Saint-Étienne
dimanche 19 mai 2024
10:14
Soutenez IF

Chômage dans la Loire : légère hausse sur un trimestre, plus marquée sur un an, dans le Roannais en particulier

0
1040 vues

Les derniers chiffres gouvernementaux sur le chômage sont tombés hier. Dans la Loire, le nombre d’inscrits de « catégorie A », sans aucune activité, a augmenté de 0,4 % entre le dernier trimestre 2023 et le premier 2024 et de 2,2 % en un an, + 1,4 % en incluant les catégories ayant une activité réduite. Selon les comparaisons entre arrondissements, celui de Roanne (ce qui inclut tout le tiers nord du département) subit bien davantage cette hausse de mars 2023 à mars 2024…

La hausse du chômage de catégorie A dans la Loire a été nettement supérieure dans l’arrondissement de Roanne de mars 2023 à mars 2024.

Au premier trimestre 2024, dans la Loire, le nombre de demandeurs d’emploi tenus de rechercher un emploi et sans activité (catégorie A) s’est établi en moyenne sur le premier trimestre à 31 330. Après une stabilité enregistrée en fin d’année 2023, selon les derniers chiffres du chômage de France Travail publiés jeudi 25 avril, il augmente en effet de 0,4 % par rapport au trimestre précédent (soit + 140 personnes) et de 2,2 % sur un an, de + 3,7 % pour la catégorie tenue de rechercher un emploi mais en activité réduite (« B », + 1,4 % sur le dernier trimestre).

Il recule d’1,2 % sur un an pour les « C » (activité réduite longue), de 0,4 % sur un trimestre. A, B et C cumulés, le nombre d’inscrits s’élève à 58 700 (+ 1,4 % sur un an ; + 0,3 % sur un trimestre) auxquels s’ajoutent 8 670 personnes non tenues de rechercher un emploi (- 300 personnes par rapport au 1er trimestre 2023).  Entre le contexte local – Casino évidemment et ses effets « domino » – et le national (un secteur du Bâtiment en berne et quand le Bâtiment ne va pas…), on peut hélas craindre une hausse plus significative dans les mois à venir. Aborder ces chiffres avec un verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide permet cependant d’observer que les courbes (A et A + B +C) restent toujours nettement en dessous de leur niveau de l’avant séisme Covid.

Chômage et comparaisons par arrondissement

Par comparaison, en Auvergne-Rhône-Alpes, après deux trimestres de hausses consécutives, le nombre de personnes inscrites à France Travail et n’ayant exercé aucune activité (catégorie A) s’est stabilisé. Au 1er trimestre 2024. Il s’établit en moyenne sur le trimestre à 318 530 (60 personnes de moins qu’au 4e trimestre 2023). Sur un an cependant, le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A est en hausse de 1,5 %. En France métropolitaine, il est en baisse de 0,1 % ce trimestre (+ 0,4 % sur un an).

Autres comparaison notable, à l’échelle de la Loire celle-là : la Direction régionale de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités publie en effet des chiffres détaillés par « arrondissement ». Découpage administratif étatique du territoire départemental en trois zones – Roannais (« Roanne »), Forez (« Montbrison ») et sud Loire (« Saint-Etienne ») – affranchies des périmètres intercommunaux. Celui de Saint-Etienne par exemple intègre tout le Pilat tout en excluant quelques communes « foréziennes » de Saint-Etienne Métropole (mais pas Andrézieux-Bouthéon) et compte ainsi 425 000 habitants (19 000 de plus que l’agglomération). Une zone qui concentre un taux de chômage type A supérieur : 8,1 % de la population active fin 2022 contre 7,1 % pour l’arrondissement de Roanne, 5,6 % pour celui de Montbrison selon des chiffres communiqués en mars 2023 par la Banque de France.

+ 7,3 % d’inscrits « A » dans le Roannais en un an

L’arrondissement de Saint-Etienne concentre, ce n’est bien sûr pas un scoop, plus de difficultés : 66,2 % des inscrits de la Loire en catégorie A et 62,8 % des A + B + C alors que 53 % de la population ligérienne y habite (à relativiser toutefois par rapport au pourcentage de population active). Selon les données publiées hier par l’Etat, la hausse des catégories A sur un an (comparaison du bilan de mars 2023 et de celui 2024) est, en tout cas très marquée dans l’arrondissement de Roanne. Bien plus que dans les deux autres.

Dans le nord du département, en un an, la hausse chez les « A » y est de 7,3 % (5 690 inscrits fin mars 2024), de + 4,3 % pour les A + B + C (11 041). Pour l’arrondissement de Montbrison, la progression est de 2,6 % chez les seuls « A » (4 630), d’1,4 %, les trois catégories confondues (10 393). La hausse est beaucoup moins marquée pour le sud Loire, l’arrondissement de Saint-Etienne donc, avec + 1,3 % d’inscrits de catégorie A (20 728) et + 0,6 % de A + B + C (36 851).

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur

    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Recevoir la newsletter
    IF Saint-Étienne