Saint-Étienne
dimanche 3 juillet 2022
10:27
Soutenez IF

Le Département de la Loire reste candidat au passage de la Flamme olympique

0
1238 vues

Le torchon brûle depuis quelques jours autour du coût exigé par Paris 2024 pour le passage de la Flamme olympique : 90 000 € TTC, 180 000 € TTC si on ajoute une « ville étape ». De nombreux Conseils départementaux à qui revient, au moins en partie, la note annoncent renoncer, comme près de chez nous, la Haute-Loire par exemple. Le Département de la Loire, contacté par If Saint-Etienne, reste, lui, candidat, estimant les retombées autour des Jeux olympiques supérieures.  

90 000 € TTC facturés à un Département en cas d’un simple passage de la Flamme olympique. Le double si le parcours sur votre territoire compte une ville étape. Cette somme n’est pas une surprise pour le Département de la Loire. Et pour cause : elle a été annoncée il y a un mois environ lors d’une réunion en visio avec le comité d’organisation des JO Paris 2024. L’initiative et l’idée passent d’ailleurs par l’Association des Départements de France.

« C’est cher, c’est vrai mais ça vaut le coût, estime Jean-Yves Bonnefoy, 3e vice-président du Département en charge du Sport-Jeunesse contacté ce matin par If Saint-Etienne. Faisons le parallèle avec le Tour de France : cela coûte aussi aux collectivités locales (65 000 € pour un départ, 110 000 € pour une arrivée et 160 000 € pour un départ et une arrivée, Ndlr). Et dans ce cas-là, dans la Loire, une année sur deux ou trois. Le Département participe d’ailleurs à ces frais pris en charge par les villes. »

C’est cher, c’est vrai mais ça vaut le coût.

Jean-Yves Bonnefoy, 3e vice-président du Département de la Loire en charge du Sport-Jeunesse

Aussi, aux yeux du Département, « les retombées de notoriété et économiques pour le Tour ne sont plus à démontrer. Or, comme bien d’autres nous sommes un Département en quête de visibilité, d’attractivité. Là, on est loin, on a encore du mal à se projeter. Mais quand on sera à quelques mois de cet événement très rare, la pression va monter. » Alors l’annonce de la note il y a un mois n’a pas vraiment refroidi le Département de la Loire qui rappelle l’importance du sport sur son territoire et son cadre naturel qui ne gâche rien « avec nos 2 000 clubs et 200 000 licenciés »

Une mutualisation de la somme avec des Villes étapes ?

Et la collectivité reste bel et bien candidate au passage de la Flamme olympique. Avec ou sans ville étape ? « Nous l’ignorons pour l’instant. On est à plus de deux ans, les choses se mettent en place, explique Jean-Yves Bonnefoy. Paris 2024 centralise les candidatures des Départements et des Villes ou agglomérations pour l’instant. Mais il n’est pas impossible que soient candidats Saint-Etienne Métropole, du Roannais ou d’Andrézieux-Bouthéon par exemple. Ce serait cohérent : ces villes ou agglomérations, comme d’autres encore, sont sélectionnées comme lieux d’accueil potentiels d’entraînement de délégations (Centres de préparation aux Jeux, CPJ). Dans ce cas, nous pourrions discuter de la prise en charge mutualisée des 180 000 euros. »  

Mais au fait, à quoi sert cette somme ? Le comité olympique est-il aussi légitime que la société privée qu’est Aso pour lever des revenus auprès des collectivités via un événement qui met en avant l’universalisme du sport, « l’esprit olympique » ? « La question a naturellement été posée. Il ne faut pas y voir des profits pour des profits mais le fait de couvrir de lourds frais d’organisation d’une opération d’envergure, répond Jean-Yves Bonnefoy. Maintenant, encore une fois, on est loin de l’événement et nous n’avons pas toutes les réponses. Je vous garantis que les Départements ne manqueront pas de suivre de près l’utilisation de cette somme. »

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur
    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Sur Android
    Sur iOS
    S'inscrire à la Newsletter