Saint-Étienne
lundi 24 juin 2024
05:04
Soutenez IF

Lycées, MRL, crèches municipales stéphanoises : mouvements en série chez les agents territoriaux de la Loire

0
2808 vues

Parallèlement aux mouvements de lutte contre la réforme des retraites, spécifiques, ou celui global via l’intersyndicale qui annonce une journée de grève générale le mardi 6 juin, une série d’expression de craintes sur le devenir de leurs services publics et/ou de préavis de grèves touche en ce moment la Région, le Département et la Ville de Saint-Etienne au niveau de leurs agents territoriaux. Sans nullement revendiquer l’exhaustivité, If fait un petit point sur trois exemples…

Très engagés sur les retraités (ici en janvier à Saint-Etienne), une grande partie des agents territoriaux le sont aussi par rapport à leurs problématiques spécifiques. ©CR.

Au niveau des lycées relevant de la Région Aura

Une intersyndicale (UNSA, CGT, CFDT, FSU, FO) appelle l’ensemble des agents du conseil régional – pas seulement ceux travaillant au sein des lycées – à faire grève le mercredi 17 mai pour protester contre un « insupportable projet de l’exécutif », à savoir « la privatisation des lycées concernant dans un premier temps une vingtaine d’établissements ». Renseignement pris auprès de cette intersyndicale, cette dernière ignore si parmi la trentaine de lycées publics de la Loire, certains sont de la liste. Et pour cause : elle ne l’a pas. Explications de « ce projet de privatisation » : « Sous prétexte d’absentéisme et de difficultés de remplacement, l’exécutif souhaite expérimenter, l’an prochain, l’externalisation au privé de services d’entretien dans les établissements jugés le plus touchés. Ce n’est pas encore voté mais nos réunions avec l’exécutif se résument à un dialogue de sourds. Il s’agit d’une logique purement budgétaire : il y a d’autres solutions pour attirer des candidats, comme arrêter de payer les gens au lance-pierre ou encore de leur donner des contrats trop courts ! C’est une inacceptable porte ouverte sur une logique désastreuse qui aura son impact sur les fonctions support (paie, RH etc.) de la Région, hors lycée. »

Au sein de la Maison de retraites de la Loire (MRL)

A l’appel de la CGT, une grève est annoncée le mardi 16 mai au sein de l’une des plus importantes maisons de retraite de la Loire (qui fait Ehpad et assure d’autres services comptant plusieurs centaines de lits) situé à Saint-Just Saint-Rambert et financée justement par le Conseil départemental qui préside son CA et l’ARS. Les agents titulaires qui relèvent de la fonction hospitalière et contractuels qui y travaillent et qui se mobilisent, parlent de lutter contre « un projet de suppression de postes », « la dégradation de nos conditions de travail, le manque d’effectifs, l’auto-remplacement » et enfin « la maltraitance et le manque de considération envers le personnel de la part de la directrice », estimant que la situation « catastrophique : « comment va se passer l’été ? La capitaine FUIT le navire après avoir DETRUIT son équipage ». Un rassemblement de 90 salariés a déjà eu lieu sur place ce vendredi à 12 h 30. Plus de 20 postes sur 300 seraient sur la sellette en raison d’un déficit d’1,3 M€. Selon la CGT, les financements publics supplémentaires nécessaires pour assumer les augmentations du Ségur n’ont pas été obtenus…

Crèches municipales de la Ville de Saint-Etienne 

Est-ce là la suite des premières coupes budgétaires officialisées par la commune en début d’année ? Une intersyndicale CFTC, FO et UNSA n’annonce pas une grève sur ce sujet, du moins pas encore, mais dénonce dans un communiqué un projet de suppression selon celui-ci, de « 30 berceaux sur l’ensemble des crèches municipales induisant une diminution de cinq postes ». Cela, « sans aucune information aux organisations syndicales et a minima aux agents des crèches ». Les syndicats font le lien avec un dialogue social de sourd, un manque de cadre, de cohésion, de concertation, d’information et une dégradation constante des relations humaines dans notre collectivité laissant libre cours à une désorganisation des services ». Ils réclament l’ouverture d’un « vrai dialogue ».  

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur

    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Recevoir la newsletter
    IF Saint-Étienne