L'actualité de Saint-Étienne et sa région
S'inscrire à la Newsletter
S'inscrire à la Newsletter

Steel : « La Covid ne sera pas un problème, au contraire »

• 15 septembre 2020 • Xavier Alix
0
756 vues

Demain matin, son inauguration officielle concordera avec son ouverture au public. Un centre commercial d’entrée de ville sur 16 ha oui. Mais aussi un « véritable lieu de vie », estime Josselin Durand, directeur d’exploitation du site dans lequel Apsys, le promoteur, a investi 160 M€. Entretien.

Steel sera inauguré ce mercredi 16 septembre. Il aurait dû l’être il y a cinq mois. À quel point la crise sanitaire a-t-elle impacté sa réalisation ?

Josselin Durand : Début mars, nous étions dans les temps pour l’ouverture précédemment prévue le 21 avril. Très vite, nous l’avons repoussée au 11 mai avant que le contexte sanitaire ne nous conduise à prendre, avec les boutiques, la décision difficile, de la fixer au 16 septembre. Mais, dans les faits, le chantier n’a été totalement stoppé que quelques jours. Les aménagements d’espaces verts et les terrassements extérieurs ont vite repris. C’est une machine magnifique mais qui a mis du temps à repartir. Le chantier a été contraint d’avancer plus lentement en raison d’un contexte de travail fortement compliqué par les mesures sanitaires et les difficultés d’approvisionnement. Il a fallu s’adapter au jour le jour. Fin juin, nous avions trouvé notre rythme de croisière.

Josselin Durand, directeur d’exploitation : « L’ampleur du site permet d’appliquer efficacement la distanciation » © Hervé Piraud pour Apsys

La Covid a-t-il refroidi les investissements des enseignes ?

Non. Il n’y a pas eu une seule défection causée directement par le Covid : aucune enseigne n’a renoncé à l’exception de La Halle en raison des difficultés à l’échelle nationale. On a longtemps craint le même scénario avec Camaïeu mais, finalement, la boutique prévue à Steel fait partie des celles maintenues par le repreneur de l’enseigne. Soulignons que c’est durant le confinement que nous sommes parvenus à signer le complexe de loisirs Seven square. On compte d’autres signatures pendant et après. Le travail des commerciaux a payé, la confiance des marques dans le projet est restée intacte. Plus de 95 % des 70 unités commerciales ont trouvé preneurs. À l’heure de l’inauguration, c’est largement au-dessus des standards habituels. Une très large majorité de ces boutiques seront ouvertes à l’inauguration. On compte beaucoup de concepts nouveaux à Saint-Étienne – Mc Do amène ici son Mc Café – voire novateurs à l’échelle nationale, comme le restaurant italien Doppio Malto . Il y a une émulation énorme au sein de Boulanger, Leroy Merlin et Decathlon qui voient dans leurs nouveaux magasins des laboratoires pour leur clientèle. Bref, l’offre est hyper qualitative, comme son contexte paysager. 

« Plus de 95 % des 70 unités commerciales ont trouvé preneurs. À l’heure de l’inauguration, c’est largement au-dessus des standards habituels. »

Josselin Durand, directeur d’exploitation de Steel

À ce sujet, vous évoquez ces 16 ha comme un vrai lieu de vie ?

Oui, Steel, en plus de son offre shopping, d’activités de loisirs et dix restaurants, c’est aussi quasi 40 000 m² d’espaces verts, plus de 48 000 arbustes et 1 200 arbres de 2 mètres ou plus ! La partie centrale de Steel présente un bassin aquatique monumental avec des jeux de vapeur et un clin d’œil au Pont-de l’Âne via une vaste aire de jeux où les enfants escaladeront un âne géant et descendront son toboggan de 6 m de haut. C’est un lieu de vie assez incroyable qui, je vous le garantis, a ébahi les visiteurs venus en avant-première. Steel propose aussi un parcours autour de la biodiversité et un autre artistique. Citons parmi les œuvres, celle de David Mesguich, La Magie de Lucie.

Le contexte sanitaire alarmant ne vous fait-il pas craindre une fréquentation timide au démarrage ?

C’est un retail park : les gens y circulent intégralement à ciel ouvert, dans un parc aux allées très larges. On passe d’une boutique à l’autre par l’extérieur. Et l’ampleur du site permet d’appliquer efficacement la distanciation. Alors, non la Covid ne sera pas un problème, au contraire. Les seuls lieux intérieurs communs sont les sanitaires et les 200 m² de notre pavillon d’accueil. Nous restons vigilants sur l’évolution de la situation et les décisions du gouvernement mais n’avons pas de jauge limite de fréquentation à faire respecter sur l’ensemble du site. Nous ferons bien sûr passer des messages pédagogiques et avons été au-delà des dispositions réglementaires en posant, par exemple, une dizaine de totems design fournissant du gel. Ils ont été réalisés dans le Gier, par l’entreprise Je suis Art. Pour le reste, aux boutiques de faire respecter les règles qui s’imposent selon leurs configurations. Apsys ne s’est pas fixé d’objectif de fréquentation la première année. Mais l’idée est d’atteindre les 6 millions de visiteurs annuels d’ici 3 ans.

« L’idée est d’atteindre les 6 millions de visiteurs annuels d’ici 3 ans. »

Josselin Durand, directeur d’exploitation de Steel
Partagez
Signaler une erreur

Signaler une erreur
J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

Laisser un commentaire
Sur Android
Sur iOS