Saint-Étienne
jeudi 23 mai 2024
05:30
Soutenez IF

Saint-Chamond : à Fonsala, la place Ile-de-France sera rénovée en profondeur

0
1888 vues

La municipalité de Saint-Chamond lancera cet automne le réaménagement de la place Ile-de-France, la principale de son vaste quartier de Fonsala. 3,56 M€ TTC investis dans un chantier qui doit s’étaler sur 16 mois. Minimum. Le plus gros morceau des travaux réclamant de détruire un inesthétique parvis gris béton d’environ 1 000 m2 devant des galeries commerçantes. Puis, surtout, de combler les garages vides qu’il recouvre en dessous, jusqu’à 7,5 m de profondeur… Plutôt colossal. Explications.  

Vue aérienne de la place Ile-de-France et sa physionomie actuelle. ©Ville de Saint-Chamond 

C’est assumé : « On ne va pas se le cacher. On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs », synthétise le maire de Saint-Chamond Axel Dugua. Son adjoint délégué aux travaux d’espaces publics et de bâtiments Jean-Paul Rivat abonde : « Le chantier aura beaucoup d’impacts pour les riverains. » Concerts de marteau-piqueurs, de pelleteuses et ballets de camions bennes à prévoir au cœur du quartier ultra résidentiel de Fonsala… « Nous ne pouvons pas faire autrement ». Et cela va durer longtemps : car c’est un chantier aussi majeur que complexe, de 16 mois minimum (les aléas inhérents au BTP invitent à la prudence calendaire), qui doit être lancé l’automne prochain sur l’emblématique place Ile-de-France. Le résultat, promet la municipalité, vaudra le coût. Qu’il s’agisse des nuisances ou de l’argent investi : 3,56 M€ TTC dont 510 000 € pris en charge par Saint-Etienne Métropole. Pour la seule Ville de Saint-Chamond, ces travaux représentent l’équivalent d’environ 30 % de son budget annuel d’investissement.  

La livraison est ainsi espérée pour le début du printemps 2026. « Cela reste l’objectif mais il est possible que ce soit quelques mois plus tard », avertit Jean-Paul Rivat. Il faut dire que ce qu’entreprend la mairie place Ile-de-France n’est pas très commun. Pas pour le but en soi : améliorer l’esthétique et végétaliser. Cela en effaçant du paysage, côté sud, cette vaste dalle grise minérale qui étale sa disgrâce devant les arcades (autrement appelées « galeries ») abritant chalands et devanture des quelques commerçants. Côté sud de ces galeries, s’élève la copropriété « Ile-de-France » et sa dizaine d’étages et, juste devant elle, les parkings souterrains dit « Ville », recouverts par ce fameux parvis de béton. C’est la destruction de ce dernier et le comblement (ceux « Provence » et « Ile-de-France » restent en l’état) de ces mêmes garages – jusqu’à 7,5 m de profondeur depuis la surface – qui rendent si particulier le chantier. Il convient par-dessus tout, d’avancer très prudemment dans la démolition et le comblement : le désamiantage est de la partie et mieux vaut ne pas heurter les fondations de la résidence Ile-de-France…

Des milliers de mètres cubes de remblai à ramener sur place

Projection architecturale transmise par la Ville de Saint-Chamond du nouveau parvis végétalisé, place Ile-de-France. Image transmise par la mairie de Saint-Chamond.

Ces garages souterrains, eux, ne manqueront à personne, assure la municipalité. Si ce n’est à leur mauvaise fréquentation et illicites utilisations. Et pour cause : « Cela fait plus de 40-45 ans, presque depuis le début du quartier en réalité, que ces parkings souterrains sont censés être totalement fermés aux utilisateurs », nous précise Jean-Paul Rivat sans donner la raison d’une non-utilisation quasi d’origine donc. Pour combler le futur vide, outre les morceaux de la dalle elle-même, les camions bennes vont devoir apporter ici – une phase évaluée à 4 mois – des milliers de mètres cubes de remblai ainsi qu’une couche de terre végétale en surface. Relativement mince à l’exception de l’emprise plus profonde réservée aux racines des arbres et arbustes – une douzaine dont la nature reste à déterminer – qui seront plantés.

Le but est donc de rendre l’ensemble plus végétal. Dans le même esprit, la rénovation concerne aussi le quart sud de l’autre partie de la place, celle au parvis central oval arboré, de l’autre côté de la voirie, là où se tient le marché, tout en longueur. A propos de commerces, de l’autre côté, ceux sous les galeries resteront accessibles via ces dernières tout le long du chantier. Les travaux prévoient d’ailleurs aussi de « raccourcir » et ajourer « les casquettes » (la toiture) de ces mêmes galeries. L’ensemble devrait ainsi présenter une allure plus légère, plus lumineuse. Le stationnement en surface disposé actuellement le long du « parvis-dalle » à démolir sera réorganisé pour plus de sécurité et de commodité avec une logique de places parallèles et non plus perpendiculaires : trois allées distinctes et séparées donnant accès, chacune, à six places.

