Saint-Étienne
dimanche 19 mai 2024
10:53
Soutenez IF

Loire : baisse des intentions d’embauche en 2024

0
1311 vues

Selon la dernière enquête Besoin de Main d’Œuvre réalisée par France Travail avec le Crédoc, le département de la Loire enregistre une baisse significative des intentions d’embauche par rapport à 2023. Toutefois, près de 20 600 projets de recrutement ont été communiqués sur le territoire, avec des secteurs plus en tension que d’autres.

En 2024 dans la Loire, les intentions d’embauche sont en baisse. Selon l’enquête BMO publiée ce jour par France Travail, et menée avec le Crédoc, on dénombre 20 600 projets de recrutement dans le département cette année. C’est 4 600 de moins qu’en 2023, soit une baisse de 18,25 %. Au niveau de la région Rhône-Alpes, cette baisse est de 13 %, et de 8 % à l’échelle nationale. Dans la Loire, il faut remonter à 2018 pour retrouver un volume équivalent.

76 % de ces projets ne sont pas saisonniers

Lorsque l’on se penche sur la répartition des secteurs qui recrutent dans notre département, ceux qui ont le plus l’intention de recruter sont la santé humaine et l’action sociale (16 %), l’industrie agricole et alimentaire et l’agriculture (13 %), le commerce (12 %), le transport et l’entreposage (12 %), les services aux entreprises (10 %) et l’hébergement et restauration. Sur l’ensemble des intentions annoncées dans le département, 76 % ne sont pas liés à une activité saisonnière.

Au total, 61 % des projets sont jugés comme étant difficiles à réaliser par les employeurs. Dans la région Auvergne Rhône-Alpes, la difficulté de recrutement s’élève à 57,2 % et à 57 % pour la France entière. Elle l’est a à hauteur de 78 % dans le secteur de la construction, de 74 % dans la banque/assurance/immobilier/information, de 70 % dans l’industrie manufacturière, ou encore de 69 % pour les associations et autres services personnels.

Impossible ou presque de recruter des coiffeurs

Toujours dans la Loire, c’est chez les coiffeurs/ esthéticiens que la plus forte proportion de recrutements est jugée difficile puisqu’elle atteint les 100 % (73 % à l’échelle régionale), de même que pour les ouvriers, techniciens et agent de maîtrise de l’habillement (90 % pour la région). Ils sont suivis par les plombiers chauffagistes (92 %), les techniciens médicaux et préparateurs (87 %), ainsi que par les aides à domicile et auxiliaires de vie (86 %).

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur

    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Recevoir la newsletter
    IF Saint-Étienne