Saint-Étienne
jeudi 29 février 2024
10:26
Soutenez IF
Brèves

Subventions à ArcomiK : Saint-Etienne Demain demande à Marc Chassaubéné de rester en retrait

0
2551 vues
Le festival d’humour Arcomik à Saint-Etienne. © NB/If Media

« Il y a assez d’affaires comme ça dans cette ville, pas la peine de s’ajouter un nouveau risque judiciaire », résume Isabelle Dumestre, présidente PS du groupe stéphanois d’opposition Saint-Etienne Demain. Le festival comique stéphanois dont la 21e édition sera présentée à la presse le 14 décembre avec une fois de plus des grands noms au programme (Arnaud Demanche, Anne Roumanoff…), avait fait l’objet, début 2022 d’une polémique – en lever de rideau des suivantes – toujours en cours au sein du conseil municipal de Saint-Etienne. La majorité, son adjoint à la culture Marc Chassaubéné, plus précisément, reprochant la manière de faire et la gestion du directeur artistique festival – Farid Bouabdellah – vis-à-vis des co-financeurs publics que sont la municipalité stéphanoise et Métropole. Marc Chassaubéné est en effet aussi vice-président à la culture de l’intercommunalité. Aussi, les deux collectivités n’accordent plus de subventions au festival depuis ses éditions 2022 et 2023. Mais les explications et les propos de l’élu en conseil municipal début 2022 ainsi que ceux de Gaël Perdriau pour l’appuyer lors de cette même séance ont débouché sur une plainte en diffamation de la part de Farid Bouabdellah.

«  Je ne me retirai pas pour ArcomiK »

Or, la commission 2023 qui instruit les demandes des festivals en vue d’une attribution de subvention par Saint-Etienne Métropole et la Ville de Saint-Etienne pour 2024 va se tenir d’ici peu. Aussi, le groupe d’opposition Saint-Etienne Demain a-t-il écrit à Marc Chassaubéné pour lui demander « de ne pas participer aux débats et a fortiori aux décisions » visant à répondre aux demandes de subventions de l’association ArcomiK à nouveau, adressées tant à Saint-Etienne Métropole qu’à la Ville de Saint-Etienne (en jeu, plus de 70 000 € cumulés) pour son édition 2024 « afin qu’aucune décision la concernant ne puisse paraître avoir été prise en dehors de l’impartialité et de l’objectivité requises par vos fonctions ». Les élus d’opposition craignent « qu’il n’existe une situation d’interférence entre l’intérêt public de notre collectivité et un intérêt d’ordre privé qui serait de nature à influencer votre décision d’attribution d’une subvention à cette association, au regard du conflit qui vous oppose à l’un de ses dirigeants ».

Contacté, Marc Chassaubéné a réagi auprès d’If en fin d’après-midi : « Non, je ne me retirai pas de cette commission pour le passage d’ArcomiK, ça n’a pas vraiment de sens, pas plus qu’il y a réellement de risque juridique (Saint-Etienne Demain considère que c’est une question d’interprétation des textes exposant ainsi la Ville en cas de nouvelle plainte, Ndlr). La plainte en diffamation est tombée après la première décision de ne plus accorder des subventions. Pour preuve de notre bonne foi, l’an passé, la commission au moment de traiter la demande Arcomik – j’étais d’ailleurs absent le jour J -, a accordé une entrevue particulière et donné des délais supplémentaires pour obtenir des éléments qui manquaient mais ce n’était pas arrivé dans les tempsJe devrais être là, cette année pour poser des questions légitimes et saurai faire la part des choses vis-à-vis d’une association qui ne compte pas que Farid Bouabdellah dans ses rangs. D’autant que je n’y suis pas seul : il y a entre 5 et 10 personnes au sein de ce type de commissions qui émettent des avis afin d’éclairer, ensuite, la décision des élus d’inscrire ou non au vote d’une séance publique les demandes de subventions. »

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur

    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Recevoir la newsletter
    IF Saint-Étienne