Fini le tour en voiture de la place Ile-de-France

« En ce qui concerne le stationnement de surface l’ensemble de la place, nous sommes actuellement à 57 places de parking dont 1 pour les PMR. Des éléments restant à affiner, le chantier achevé, ce sera minimum 53 dont 2 PMR et, au maximum, 60 dont 2 à 3 PMR. Quoi qu’il arrive, il n’y aura pas de perte de stationnements significative », annonce Jean-Paul Rivat. La desserte des transports en commun sera maintenue bien que réorganisée. Ce sera le cas, aussi, et définitivement, de la circulation au sein de la place Ile-de-France. Ce sont naturellement des cheminements piétons (deux allées bornées seront consacrées aux véhicules mais exclusives aux secours et livraisons) qui sillonneront le nouveau parvis végétalisé devant les galeries. Mais à l’exception des transports en commun et livreurs, la voie séparant l’ex dalle de béton de l’autre partie de la place (celle du marché) ne sera plus accessible aux véhicules des particuliers. Devant la pharmacie, la route va donc passer en double sens. Fini de faire le tour en voiture.

Des éléments restent à affiner mais quoi qu’il arrive, il n’y aura pas de perte de stationnements significative.

Jean-Paul Rivat adjoint aux travaux d’espaces publics et de bâtiments

Au passage, la municipalité entend calmer ici les velléités de rodéos motorisés, entre autres grâce à ce remaniement. « C’est une promesse de la campagne que nous concrétisons ici, commente Axel Dugua. La redynamisation du quartier en complément des rénovations des logements de Métropole Habitat se poursuit, en lien aussi avec le soutien aux commerces et la création de la Maison de santé co-financée par la Région qui a remplacé les locaux de La Poste (un bureau secondaire en très grande partie financé par la municipalité a ouvert au sein des locaux de l’Encrier de l’autre côté de la place pour compenser cet abandon, Ndlr). »

La place Neyrand en pleine rénovation aussi

Projection architecturale de la place Neyrand, côté sud, une fois les travaux achevés. Image transmise par la mairie de Saint-Chamond.

Lancée sous le mandat précédent, l’œuvre de rénovations successive des places de Saint-Chamond se poursuit. Après Saint-Pierre, l’Hôtel-Dieu, Izieux, La Valette, la Halle, Le Creux et en attendant Ile-de-France, c’est la place Neyrand, quartier de Saint-Julien, qui est actuellement refaite. Une zone qui enchaîne décidément les chantiers ces dernières années. Elle vient de connaître la longue mise en place de l’extension du réseau souterrain de chaleur et la chaufferie allant avec, affectant en particulier la rue de la Réclusière. Et a enchaîné donc avec la rénovation des réseaux, d’assainissement en janvier 2023, préalable à la requalification de cette place dont le bâtiment public flanqué d’une horloge est l’ancienne mairie de Saint-Julien-en-Jarez, commune indépendante de Saint-Chamond jusqu’à la vaste unification de 1964. Les travaux ont (re) débuté ici en janvier 2024 et devraient s’achever cet automne. Budget global de l’opération : 1,7 M€, en majeure partie pris par Saint-Étienne Métropole au regard de ses compétences engagées pour 1,1 M€.

2 600 m2 sur 5 000 végétalisés

Il s’agit, encore une fois, « d’embellir, la moderniser, apaiser la circulation et augmenter le confort des piétons ». Et rendre plus fréquentable, aussi, des lieux jugés sales et propices à des activités peu recommandables, relève la majorité municipale dans sa présentation. Les trottoirs, la chaussée et les espaces de stationnement – souvent anarchique, entre autres, du fait de l’effacement des marquages au sol – vont ainsi être rénovés. On passera ainsi de 40 places + 1 PMR à 30 places + 2 PMR, la municipalité estimant que cette perte se compensera par le potentiel inutilisé du parking du complexe sportif en face (plein à 60 % en moyenne). Des nouveaux revêtements annoncés comme plus « esthétiques » seront utilisés : places de parking (dont deux places PMR) en pavés, trottoirs en béton désactivé… « Le stationnement sera intégré au niveau de la voie de circulation, avec la création d’une chicane, pour inciter les automobilistes à ralentir ». Une piste cyclable bidirectionnelle en enrobé rouge va être créée, ainsi qu’une aire de jeux.

Le monument aux morts va être déplacé devant l’ex marie afin « de créer un petit parvis qui fera office de zone de rassemblement. Le sol devant la mairie annexe sera par ailleurs élevé par rapport à son niveau actuel, pour faciliter l’accessibilité de l’équipement. Une noue paysagère (fossé peu profond, Ndlr) va être mise en place, ainsi qu’un bassin de rétention sous le stationnement pour récupérer les eaux de pluie et réduire le risque inondations. » Si cinq platanes, « malades au point d’être dangereux » ont été abattus dans l’opération, « le nombre d’arbres de la place va au final être augmenté. De petits espaces verts et arbustes sont également prévus. » Des aménagements d’espaces verts entièrement réalisés par les services municipaux. Sur 5 000 m2, plus de la moitié sera végétalisée, le double de la situation actuelle. De quoi désimperméabiliser significativement les sols.  

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur

    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Recevoir la newsletter
    IF Saint-Étienne