Saint-Étienne
jeudi 8 décembre 2022
14:59
Soutenez IF

Château d’Essalois : le scenario d’un feu de forêt joué vendredi

0
792 vues

Vendredi, à Chambles, 95 pompiers de Loire et de Haute-Loire étaient mobilisés pour un exercice d’ampleur de lutte contre les feux de forêts. Le scenario choisi était inspiré de faits réels.

chambles pompiers
La manœuvre s’est conclue par un largage aérien effectué par un Dash. © JT

Le scenario était précis. Un incendie s’est déclaré à proximité du barrage de Grangent et se propage en direction de la commune de Chambles. Rassurez-vous, il ne s’agissait que d’un entraînement qui mobilisait 95 pompiers, dont 20 venus de Haute-Loire, dans le but de tester les moyens départementaux en matière de feux de forêts. À cette occasion, les soldats du feu, volontaires comme professionnels, ont réalisé plusieurs manœuvres, à l’aide d’une quarantaine d’engins.

Prudence de mise

Alors que la végétation est particulièrement sèche en raison des fortes chaleurs, le SDIS rappelle que la très grande majorité des incendies sont liés à une activité humaine, qu’elle soit volontaire ou non. « La foudre peut être à l’origine de départs de feu, ou les arcs électriques, mais ce sont des situations très rares, explique Alain Mailhé contrôleur général, chef de corps départemental du SDIS42. Très majoritairement, il y a une intervention humaine, qu’il s’agisse d’un barbecue mal éteint, d’un écobuage devenu incontrôlable, d’un jet de cigarette. Et les premières minutes sont prépondérantes quand on parle de feux de forêts ». Vendredi, les pompiers avaient installé leur poste de commandement près du Château d’Essalois, pour se déployer sur l’ensemble des sites et tenter de circonscrire le feu.

SDIS42
Ici, une manœuvre d’auto-protection du groupe, permettant de sécuriser la cabine. © JT

Alimenter et sécuriser

Des groupes « appui eau » étaient installés sur chaque flan, déployants de grandes bâches, capables de contenir 11 000 litres d’eau pour l’une, 12 500 pour l’autre, et de ravitailler l’ensemble des camions mobilisés, grâce à des vas-et-viens vers les points d’eau permettant de garder ces piscines d’appoint toujours pleines. Les pompiers ont réalisé différentes manœuvres : alimentation, protection d’une antenne-relais et d’habitations, ou encore auto-défense du groupe. Cette dernière « implique de sécuriser le personnel dans la cabine grâce au déclenchement de l’auto-protection, qui permet d’arroser la cabine en permanence, indique Patrick Lebouchard, lieutenant colonel du SDIS de la Loire. Ici, l’objectif n’est pas d’éteindre le feu, mais bien de préserver les équipes si elles se retrouvent cernées par les flammes ».

12 tonnes d’eau larguées

Selon le scenario des pompiers, 250 hectares de végétation aura brûlé une fois l’incendie terminé. Le point d’orgue de cet exercice était sans nul doute le largage des 12 tonnes d’eau par un avion Dash, sur la route du Château d’Essalois, qui a attiré de nombreux curieux sur place. Traditionnellement, cet avion, venu de Nîmes pour l’occasion (comme tous les avions dédiés, et donc disponibles en 45 minutes sur la Loire), est prévu pour larguer un produit retardant (le fameux produit rouge) qui revêt la végétation d’une pellicule ignifuge. Un largage qu’il peut faire en une fois, ou en plusieurs, jusqu’à quatre fois. Ensuite, il doit aller se ravitailler à l’aéroport d’Andrézieux-Bouthéon, puisque, contrairement au Canadair, il ne peut écoper l’eau. Aucune crainte à avoir cependant, car pour avoir été arrosés par le dit avion, il se trouve être tout aussi efficace.

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur
    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Sur Android
    Sur iOS
    S'inscrire à la Newsletter