Saint-Étienne
mercredi 22 mai 2024
07:49
Soutenez IF
Brèves

Dans la Loire, les libellules sympétrum sont plus nombreuses que l’on ne pensait

0
915 vues
Un sympétrum du Piémont mâle observé à Lorette. ©Kévin Marie-Louise

C’est une petite éclaircie locale mais une éclaircie quand même vis-à-vis de la biodiversité que vient de nouvelle communiquer l’intercommunalité dans le cadre du projet d’Atlas de la biodiversité : vaste démarche scientifique, en grande partie participative, proposée et financée par l’Office français de la biodiversité, lancée sur son territoire en partenariat FNE Loire et la LPO Auvergne-Rhône-Alpes. L’Atlas de la Biodiversité de Saint-Etienne Métropole vise, entre autres, à améliorer les connaissances de huit espèces patrimoniales sur son territoire. Parmi elles, deux espèces de libellules sympétrums : le sympétrum du Piémont (Sympetrum pedemontanum) et le sympétrum déprimé (Sympetrum depressiusculum). Ce sont deux libellules dont le mâle est rouge, et la femelle et les jeunes jaunes et noirs. Les adultes peuvent être observés entre juin et septembre. Ces deux espèces sont particulièrement rares. Le sympétrum déprimé est même classé « vulnérable » sur la liste rouge des espèces menacées en Europe et « en danger » sur la liste nationale.

Décelées à Lorette en milieu « semi-artificiel »

Dans la Loire, elles n’étaient, jusqu’à présent, connues que dans les gorges de la Loire amont. Grâce à l’Atlas, FNE Loire en a découvert une nouvelle population à Lorette à proximité du Gier. La reproduction y est même confirmée. « Cette découverte est particulièrement intéressante car elle permet de confirmer la reproduction de ces espèces sur des bassins semi-artificiels, des milieux encore peu considérés à l’échelle régionale. Elle permet également d’en apprendre plus sur leurs capacités de migration et notamment de supposer une tendance à migrer conjointement, commente Saint-Etienne Métropole. Enfin, la découverte d’une nouvelle population probablement pérenne représente évidemment une excellente nouvelle pour ces deux espèces fortement menacées, tant à l’échelle locale que nationale et internationale. »

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur

    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Recevoir la newsletter
    IF Saint-Étienne