L'actualité de Saint-Étienne et sa région
S'inscrire à la Newsletter
S'inscrire à la Newsletter

Un nouveau service de soutien psy au CHU

• 15 février 2021 • Nicolas Bros
0
844 vues

Depuis le début de l’année, le CHU a mis en place un dispositif pour les patients atteints de troubles psychiatriques : le CICAH ou Centre intersectoriel de crise et d’alternative à l’hospitalisation. Explications.

Le CHU Hôpital Nord à Saint-Étienne © NB / IF Saint-Etienne

« Apporter un soutien aux personnes en détresse psychique et une alternative à l’hospitalisation via différentes structures. En étant au plus près des patients, le dispositif répond à leurs besoins de façon humaine et rapide afin d’éviter l’aggravation des situations. Le CICAH prend également tout son sens compte tenu de la crise sanitaire actuelle. » Voilà le but recherché du nouveau dispositif mis en place par le CHU de Saint-Étienne. Baptisé CICAH pour Centre intersectoriel de crise et d’alternative à l’hospitalisation, ce nouvel outil comprend plusieurs initiatives coordonnées par différents services.

Le 15 répond à la détresse psy

Tout d’abord, une plateforme téléphonique du SAMU, le PSY15. Dans le centre 15 du SAMU, des infirmiers de psychiatrie interviennent pour répondre aux appels à motif psychologiques de 9h à 17h30 du lundi au vendredi. « Cette nouvelle organisation facilite le conseil et l’orientation des patients en difficulté psychologique et peut éviter le recours aux urgences », explique le CHU stéphanois.

Un suivi pour les personnes ayant tenter de se suicider

Parallèlement, pour les personnes âgées de 18 ans et plus et qui ont fait une tentative de suicide, une équipe médicale entreprend un rappel téléphonique dans le but d’éviter un nouveau passage à l’acte. Ce dispositif a été baptisé Vigilans.

Une prise en charge psy plus importante

Enfin, deux autres initiatives viennent compléter l’offre déployée par le CHU depuis début 2021 face aux troubles psychiques. En premier lieu, un Centre ambulatoire de crise a été mis sur pieds avec des binômes formés d’un médecin et d’un infirmier. Ces derniers interviennent en mois de 48 heures auprès des patients de 18 ans et plus lors d’une crise psychique. « L’équipe assure des consultations pour une prise en charge courte, de deux mois maximum, en attente d’un relais au niveau du secteur psychiatrique de référence si nécessaire. »

Enfin, au sein même du CHU, une nouvelle organisation a été pensée permettant à l’unité de psychiatrie de liaison de se déplacer dans les services de médecine, de chirurgie, d’obstétrique ou de pédiatrie. Elle peut ainsi « apporter un avis psychiatrique concernant des patients hospitalisés pour un motif somatique mais souffrant par ailleurs de troubles psychiques. »

Partagez
Signaler une erreur

Signaler une erreur
J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

Laisser un commentaire
Sur Android
Sur iOS