre sportif dont l’accès est en partie encadré par ses éducateurs. L’objectif, derrière l’aspect récréatif, est de développer l’insertion sociale et professionnelles des jeunes du quartier. Et à ce sujet, Sport dans la Ville affiche des résultats.  

Le centre saint-chamonais fait partie des quatre ouverts par Sport dans la Ville en France cette année. Ils sont désormais 50. © XA / IF Saint-Etienne

Utiliser le sport comme un tremplin vers l’emploi. C’est la raison d’être de Sport dans la Ville. Créée en 1998, l’association se présente comme la « principale » à agir par ce biais en France. L’ensemble de ses programmes a, en effet, pour objectif de favoriser l’insertion sociale et professionnelle de jeunes issus des quartiers prioritaires.

Après 22 ans d’existence, l’association fait figure de poids-lourds : fin 2020, 7 000 jeunes étaient inscrits à ses programmes. Elle comptait 13 M€ de budget (à 68 % financés par le privé ou ses recettes propres), 90 collaborateurs permanents, 140 éducateurs sportifs à tiers temps pour 46 centres sportifs situés dans 24 villes d’Auvergne-Rhône-Alpes, des Hauts-de-France, d’Ile-de-France et de Paca. C’est inspiré par leur passage au sein de l’association « Fête le Mur » créée par Yannick Noah, que Nicolas Eschermann et Philippe Oddou, diplômés de l’EMlyon, ont initié leur projet dans l’agglomération lyonnaise.

« Le sport permet de créer de l’envie »

Les terrains qu’ils sèment – essentiellement de football et de basket pour toucher le plus grand nombre – amènent ou renforcent l’offre d’équipement sportif dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville. Il sont en effet en accès libre 24 h/24. Cependant, tous les mercredis et samedis après-midis sont réservés à des séances gratuites encadrées par ses éducateurs pour lesquelles une inscription est nécessaire. Le dispositif s’adresse à cinq catégories d’âge différentes, de 6 à 25 ans. 1 h 30 leur est consacrée chacune.

« Le sport s’avère le meilleur outil pour rentrer en contact avec cette jeunesse souvent stigmatisée. On noue ainsi des liens de confiance avec eux mais aussi leurs familles. Beaucoup ne fréquentent aucune structure institutionnelle d’insertion comme la Mission locale, Pôle emploi, constate Mathieu Millet, responsable Loire de l’association. Le sport permet de créer de l’envie, d’intégrer des valeurs collectives, d’améliorer des comportements sur le respect des autres, l’assiduité, la ponctualité… Une base pour s’intégrer dans une organisation collective. Car nous parlons, aussi, petit à petit d’orientation, d’insertion pro. A partir de 14 ans, nous proposons d’intégrer nos programmes personnalisés assurés par nos collaborateurs permanents, à commencer par Job dans la ville. »

82 % des 15-29 ans suivis en formation ou en emploi

Le terrain de basket opérationnel depuis septembre à Saint-Chamond. © Ville de Saint-Chamond

Le sport : la clé de l’intégration sociale ? Le discours peut paraître convenu. Mais Sport dans la Ville met des chiffres significatifs sur la table. Job dans la Ville accompagnait fin 2020 1 630 jeunes, dès l’âge de 15 ans « dans la réussite leur orientation et leur insertion professionnelle ». 82 % des 15-29 ans ayant suivi ce programme sont en formation ou en emploi contre 64 % en moyenne dans les quartiers prioritaires (81 % au niveau national). 85 % sont titulaires du bac (73 % au niveau national). Enfin, 51 % des 15-25 ans en emploi travaillent en CDI. Contre 44 % pour la moyenne nationale (sources Insee 2016).

