Saint-Étienne
mercredi 29 mai 2024
17:29
Soutenez IF

Prévention spécialisée : Saint-Etienne Métropole a pris la main sur son territoire

0
2316 vues

Compétence du Département déjà transférée dans les faits depuis juillet 2020 à l’intercommunalité sur son périmètre urbain, la mission de prévention spécialisée vient de faire l’objet d’une signature de conventions de 4 ans entre Saint-Etienne Métropole et les associations qui la concrétisent sur son territoire : Acars, Agasef, Anef et Sauvegarde 42

Lors de la signature des quatre conventions respectives jeudi dernier. ©If Média/Xavier Alix

Ce ne sera sans doute jamais assez. Mais en ces temps plus que troublés par la contrainte budgétaire, et même s’il ne faut pas confondre avec les décisions propres à la Ville de Saint-Etienne, avoir obtenu autant pour agir autrement semblait déjà considérablement soulager ces associations-là. C’est ce que disaient ou suggéraient les discours respectifs de leurs présidents, jeudi dernier à Saint-Etienne Métropole. La même somme pour l’action donc mais davantage pour salarier la cinquantaine d’éducateurs qu’elles déploient sur ces zones le plus urbaines de la collectivité*. Ces 51,6 temps plein (effectif constant) bénéficieront en effet des revalorisations salariales liées aux « primes Laforcade/Segur et point d’indice ». Une obligation issue des décisions nationales qui sera donc bien assumée par l’intercommunalité pour 350 000 € de plus par an puisqu’elle récupère officiellement la supervision de la mise en œuvre de la prévention spécialisée au Département.

Jeudi, Saint-Etienne Métropole a, en effet, signé les conventions d’objectifs et de moyens avec l’Acars, l’Agasef, l’Anef et la Sauvegarde 42 qui travaillent historiquement dans ce domaine. Au total, la collectivité qui prépare ce transfert officiel depuis juillet 2020, date à partir de laquelle, dans les faits, elle l’a déjà progressivement prise en main, va y consacrer 3,75 M€ par an, maintenant ainsi – sans compter donc l’augmentation salariale – les moyens d’action accordés les années précédentes. Définie par le Code de l’action sociale et des familles, la prévention spécialisée accompagne « les jeunes de 11 à 25 ans, dans les lieux où se manifestent des risques d’inadaptation sociale, précise Saint-Etienne Métropole. Elle permet l’organisation d’actions collectives et individuelles visant à prévenir la marginalisation et à faciliter l’insertion ou la promotion sociale des jeunes et des familles ».

Une logique d’intervention territoriale

La collectivité se réjouit ainsi de donner « les moyens nécessaires pour déployer cette mission éducative, prévenir le décrochage scolaire des 11/14 ans, préparer les 16/25 ans au monde du travail et renforcer la présence sociale des équipes dans la rue et en soirée au plus près des jeunes qui en ont le plus besoin ». En 2021, sur les 12 communes concernées*, 1 803 jeunes avaient été suivis, 1 986 actions collectives et 1 546 chantiers éducatifs avaient eu lieu pour 6 600 heures consacrées. Faire superviser par l’échelon métropolitain cette action de fourmi ? « Il y a certes, une logique d’intervention territoriale vis-à-vis d’une sociologie proche mais je ne dirais pas que c’est forcément plus pertinent. C’est juste une approche différente autour de la cohésion, de l’accompagnement de ces jeunes en voie de marginalisation, commente Anne-Marie Fauvet, directrice de l’Agasef. Pour nous désormais, l’intervention en milieu ouvert est orchestrée par Sem mais le Département garde toute sa place sur le placement et ses responsabilités sur la protection de l’enfance. »

Il faut bien avoir en tête que l’argent public mis dans la prévention, à l’instar de la santé, évite d’en dépenser beaucoup plus pour guérir.

Marc Chavanne, président de l’Agasef

Saint-Etienne Métropole a toutefois bien revu avec les associations leur manière d’agir et leurs objectifs. D’où 2 ans de travail et d’allers-retours entre associations et nouvelle collectivité de tutelle comme le souligne Siham Labich, vice-présidente en charge, entre autres, de la cohésion sociale et de la politique de la ville : « Les priorités fixées visent à agir plus précocement, à amplifier l’action contre l’échec scolaire, la lutte contre l’errance professionnelle. Cela passe par plus de présence sur le terrain et plus tardive l’été dans la rue ou les week-ends. Ce qui implique des relations accrues avec d’autres partenaires comme l’Éducation nationale ou les Missions locales. » Une maturation de près de 3 ans nécessaire, appuie Marc Chavanne, venu non en qualité de maire de Saint-Jean-Bonnefonds (commune d’ailleurs non concernée ici) mais de coprésident de l’Agasef : « C’est un peu long mais c’est normal, c’est une remontée de compétences et il y a des pratiques nouvelles. Il faut bien avoir en tête que l’argent public mis dans la prévention, à l’instar de la santé, évite d’en dépenser beaucoup plus pour guérir. »

Une occasion de « se moderniser »

Ne pas confondre avec la lutte directe contre la délinquance, avertit justement Michel Berger, président de l’Anef : « Il y a parfois ce flou de la part de nouveaux maires et de leur exigence à ce sujet, ce n’est pas le même métier. » Faisant écho aux propos de Siham Labich – « Nous mettons plus avec les hausses de salaires, là où bien des agglomérations ont baissé leur financement ou carrément abandonné » –  ne pas perdre des moyens pour la prévention et la stabiliser par contractualisation, c’est déjà une victoire aux yeux de Michel Berger même si, dans son discours préalable à sa signature, il note un défi social croissant alors que le redistribution des cartes par Métropole s’est aussi négociée avec ce souci constant de la contrainte budgétaire lors de « débats animés ». C’est aussi cependant, l’occasion de s’adapter, se « moderniser, avec un budget plus autonome et une mise en évidence de nos points forts et points faibles. Une vraie mise à plat ».

*12 communes sont concernées : Andrézieux-Bouthéon, Firminy, Unieux, La Ricamarie, Le Chambon-Feugerolles, Saint-Chamond, L’Horme, Saint-Paul en Jarez, Rive-de-Gier, La Grand ‘Croix, Lorette, Saint-Etienne. 

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur

    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Recevoir la newsletter
    IF Saint-Étienne