Saint-Étienne
dimanche 25 septembre 2022
23:26
Soutenez IF

Loire : « Il y aura plusieurs classes sans professeur à la rentrée »

0
967 vues

Jeudi 1er septembre, quelque 12 millions d’élèves reprendront le chemin de l’école en France, de la maternelle au lycée. L’occasion de faire le point avec le SNES-FSU Loire, concernant la pénurie de professeurs qui menace cette rentrée.

Rentrée des classes
L’Éducation nationale attire de moins en moins de candidats.

« Nous avons passé cinq ans, durant le dernier quinquennat, à signaler que l’on allait vers ces problèmes. Ce sont des alertes que nous n’avons cessé de porter, indique Claire Rollet, secrétaire départementale du SNES-FSU (Syndicat national des enseignements de second degré). C’est donc une rentrée de bricolage, car on a l’impression que le gouvernement répond trop tard ». Le ton était donné sur le sentiment d’oubli des professeurs, lors de la conférence de presse de rentrée du SNES-FSU Loire, ce mercredi matin. Avec comme principales inquiétudes, le manque de personnel, ainsi que l’arrivée de contractuels après une formation express.

Une crise des vocations

« Beaucoup de postes sont non pourvus par manque de candidats, développe Emmanuelle Richard, également secrétaire départementale du SNES-FSU Loire. Il y a la problématique des salaires qui n’attirent plus à bac + 5, celles des conditions de travail avec des classes surchargées comprenant 30 élèves et plus par classe au collège et 35 et plus au lycée, les multiples réformes mises en place, et une perte de sens pour les professeurs ». Pour elle, difficile d’aider des élèves en difficulté lorsque l’on ne peut accorder que deux minutes par heure à chaque élève.

S’il est trop tôt pour dresser un bilan chiffré des effectifs ligériens à cette date, le lycée Jacob Holtzer de Firminy affiche un défaut de 9 heures de physique appliquée, de 9 heures en maths, et de 3 heures en histoire-géographie. Au Portail Rouge à Saint-Étienne, c’est la technologique qui manquera, quand le collège François Truffaut de Rive-de-Gier commencera l’année sans professeur documentaliste.

« Ils ont reçu deux à quatre jours de formation et ont été recrutés en 30 minutes. C’est un scandale. »

Claire Rollet, secrétaire départementale du SNES-FSU Loire.

Manque de profs, mais pas que

Par ailleurs, d’autres personnels sont en déficit au niveau national, et la Loire n’échappe pas à la tendance. Parmi eux, les AESH (Accompagnants des élèves en situation de handicap), les AED (Assistants d’éducation) ou les CPE (Conseillers principaux d’éducation). Face à une hausse des professeurs qui quittent l’Éducation nationale en début, mais aussi en milieu de carrière, l’État a recruté pas moins de 3000 enseignants contractuels, qui vont donner leurs premiers cours ce jeudi. Recruté dès le mois de juin dernier lors de job-dating qui ont fait grand bruit, les candidats devaient être titulaires a minima d’une licence et avoir un casier judiciaire vierge.

Ensuite, une simple formation de quelques jours leur a été dispensée. « Ils ont reçu deux à quatre jours de formation et ont été recrutés en 30 minutes, rappelle Claire Rollet. C’est un scandale. Ça les met en difficulté, d’autant plus dans le secondaire où il y a plusieurs niveaux à gérer. En cela, cette rentrée est un peu particulière. Il ne faut pas un adulte dans chaque classe, mais bien un enseignant, qui soit formé » .

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur
    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Sur Android
    Sur iOS
    S'inscrire à la Newsletter