Parallèlement, pour un public spécifiquement féminin, l’association a développé L dans la Ville « pour l’émancipation et l’insertion professionnelle ». 1 530 jeunes filles en étaient fin 2020. Elles disaient à 84 % être optimistes sur leur avenir professionnelle contre 58 % en moyenne dans les quartiers prioritaires. Enfin, pour les plus âgés, le programme d’aide à la création d’entreprises Entrepreneurs dans la Ville, a permis, lui  2007 la création de 198 entreprises.

La quatrième ville touchée dans la Loire

Sport dans la ville a en essaimé dès la fin des années 2000 sur Saint-Etienne Métropole : dans les quartiers stéphanois de Montreynaud puis de La Cotonne mais aussi à Firminy et à La Ricamarie, en créant des terrains de football et de basket. En 2018/19, avant le Covid, 450 jeunes de la Loire étaient ainsi suivis. Dont 120 suivaient le programme Job dans la ville. Une petite centaine témoignait alors d’une expérience dans le monde de l’entreprise allant du stage d’observation de 3e au CDD en passant par le stage professionnel ou le contrat en alternance. L’association a comptabilisé en 2021 13 créateurs d’entreprise issus de son programme. « Certains de ces jeunes entrepreneurs reviennent maintenant nous voir pour nous aider et parrainer leurs benjamins », observe Mathieu Millet.

Les 7 salariés et 15 éducateurs de son équipe ligérienne seront désormais un peu plus nombreux. Parmi quatre nouveaux centres sportifs ouverts en France en 2021, et en attendant un projet à Roanne « en discussion », celui de Saint-Chamond ouvert il y a un mois à Fonsala n’est pas des moindres. Il s’agit d’un double plateau football et basket. 90 jeunes y sont déjà inscrits pour une capacité, à terme, d’environ 200 devant donner lieu à une cinquantaine d’accompagnements. « Les débuts sont encourageants. En septembre, il a fallu que les habitants du quartier intègrent la démarche, l’idée des séances réservées. C’est acquis. Mais certaines familles nous connaissaient déjà : elles ont frappé à notre porte avant l’ouverture. »

De nombrteux partenaires impliqués

Lors de l’inauguration officielle le 6 octobre, sur le terrain de football. © Ville de Saint-Chamond

Un bureau d’accueil spécifique à Fonsala devrait à terme ouvrir dans le quartier. Une permanente et quatre éducateurs y sont affectés. Les jeunes les plus impliqués, les plus volontaires peuvent se voir proposer des tournois, des sorties, des places de match (le Saint-Chamond Basket Vallée du Gier est ici un des partenaires) voire même un séjour dans le futur centre de vacances de l’association en Drôme provençale. La construction des terrains couramiauds a coûté 250 000 €. Elle est appuyée par une subvention de l’Agence Nationale du Sport et de la municipalité (qui s’élève à 62 500 € + 10 000 € pour les accès). La Ville a passé une convention avec l’association. Elle apporte ainsi, sur une période de 5 ans, un total de 170 000 € sur les 1 300 000 € que vont réclamés l’entretien et le fonctionnement.

Le centre a été officiellement inauguré mercredi 6 octobre en présence Thomas Michaud, secrétaire général de la préfecture. Si le projet avait été discuté lors de son précédent mandat, Hervé Reynaud, maire de Saint-Chamond a rappelé « son aboutissement rapide depuis le vote en conseil municipal le 28 juin, (travaux effectués durant l’été, Ndlr). Ce qui témoigne d’un partenariat réussi et déjà fructueux avec Sport dans la Ville. Ce projet correspond à une démarche de cohésion sociale à laquelle nous sommes attachés ». Son adjoint délégué au sport, Axel Dugua, insistant sur « le côté collectif de ce projet avec de beaux partenaires sur le quartier : CCQ, centre-social, SCBVG, établissements scolaires… »

1Outre la Ville de Saint-Chamond et l’Etat, ont participé ou participent aux programmes la Région, le Crédit Agricole Loire Haute Loire, Transdev, FMI Process, Véolia, Lustucru, la Caisse Epargne Loire Drôme Ardèche.

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur
    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Sur Android
    Sur iOS