Saint-Étienne
vendredi 1 mars 2024
01:10
Soutenez IF
Brèves

Robert Badinter : hommage relayé dans la Loire

0
455 vues
Image extraite de son discours du 17 septembre 1981 devant l’Assemblée nationale. Sources : Ina

Ce mercredi 14 février aura lieu à Paris, place Vendôme, l’hommage de la Nation à Robert Badinter. En parallèle à cet hommage national, les 163 barreaux non parisiens sont invités à lui rendre hommage en organisant simultanément des rassemblements à 12 h au sein des palais de justice. Dans cette perspective, les avocats du Barreau seront présents sur les marches du Palais, en robe, ce mercredi à 12 h. Le bâtonnier stéphanois François Paquet-Cauet avait réagi, comme bien d’autres, sur les réseaux sociaux à l’annonce de la « mort d’un grand homme et d’un grand avocat. Grâce au combat qu’il a porté, notre société a progressé vers davantage de justice. Toute la profession porte le deuil de celui qui fût un modèle et l’inspirateur d’une défense jusqu’au bout ».

Professeur de droit privé et avocat au barreau de Paris, Robert Badinter (1928-2024) décédé à 95 ans vendredi dernier est particulièrement connu pour son combat contre la peine de mort, dont il soutient l’abolition devant le Parlement en 1981, même si ce ne fut pas sa seule lutte « juridico-sociale », loin de là. Proche de François Mitterrand et membre du PS, il fut son ministre de la Justice de 1981 à 1986 puis président du Conseil constitutionnel de 1986 à 1995 et sénateur des Hauts-de-Seine de 1995 à 2011. Le Parti socialiste de la Loire a salué dans un communiqué dès vendredi la mémoire de Robert Badinter : « Avec sa disparition, la République devient orpheline de l’une de ses plus grandes figures. Ce fervent défenseur des Droits de l’Homme fut la voix de l’abolition, il incarnait à lui seul l’idée de justice, de droiture morale et faisait preuve d’une détermination sans faille dans chacun de ses combats pour la défense des plus faibles. »

« Poursuivre ses combats »

Michel Debout, 1er secrétaire du PS ligérien quand Badinter était Garde de Sceaux estime que « sa grandeur résidait dans le fait qu’il défende toujours ce qu’il pense avant de défendre ce qu’il pense utile pour son élection. Au-delà de tout ce qu’il a apporté à la justice dans notre pays, il a aussi été celui qui a permis la reconnaissance des victimes dans le code pénal et l’on voit encore aujourd’hui la portée de cette reconnaissance, notamment à travers les combats féministes. » Johann Cesa, 1er secrétaire actuel du PS de la Loire et le sénateur socialiste Jean-Claude Tissot ont également fait part de leurs sentiments, le premier clamant que « nous devons poursuivre ses combats », le second parle aussi de reprendre « le flambeau pour que la Lumière qu’il aura apportée dans notre monde ne s’éteigne pas ».

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur

    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Recevoir la newsletter
    IF Saint-Étienne