Saint-Étienne
samedi 24 février 2024
17:00
Soutenez IF
Brèves

Six ONG saisissent la Justice contre le déterrage des blaireaux en région Auvergne-Rhône-Alpes

0
695 vues
Le blaireau est-il assez nuisible dans la Loire pour le réguler autant ? ©LPO Loire

Nous avions consacré un sujet cet été à l’échelle de la Loire où des actions en justice sont déjà en cours. Dans un communiqué commun, plusieurs associations de protection des animaux et de l’environnement – Animal Cross, Aspas, Aves France, FNE Aura et ses fédérations départementales, La LPO Aura et enfin One Voice -, annoncent avoir déposer pas moins de huit recours contre l’ouverture dès le printemps de la vènerie sous terre du blaireau en région Auvergne-Rhône-Alpes. Une pratique de chasse qu’elles jugent « barbare et déjà autorisée de septembre à fin février ». Elles ne cachent d’ailleurs pas leur objectif de long terme : l’interdiction totale de la chasse des blaireaux. Dans la Loire comme dans l’Ain, l’Allier, le Cantal, la Drôme, la Loire, la Haute-Loire, le Puy-de-Dôme, le Rhône, la Savoie et la Haute-Savoie, des préfets autorisent très régulièrement des périodes complémentaires de déterrage des blaireaux.

Des dégâts sur les cultures « jamais démontrés »

« Cette pratique de chasse moyenâgeuse consiste à envoyer des chiens dans les terriers de blaireaux pour les acculer, à creuser la terre à l’aide de pelles, de pioches et de barres à mine, souvent pendant des heures, puis à extirper les animaux terrorisés de leur abri à l’aide de grandes pinces pour ensuite les abattre par arme à feu ou arme blanche », décrit le communiqué qui invite pour ceux qui ont le cœur bien accroché à voir « les images parlantes de l’enquête en infiltration de l’association One Voice » en cliquant ici. Les associations dénoncent la pratique en soi mais aussi qu’un feu vert soit accordé dès la mi-mai, par anticipation, sur simple décision du préfet, dans une « période, les blaireautins sont encore dépendants de leurs mères, sans défense et promis à une mort certaine. Quand ils n’ont pas tout simplement été déchiquetés par les chiens… »

Ces extensions de période de chasse sont censées être justifiées par des dégâts causés par l’animal sur les cultures qui ne sont « jamais démontrés », arguent les associations qui assurent qu’il existe « des solutions alternatives pour éloigner les animaux sans les massacrer ». Et que « la chasse aux blaireaux est inefficace dans la lutte contre la tuberculose bovine, voire contre-productive en la matière. » If Saint-Etienne avait demandé, en vain cet été, à la préfecture de la Loire, les éléments sur ces dégâts ou crainte sanitaire justifiant sa décision dans notre département.

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur

    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Recevoir la newsletter
    IF Saint-Étienne