Saint-Étienne
dimanche 25 février 2024
06:36
Soutenez IF
Brèves

Villars : « C’est le maire lui-même qui nous a demandé de réduire le nombre de logements à la Boutonne, en nous promettant son aval »

0
1247 vues
©JT/ If Saint-Etienne.

Nous vous en parlions dans un article daté du mercredi 25 octobre. Une mobilisation, prévue samedi 28 octobre à 10 heures, vise à s’opposer à la construction de 29 logements rue de la Boutonne, à Villars. Le dossier, remporté par trois fois devant la justice, par les propriétaires du terrain, tend à se poursuivre devant le Conseil d’État. Or, le représentant de l’indivision nous a contacté, pour nous apporté quelques éclairages.

Un terrain qui n’est pas agricole

« Nous sommes à Villars depuis 80 ans. On parle ici d’un terrain d’agrément de la maison de mes grands-parents que nous gardions pour les réunions de famille, se souvient Charles Cognet, responsable de l’indivision concernant le terrain de la Boutonne, qu’il souhaite vendre à Cogecoop. Dans le bail, il est précisé que le dit terrain en est exclu, et que l’agriculteur ne pourra en aucun cas y installer son bétail. Bail que celui-ci a signé et approuvé. Alors il a possiblement pu y installer quelques vaches de temps en temps, pour se faciliter la tâche les jours de sécheresse etc. Mais il n’a jamais été question que ce soit pérenne, ce serait contraire aux engagements qui ont été pris. Par ailleurs, le maire a la mémoire courte car Cogecoop n’est pas passé de 60 à 29 logements par hasard. C’est le maire lui-même qui nous a demandé de réduire le nombre de logements à la Boutonne, en nous promettant son aval. Sauf qu’entre-temps, il a changé le PLU. Ces 29 maisons sont nées d’une promesse du maire d’accepter la création d’un lotissement plus modeste. On nous fait passer pour des gens qui veulent tout bétonner mais nous ne sommes absolument pas contre les agriculteurs, au contraire, ni contre les vaches. La construction des maisons ne signe pas la fin de la ferme, il ne faut pas tout mélanger, l’agriculteur restera en place. Le maire déclare vouloir poursuivre les discussions avec nous et trouver des solutions. Nous en avons une, il n’a qu’à préempter le terrain s’il souhaite absolument en faire un parc. Quant au reste, si c’est pour qu’il nous fasse des promesses non tenues…».

Article précédent sur le sujet : A Villars, la guerre de la Boutonne est une affaire d’Etat.

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur

    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Recevoir la newsletter
    IF Saint-Étienne