Saint-Étienne
mardi 23 juillet 2024
22:21
Soutenez IF

Ramsay Santé reprend le centre Cosem de Saint-Etienne

0
5025 vues

Le groupe confirme ce jeudi à If que le centre de santé Cosem de Saint-Etienne a bien été repris par Ramsay Santé, en complément de la reprise de 11 des 16 autres centres créés par l’association nationale en pleine tempête juridico-financière. « La reprise des murs ainsi que de l’activité a été validée par le tribunal de commerce de Paris vendredi 28 juin. »

Le hall d’accueil du centre Cosem de Saint-Etienne. ©If Média/Xavier Alix

Il y aura bien un avenir pour le centre Cosem de Saint-Etienne. Il y a près de 5 mois, mi-février, Saint-Etienne pouvait pourtant croire à la fermeture définitive du centre de santé ouvert en mai 2022 par la Coordination des œuvres sociales et médicales (Cosem). Organisation nationale sous statut associatif loi 1901 ne cessant de créer des centres du même type dans tout l’Hexagone ces dernières années. L’ouverture avait été initialement annoncée pour 2021 par la Ville de Saint-Etienne qui avait facilité son implantation et énormément communiqué à ce sujet. D’autant qu’elle se faisait en pleine centre-ville, en lieu et place des Galeries Dorian désertées par la Fnac plusieurs années auparavant. Pour la municipalité, cet investissement privé censé être dépourvu de visées lucratives était la parfaite solution vis-à-vis d’une désertification médicale à laquelle, pas plus que certains quartiers, le centre-ville n’échappe.

Hélas : quatre mois plus tard, il ne comptait la présence permanente ou partielle que de seulement 27 médecins dont 12 dentistes et de 5 professionnels paramédicaux quand le projet annonçait la présence de 75 praticiens dont 25 dentistes. Interrogé par If Saint-Etienne, Daniel Dimermanas, alors directeur général de Cosem au niveau national s’était voulu très rassurant et confiant dans « la montée en puissance » du centre, c’est-à-dire de ses recrutements, tout en assumant le retard pris. La fréquentation, elle ne faisait aucun doute, de nombreux patients ayant commencé à y prendre leurs habitudes. Avec 150 000 actes médicaux et dentaires réalisés en 2023 malgré moins de la moitié des effectifs prévus à terme, c’est davantage le manque de soignants que de patients qui semblait poser problème. Mais avant même ce bilan, en avril 2023, on apprenait, grâce à la cellule investigation de Radio France que Daniel Dimermanas était visé par un signalement pour « détournement de fonds publics ».

Une offre de reprise sur la table depuis le début

Les représentants du CSE (comité social et économique) avaient, en effet, adressé un signalement au Parquet national financier (PNF) quelques jours auparavant. Radio France précisait qu’ils y avaient répertorié « toute une liste de “malversations financières présumées” pouvant relever d’un “détournement de fonds publics”, de “prise illégale d’intérêts” et “d’abus de confiance”, selon l’avocat Jérôme Karsenti, qui assiste les lanceurs d’alerte du Cosem. “Les membres du CSE ont mis en évidence l’accaparement, par une famille, de fonds publics qui ne sont plus affectés à la santé des gens qui viennent consulter, mais qui servent à accroître leur richesse. » Et derrière, rapidement, c’est un redressement judiciaire, procédure économique pris en charge par le Tribunal de commerce de Paris, pour l’ensemble de l’activité de Cosem, qui tombait en mai 2023…

Saint-Etienne n’avait pas besoin de ça, peut-être plus encore que les autres villes concernées, au regard de son actualité locale bouillante. Début février dernier, ce sont d’abord les employés du Centre Cosem d’Amiens, ouvert lui aussi en 2022, qui apprenait sa fermeture de la bouche de Samy Dimermanas ayant, alors apparemment, pris la suite de son père sur la direction. Avant de passer à Saint-Etienne le 12 février avec le même couperet : la fermeture devait intervenir le 29 février et 45 personnes être licenciées. Les centres de Tours, Nantes et Lyon étaient aussi envoyés à l’échafaud, 11 autres bénéficiant de projets de reprise ans le cadre de la procédure de redressement judiciaire. Mais selon celui qui était encore adjoint à la santé de la municipalité stéphanoise il y a encore quelques semaines, Patrick Michaud, Amiens et Saint-Etienne connaissaient une fréquentation très encourageante faisant ainsi l’objet d’offres pourtant exclues de manière incompréhensible par les mandataires judiciaires.

La reprise par Ramsay « validée lundi 1er juillet » 

De quoi pousser le maire Gaël Perdriau et celle d’Amiens à faire plume commune via un courrier envoyé au Tribunal de commerce de Paris, adressé aux administratrices judiciaires du dossier, aux juges commissaires et à la procureure. Une copie a été envoyée au président Emmanuel Macron en personne (par ailleurs originaire d’Amiens) ainsi que de Catherine Vautrin, ministre du Travail d la Solidarité et de la santé et enfin, son ministre délégué à la Santé Frédéric Valletoux. Cela a-t-il joué ? La fermeture a en tout cas bien été suspendue et Cosem a pu poursuivre ses activités à Saint-Etienne depuis. De manière plus réduite qu’en début d’années toutefois puisqu’une partie des équipes soignantes a préféré quitter le centre au regard de la situation. Parmi les offres de reprise de Cosem Saint-Etienne faisant au final une procédure spécifique, celle de Ramsay Santé, qui avait déjà obtenu la reprise des 11 centres jugés viables un peu partout en France.

Selon nos informations en milieu de semaine, la reprise du centre par Ramsay était en très bonne voie. C’est en réalité mieux que ça : « Le centre Cosem de Saint-Etienne a bien été repris par le groupe Ramsay Santé, en complément de la reprise des 11 autres centres repris par le groupe. La reprise des murs ainsi que de l’activité a été validée par le tribunal de commerce de Paris vendredi 28 juin », nous a indiqué son service presse, contacté ce jeudi. Pour rappel, Ramsay Santé est le propriétaire du HPL (Hôpital privé de la Loire). A noter que le statut d’un Centre de santé (CDS) oblige légalement à pratiquer le tiers payant et empêcherait aussi les dépassements d’honoraires étant liés à l’ARS (Agence régionale de santé) par des plans de contrat pluriannuel d’objectifs et de moyens préalable à tout versement d’une aide financière par celle-ci. A ce stade, Ramsay Santé ne souhaite pas en dire plus, en particulier sur ses intentions afin d’étoffer les effectifs (que l’offre reprenait dans sa totalité) des soignants.

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur

    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Recevoir la newsletter
    IF Saint-Étienne