Saint-Étienne
samedi 10 décembre 2022
03:26
Soutenez IF

A47 : la galère (bis) de Langonand oui mais pour être tranquille au moins 10 ans

0
1302 vues

Pas besoin d’habiter la vallée du Gier pour en souffrir : depuis la nuit du 18 juillet et encore jusqu’à ce vendredi 29 juillet, les travaux menés par la Direction interdépartementale des routes (Dir) Centre Est sur le viaduc de Langonand de l’A47 créent des galères à ne plus en finir pour passer le contournement de Saint-Chamond ou accéder à la ville depuis Lyon. Ils ont été découverts avec surprise par beaucoup, y compris des élus très capés du sud Loire…

Bouchon sur l’A47 depuis Lyon en direction de Saint-Etienne à l’entrée du viaduc de Langonand. © If Média/Xavier Alix

Bis oui. Repetita, pas tout à fait. Les travaux indispensables et logiquement fixés en période estivales sur cette vraie voie sacrée qu’est pour le sud Loire l’A47 sont exactement les mêmes que l’an passé à la même période : il s’agit, encore, de remplacer les joints de dilatation de la chaussée du viaduc du Langonand, qui domine Saint-Chamond. Les travaux s’effectuent sur une moitié de la voirie après avoir été effectués sur l’autre en juillet 2021. A une grosse différence près que cette fois-ci, le boulevard couramiaud Waldeck-Rousseau (ou passait il y a 30 ans… l’autoroute), artère essentielle pour la traversée de la Ville menant justement au rond-point d’accès à l’A47 et à des itinéraires secondaires en direction de Saint-Etienne, n’a pas été fermé à la circulation. L’an passé, la première phase des travaux d’élargissement du Janon menés par Saint-Etienne Métropole l’avait provoquée.

Apparemment, les services de l’Etat et de la collectivité n’avaient pas anticipé leurs travaux mutuels créant des bouchons abominables dans Saint-Chamond et les environs d’une proportion inattendue. Cette année, la galère est un cran en dessous mais tout de même d’un bon calibre pour quiconque doit circuler quotidiennement sur l’axe dont deux voies sur quatre sont coupées (c’est le sens Saint-Etienne/Lyon qui est coupé et donc reporté de l’autre côté cette année, réduisant les deux sens à une voie). Difficile d’y échapper même en prenant des itinéraires bis ou en passant par les rues de la Ville, les automobilistes étant nombreux à s’y essayer aux heures de pointe. Contactée, la Dir Centre Est précise à If Saint-Etienne qu’il faut ici « en schématisant, raboter la chaussée et retirer une partie du béton qui tient les joints. Ensuite, on peut changer les joints, puis refaire le béton et enfin la chaussée ».

Les travaux sur la RN88 et l’A72 s’en mêlent

D’où l’impossibilité d’intervenir de nuit et remettre en circulation de jour : « Il faut une coupure totale de circulation pendant toute la durée du chantier. De ce fait, les travaux ont été réalisés d’abord dans un sens de circulation, puis dans l’autre sens. Ainsi, l’an dernier les travaux concernaient l’autre sens de circulation. Sauf problème de réalisation technique, il ne devrait cependant pas avoir à nouveau ces même types de travaux sur le viaduc de Langonand avant 10 ou 15 ans. » Ce qui ne signifie pas que d’autres éléments puissent avoir besoin de rénovation dans les années à venir. Reste qu’à l’image de ce qui s’est passé en 2021, il semble qu’il y ait eu quelques couacs dans la communication de ces travaux extrêmement impactant. Le dossier de presse, comme le produit la Dir Centre Est, a en effet été publié sur son site web… ce lundi 25 juillet, une semaine après le début des travaux.

Peu connu du grand public, le service de l’Etat doit cependant passer par la préfecture de la Loire pour communiquer ses dossiers aux médias locaux notamment. Ceux sur les travaux de l’A72 et la RN88 menées parallèlement ont bien été envoyés à notre rédaction. Des travaux tout aussi indispensables mais qui, forcément, alourdissent la situation d’ensemble du sud Loire. Parfois même celle autour de l’A47, nombre d’automobilistes quittant Monthieu, Steel et la rue de La Montat pour prendre la RN88 se retrouvant « piéger » en ne faisant pas attention à la fermeture de la bretelle d’accès de l’axe, les envoyant ainsi alimenter les bouchons de l’A47, aucune sortie pour faire demi-tour n’étant alors possible avant La Varizelle !

Un couac dans la communication ?

En revanche, pas de trace de l’envoi d’un communiqué sur ces travaux pourtant conséquents de l’A47. Nous ne sommes apparemment pas les seuls dans ce cas en allant observer les publications de nos confrères à l’exception d’une brève très globale sur tous ces travaux du Progrès datée du 17 juillet où deux lignes évoquent les travaux de l’A47. « Si nous avons effectivement publié tardivement notre dossier de presse, nous l’avions en revanche bien transmis préfecture de la Loire le 22 juin puis aussi le 28 juin à la préfecture du Rhône », nous indique la Dir Centre Est. Manque de moyens humains pour effectuer le relais ? Oubli ? Vrai couac ?

Soyons raisonnable : cela peut arriver et arrive à tous. Et même davantage annoncés en amont, les travaux – encore une fois, indispensables pour que le viaduc de Langonand ne s’écroule pas un jour -, auraient cependant de toute façon créé ces bouchons. Nous avons toutefois posé la question à la préfecture de la Loire. Ses services nous ont assuré qu’ils n’avaient rien reçu de la part de la Dir*… Rencontrés par notre rédaction le mardi 19 juillet à Stelytec, le matin de la première journée de travaux, des élus du sud Loire ont été, eux, quoi qu’il en soit, les premiers surpris : ni Hervé Reynaud, maire de Saint-Chamond, ni Gaël Perdriau, maire de Saint-Etienne et président de Saint-Etienne Métropole, n’étaient au courant…

*Mise à jour de l’article ce 28 juillet à 9 h 48. Nous avons posé la question 27 juillet en milieu d’après-midi et reçu la réponse ce 28 juillet au matin.  

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur
    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Sur Android
    Sur iOS
    S'inscrire à la Newsletter