L'actualité de Saint-Étienne et sa région
S'inscrire à la Newsletter
S'inscrire à la Newsletter

Une grande campagne de dépistage débute la semaine prochaine à Saint-Étienne

• 7 janvier 2021 • Nicolas Bros
0
505 vues

Une seconde campagne massive de dépistage de la Covid-19 va débuter à Saint-Étienne dès le 13 janvier. Après celle initiée par la Région Auvergne-Rhône-Alpes, c’est au tour de l’opération menée conjointement par la préfecture de la Loire, la Ville de Saint-Étienne, l’ARS, le CHU et la CPAM de débuter la semaine prochaine. Cette dernière avait été annoncée en décembre dernier. Les Stéphanois recevront un courrier dès vendredi leur en expliquant les modalités.

Après Le Havre et Charleville-Mézières, ça va être au tour de Saint-Étienne de se faire dépister massivement. Une campagne massive de tests basée sur le volontariat et entièrement gratuite. Cette dernière se déroulera sur deux phases : tout d’abord du 13 au 19 janvier puis du 22 au 28 février. Des périodes propices à l’élaboration d’une « photographie de notre situation par rapport à l’épidémie, notamment lors de la première phase qui se déroule au lendemain des fêtes de fin d’année », selon Catherine Seguin, préfète de la Loire. Mais aussi de « casser les chaînes de contamination » alors que le taux d’incidence repart légèrement à la hausse, se situant actuellement à 172/100 000 habitants (pour rappel il avait atteint plus de 1 200/100 000 en novembre) soit une hausse de 10 points en seulement 48 heures, selon Jean-Yves Grall, directeur de l’Agence régionale de santé Auvergne-Rhône-Alpes.

14 centres de dépistage et 80 000 tests commandés

Sur l’ensemble du territoire communal stéphanois, ce sont en tout 14 centres de dépistages qui vont être opérationnels et gérés par 250 personnes (infirmiers, étudiants en médecins, personnel du SDIS…). Le plus grand centre se situera au Parc Expo mais les citoyens pourront en trouver un proche de chez eux. La liste de ces 14 centres est à retrouver d’ores et déjà sur cette page. Le dépistage pourra se faire sans rendez-vous ou en prenant rendez-vous sur medunion.fr ou au 08.00.10.03.78.

80 000 tests antigéniques BioSpeedia, conçus par une spin-off de l’Institut Pasteur et l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne, ont été commandés pour assurer les deux phases de dépistage. L’objectif affiché pour cette campagne est d’atteindre un dépistage de 23 à 24 % de la population stéphanoise. Il a également été précisé que les personnes n’habitant pas la commune mais souhaitant se faire dépister pourront venir procéder à l’opération.

Catherine Seguin, préfète de la Loire, entourée du maire de Saint-Etienne et des directeurs et directrices de l’ARS, du CHU et de la CPAM, mercredi 6 janvier à la Préfecture de la Loire © NB / IF Saint-Etienne

Un suivi des cas positifs et des solutions d’hébergement proposés par la Préfecture

Afin d’assurer cette campagne de manière précise, un protocole scientifique a été mis au point par le CHU de Saint-Étienne et le docteur Julie Gagnaire. « Notre objectif est de réaliser ce test sur des personnes asymptomatiques, explique le docteur. 80% des contaminations seraient dues à 20% de personnes asymptomatiques mais portant une forte charge virale. » Après avoir obtenu un résultat en 10/15 minutes, les personnes testées pourront ensuite s’entretenir avec un professionnel de santé sur leur situation. En cas de résultat positif, les personnes ne pouvant s’isoler chez elles, pour des raisons de présence de personnes vulnérables dans leur foyer ou d’un appartement trop exigu, pourront bénéficier d’une solution d’hébergement grâce à la cellule territoriale d’appui à l’isolement, mise en place par la Préfecture de la Loire en mars dernier. Cette dernière n’a pour le moment héberger que 15 personnes depuis sa création.

80% des contaminations seraient dues à 20% de personnes asymptomatiques mais portant une forte charge virale.

Dr. Julie Gagnaire, de l’Unité de gestion du risque infectieux au CHU de Saint-Étienne

Une campagne qui engage plusieurs partenaires dont la Ville de Saint-Étienne et son maire Gaël Perdriau qui se réjouit de la concrétisation de l’opération. « Je suis très heureux que cette campagne débute, explique-t-il. J’avais exprimé ma volonté de déployer un tel dispositif sur le territoire stéphanois depuis le 15 mai dernier. » Ce matin, l’édile ajoute avoir dès à présent proposé à Olivier Véran, ministre de la Santé, que les 14 sites retenus pour cette phase de tests soient retenus en tant que centres de vaccination, « dès lors que la puissance publique sera en capacité de garantir un approvisionnement régulier et suffisant de vaccins ».

Pour avoir plus d’informations sur cette campagne de tests, rendez-vous sur cette page

Partagez
Signaler une erreur

Signaler une erreur
J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

Laisser un commentaire
Sur Android
Sur iOS